unctad.org | L’investissement se contracte au niveau mondial mais atteint des records dans les pays les moins avancés, indique un rapport de la CNUCED
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour l'utilisation des médias d'information - Ce n'est pas un document officiel
L’investissement se contracte au niveau mondial mais atteint des records dans les pays les moins avancés, indique un rapport de la CNUCED
Grâce aux pays en développement, tirés par l’Inde, la part de l’investissement à destination des pays les moins avancés augmente

EMBARGO
Le contenu de ce communiqué et du présent Rapport ne doit pas être cité ni résumé par la presse écrite, la radio, la télévision et les médias électroniques avant le 26 juin 2013, 19:00

UNCTAD/PRESS/PR/2013/024
Genève, Suisse, (26 juin 2013)

Les flux d’investissement étranger direct (IED) vers les pays les moins avancés (PMA) ont enregistré une hausse de 20 % en 2012 pour atteindre la somme record de 26 milliards de dollars des États-Unis, indique la CNUCED sans son dernier  Rapport sur l’investissement dans le monde 2013 : Les chaînes mondiales de valeur: l’investissement et le commerce au service du développement1 . La majeure partie des investissements de création de capacités destinés aux PMA en 2012 venait d’autres pays en développement, principalement de l’Inde. Les investissements de création de capacités sont de nouveaux investissements ou l’extension d’investissements existants, à la différence des investissements par fusion-acquisition. Ce rapport est rendu public aujourd'hui (en anglais).

D’après l’étude, les flux d’IED destinés aux PMA2 ont augmenté de 20 % en 2012. Cette augmentation est principalement due à la forte hausse des investissements vers le Cambodge (+73 %), le Libéria (+167 %), la Mauritanie (+105 %), le Mozambique (+96 %), l’Ouganda (+93 %) et la République démocratique du Congo (+96 %).

Cependant,  20 PMA ont enregistré un recul des entrées d’IED, en particulier l’Angola, le Burundi, les Îles Salomon et le Mali.

Si la part des flux d’IED destinés aux PMA dans les investissements mondiaux est passée de 1,3 % en 2011 à 1,9 % en 2012, les cinq premiers pays bénéficiaires ont attiré 60 % de ces flux en 2012 (fig. 1).

Bien que la valeur estimée des projets d’investissements de création de capacités dans les PMA ait diminué (les chiffres ventilés par région géographique et par secteur sont disponibles), les pays en développement, qui ont contribué à hauteur de 59 % au financement de ces projets, ont été les principaux investisseurs dans ce domaine en 2012. Sur ce pourcentage, 80 % des investissements de création de capacités provenaient d’Asie, et le reste principalement d’Afrique (tableau 1). Pour ce qui est des secteurs bénéficiaires, 20 % du total des investissements destinés aux PMA sont allés au secteur primaire, 50 % aux services et les 30 % restants aux activités manufacturières.

La plupart des investissements dans les services visent à financer le développement des infrastructures, notamment dans les secteurs de l’électricité, du gaz et de l’eau, des transports et des communications et des services financiers. Ces infrastructures ont attiré 75 % des investissements destinés aux services. De la même manière, les investissements dans le secteur manufacturier sont relativement peu diversifiés, puisque 57 % des investissements de création de capacités qui lui étaient destinés ont bénéficié à trois branches d’activité: coke, produits pétroliers et combustibles nucléaires; produits minéraux non métalliques; et métaux et produits métalliques.

Vingt pourcent des projets d’investissements de création de capacités dans les PMA en 2012 ont été financés par des entreprises indiennes. Ces projets, en plus de porter des montants importants étaient diversifiés du point de vue régional et sectoriel. En 2012, c’est le Mozambique qui a été le premier bénéficiaire des grands projets d’investissements de création de capacités indiens (45 %), suivi par le Bangladesh (37 %) et par Madagascar (8 %).

En Afrique, l’Inde a concentré ses investissements de création de capacités à l’est et au sud du continent. Loin de se limiter aux investissements à grande échelle dans les industries extractives et l’industrie lourde, ces projets ont également concerné des secteurs plus modestes, comme le secteur pharmaceutique et les soins de santé. Le rapport indique qu’en 2012, le Bangladesh a été le seul PMA d’Asie à bénéficier de projets d’investissements de création de capacités indiens et ce, dans divers secteurs, notamment l’automobile, l’informatique, les médicaments, le textile et les pneumatiques.

Rapport complet en anglais : http://unctad.org/en/PublicationsLibrary/wir2013_en.pdf


Figure 1 - Part des cinq premiers pays bénéficiaires dans les flux d’IED destinés aux PMA, 2012
(En pourcentage)

PR13024f1_en.gif
Source : CNUCED ; Rapport sur l’investissement dans le monde 2013

Tableau 1 - Projets d’IED de création de capacités dans les PMA par région/pays en 2011 et 2012
(En millions de dollars des États-Unis)
 PR13024t1_en.gif
Source : CNUCED ; Rapport sur l’investissement dans le monde 2013

 


End Notes
  1. Le rapport (no de vente: E.13.II.D.5, ISBN-13: 978-92-1-112868-0) peut être obtenu auprès du Bureau des ventes et de la commercialisation des publications des Nations Unies à l’adresse ci-dessous ou auprès des revendeurs des publications des Nations Unies dans le monde. au prix de 85 dollars des États-Unis (avec une réduction de 50 % pour les résidents des pays en développement, et de 75 % pour les résidents des pays les moins avancés). Les commandes ou les demandes de renseignements sont à adresser à: United Nations Publications Sales and Marketing Office, 300 E 42nd Street, 9th Floor, IN-919J New York, NY 10017 (États-Unis d’Amérique), tél.: +1 212 963 8302, télécopie: +1 212 963 3489, courriel: publications@un.org, https://unp.un.org.
  2. Ce groupe se compose de l’Afghanistan, de l’Angola, du Bangladesh, du Bénin, du Bhoutan, du Burkina Faso, du Burundi, du Cambodge, des Comores, de Djibouti, de la Guinée équatoriale, de l’Érythrée, de l’Éthiopie, de la Gambie, de la Guinée, de la Guinée-Bissau, d’Haïti, des Îles Salomon, de Kiribati, du Lesotho, du Libéria, de Madagascar, du Malawi, du Mali, de la Mauritanie, du Mozambique, du Myanmar, du Népal, du Niger, de l’Ouganda, de la République centrafricaine, de la République démocratique du Congo, de la République démocratique populaire lao, de la République Unie de Tanzanie, du Rwanda, du Samoa, de Sao Tomé-et-Principe, du Sénégal, de la Sierra Leone, de la Somalie, du Soudan, du Sud-Soudan, du Tchad, du Timor-Leste, du Togo, du Tuvalu, du Vanuatu, du Yémen et de la Zambie. Le Sud-Soudan n’est pas pris en compte dans les statistiques, sauf pour ce qui est des investissements de création de capacités.


Pour plus d'informations, veuillez contacter:
Unité de Communication et d'information de la CNUCED
T: +41 22 917 5828
T: +41 79 502 43 11
E: unctadpress@unctad.org
Web: unctad.org/press


Loading..

Attendre, s'il vous plaît ....