unctad.org | Bilan mitige pour les flux d’investissements étrangers vers les économies fragiles, vulnérables et de petite taille
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour l'utilisation des médias d'information - Ce n'est pas un document officiel
Bilan mitige pour les flux d’investissements étrangers vers les économies fragiles, vulnérables et de petite taille

EMBARGO
Le contenu de ce communiqué et du présent Rapport ne doit pas être cité ni résumé par la presse écrite, la radio, la télévision et les médias électroniques avant le 04 juillet 2012, 22:00 Heure de Genève, 17:00 TU,
Le chapitre 4 du rapport sur l'investissement dans le monde, portant sur un cadre pour des politiques d’investissement au service du développement durable, n'est pas sous embargo

UNCTAD/PRESS/PR/2012/025
Genève, , (04 juillet 2012)

Les flux d’investissements directs étrangers vers les pays les moins avancés (PMA) et les petits États insulaires en développement (PEID) ont chuté en 2011, mais ont connu un rebond significatif dans les pays en développement enclavés (PDE), selon le World Investment Report 20121 (Rapport sur l’investissement dans le monde 2012) de la CNUCED.

Le Rapport, sous-titré "Towards a New Generation of Investment Policies" ("Vers une nouvelle génération de politiques de l’investissement"), a été rendu public aujourd’hui.

Au sein des 48 pays les moins avancés du monde (PMA), les flux totaux d’IED entrants ont décru pour atteindre 15 milliards de dollars en 2011, le plus bas niveau observé au cours des cinq dernières années. Cette évolution est largement imputable à une baisse continue des flux d’investissements en Angola – autrefois la principale destination au sein de ce groupe. Les IED en Angola ont effet enregistré un déclin au cours des deux dernières années du fait de gros désinvestissements et du remboursement de prêts intra-groupe, indique le rapport.

Ces résultats décevants peuvent être observés à la fois en matière d’investissements de créations ou d’extensions de capacités - en net repli - et dans le domaine des fusions-acquisitions (F&A) internationales. Au sein des PMA, les projets de grande taille restent concentrés dans un petit nombre de pays riches en ressources.

Les investissements de création ou d’extension de capacités, concentrés dans les secteurs des mines, des carrières et des hydrocarbures, sont restés la forme dominante d’IED dans les PMA, bien que les investissements dans les services soient en train de s’accroître, particulièrement dans les secteurs de l’électricité du gaz et de l’eau, ainsi que dans les activités de transports, d’entrepôts et dans les télécommunications. Près de la moitié des investissements de création ou d’extension de capacités réalisés en 2011 dans les PMA sont le fait d’entreprises originaires des économies en développement. Mais ni les montants ni les pourcentages de ces investissements ne sont revenus aux niveaux de 2008-2009. L’Inde est restée le plus important investisseur dans les PMA, suivie par la Chine et l’Afrique du sud.

Au sein des 31 pays en développement enclavés (PDE)2, l’IED s’est accru pour atteindre un niveau record de 34,8 milliards de dollars, indique le rapport. Au sein de l’ensemble des pays en développement et en transition, la part des PDE ne s’est accrue que de manière marginale. Le Kazakhstan a maintenu sa position de premier pays d’accueil de l’IED au sein de ce groupe (figure 1). En Mongolie, les flux entrants ont plus que doublé du fait de projets de grande échelle dans le domaine de l’extraction des ressources naturelles. La grande majorité des IED entrants dans les PDE reste liée à des projets de création ou d’extension de capacités. Ceux-ci ont été stimulés par une forte reprise des investissements dans les mines, les carrières et les hydrocarbures. La part des investissements de création ou d’extension de capacités en provenance des économies en transition dans les PDE a connu une forte progression du fait d’un unique projet de grande taille en provenance de la Fédération de Russie vers l’Ouzbékistan. Les investissements de création ou d’extension de capacités en provenance des économies en développement ont atteint en 2011, leur plus haut niveau de ces trois dernières années.

Dans les 29 petits États insulaires en développement (PIED)3, les flux entrants d’IED ont chuté pour la troisième année consécutive, pour atteindre 4,1 milliards de dollars – leur plus bas niveau de ces sept dernières années. La part très faible de ce groupe dans le total des flux entrants d’IED n’a montré aucun signe d’amélioration. La répartition est restée fortement biaisée, deux économies (les Bahamas et la Trinité et Tobago) en recevant la plus grande part (figure 1). En l’absence de grosses opérations dans les mines, les carrières et les hydrocarbures, la valeur totale des F&A liées à l’achat d’entreprises de ces pays par des sociétés étrangères a fortement chuté en 2011, selon le rapport. Par contre, les investissements de création ou d’extension de capacités ont atteint un niveau record, et la part des économies en développement dans les investissements étrangers a significativement augmenté. La Chine a été la plus active en matière de fusion-acquisitions, tandis que l’Afrique du Sud est devenue la plus grosse source d’investissements de création ou d’extension de capacités.

 

 


Figure 1. 5 principales destinations des flux d’IED dans les économies structurellement faibles, vulnérable et de petite taille, 2010 and 2011(Milliards de dollars)

 

a) Pays les moins avancés (PMA)
PR12025f1a_en.gif

b) Pays en développement enclavés (PDE)

PR12025f1b_en.gif

c) Petits Etats insulaires en développement (PIED)PR12025f1c_en.gif

Source: UNCTAD, Rapport sur l’investissement dans le monde 2012.
Note: Pays classés sur la base du montant des flux d’IED en 2011.

 


End Notes
  1. Le Word Investment Report 2012: Towards a New Generation of Investment Policies (numéro de vente : E.12.II.D.3, ISBN-13: 978-92-1-112843-7) peut être obtenu auprès de l’ONU aux adresses indiquées ci-après, ou auprès des agences dépositaires des publications dans divers pays au prix de 95 dollars des États-Unis (50 % de réduction pour les résidents de pays en développement et 75 % pour les résidents de pays les moins avancés). Ce prix inclut le rapport imprimé et le CD-ROM. Les personnes désireuses d’acheter séparément l’ouvrage ou le CD-ROM, ou d’obtenir des conditions préférentielles pour des achats en grandes quantités, sont priées de s’adresser aux comptoirs de vente. Les commandes ou les demandes de renseignements sont à adresser à: United Nations Publications Sales and Marketing Office, 300 E 42nd Street, 9th Floor, IN 919J New York, NY 10017 (États-Unis d’Amérique), téléphone: +1 212 963 8302, télécopieur: +1 212 963 3489, courrier électronique: publications@un.org, site Web: https://unp.un.org .
  2. Afghanistan, Arménie, Azerbaïdjan, Bhoutan, Etat plurinational de Bolivie, Botswana, Burkina Faso, Burundi, République centrafricaine, Tchad, Ethiopie, Kazakhstan, Kirghizistan, République démocratique et populaire du Laos, Lesotho, ex-République yougoslave de Macédoine, Malawi, Mali, République de Moldavie, Mongolie, Népal, Niger, Paraguay, Rwanda, Swaziland, Tadjikistan, Turkménistan, Ouganda, Ouzbékistan, Zambie et Zimbabwe.
  3. Antigua-et- Barbuda, Bahamas, Barbade, Cap-Vert, Comores, Dominique, Fidji, Grenade, Jamaïque, Kiribati, Maldives, îles Marshall, Maurice, Etats fédérés de Micronésie, Nauru, Palaos, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Saint-Kitts-et-Nevis, Sainte Lucie, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Samoa, Seychelles, îles Salomon, Timor-Leste, Tonga, Trinité-et-Tobago, Tuvalu et Vanuatu.


Pour plus d'informations, veuillez contacter:
Unité de Communication et d'information de la CNUCED
T: +41 22 917 5828
T: +41 79 502 43 11
E: unctadpress@unctad.org
Web: http://unctad.org/en/pages/Media.aspx


Loading..

Attendre, s'il vous plaît ....