unctad.org | Asie du sud: les investissements étrangers directs ont augmenté de 16 % en 2014, avec l’Inde comme premier pays d’accueil
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour l'utilisation des médias d'information - Ce n'est pas un document officiel
Asie du sud: les investissements étrangers directs ont augmenté de 16 % en 2014, avec l’Inde comme premier pays d’accueil

EMBARGO
Le contenu de ce communiqué et du présent Rapport ne doit pas être cité ni résumé par la presse écrite, la radio, la télévision et les médias électroniques avant le
24 juin 2015, 19:00
à Genève

UNCTAD/PRESS/PR/2015/015
Genève, Suisse, (24 juin 2015)

​Dans les pays d’Asie du Sud, les investissements étrangers directs (IED) ont atteint 41 milliards de dollars en 2014, principalement grâce à l’Inde (fig. 1), qui a vu ses entrées d’IED grimper de 22 %, à quelque 34 milliards de dollars, indique la CNUCED dans le World Investment Report 20151 (Rapport sur l’investissement dans le monde 2015).

Cette tendance devrait se poursuivre en 2015, avec l’accélération de la reprise économique, ajoute la CNUCED dans son rapport. S’agissant de la répartition sectorielle des investissements, la part du secteur manufacturier devrait augmenter, à la suite des mesures prises pour redynamiser le secteur industriel, notamment dans le cadre du programme «Make in India», lancé au second semestre de 2014.

Au Pakistan, les entrées d’IED ont fait un bond de 31 %, à 1,7 milliard de dollars, grâce à la hausse des investissements chinois dans les services. Le pays va aussi tirer de grands avantages du couloir économique Chine-Pakistan, ainsi que des investissements chinois dans les infrastructures et le secteur manufacturier qui l’accompagneront, dans le contexte plus large de la stratégie «One Belt, One Road» (Une ceinture et une route). Selon les accords signés entre les deux gouvernements en avril 2015, les entreprises chinoises vont investir environ 45,6 milliards de dollars au Pakistan dans les prochaines années − 33,8 milliards de dollars dans le secteur de l’électricité et 11,8 milliards de dollars dans les infrastructures de transport.

Sri Lanka a aussi vu augmenter les IED en provenance de Chine, qui, ces dernières années, est devenue sa première source d’investissements étrangers directs. Par exemple, une coentreprise entre deux sociétés locales et China Merchants Holdings (International) Company Ltd. a investi 500 millions de dollars dans Colombo International Container Terminals Ltd., qui est le plus gros projet d’investissement étranger dans le pays. Après deux ans de travaux, le port a été ouvert aux opérateurs en août 2014. La Chine et Sri Lanka signeront un accord de libre-échange en juin 2015. Si la route de la soie maritime du XXIe siècle, voulue par la Chine, voit le jour, les investissements chinois afflueront à Sri Lanka, en particulier pour créer les infrastructures nécessaires.

Grâce à l’IED, le secteur manufacturier a connu de nombreux progrès, que ce soit au niveau des pays ou au niveau des branches d’activité, dit la CNUCED dans son rapport. En Inde, le succès de l’industrie automobile montre comment les investissements étrangers directs à grande échelle peuvent servir à réorienter le développement industriel dans les pays à faible revenu.

L’industrie automobile est un acteur essentiel de l’économie indienne et l’un des secteurs dans lesquels le pays peut devenir l’un des leaders mondiaux. Selon des chiffres du Gouvernement indien, entre avril 2000 et novembre 2014, les entrées d’IED dans le secteur automobile ont atteint un montant total de 11,4 milliards de dollars. Le pays figure comme destination de la majeure partie des projets nouveaux d’investissement annoncés en Asie du Sud pour la période 2013 2014, par les fabricants mondiaux d'automobiles et les fournisseurs de premier rang de ce secteur ; 12 projets annoncés représentaient un montant de plus 100 millions de dollars.

En Inde, les entrées d’IED ont conduit à la création de plusieurs pôles industriels, comme ceux du Territoire de la capitale nationale (Delhi-Gurgaon-Faridabad) au nord du pays, ceux de l’État du Maharashtra (Mumbai-Nasik-Aurangabad) à l’ouest, et ceux de l’État du Tamil Nadu (Chennai-Bangalore-Hosur) au sud (fig. 2). Même si ces pôles sont constitués sur des modèles très différents, les IED peuvent avoir un puissant effet catalyseur. Par exemple, l’arrivée précoce de Suzuki (Japon) a contribué au développement d’un pôle industriel dans le Territoire de la capitale nationale.

À une échelle certes plus modeste mais néanmoins importante, des sociétés étrangères ont annoncé des projets nouveaux d'investissement au Bangladesh, au Népal, au Pakistan et à Sri Lanka en 2013-2014. En 2013, par exemple, Mahindra & Mahindra (Inde) a annoncé un projet d'investissement de plus de 200 millions de dollars dans un centre de production de véhicules utilitaires au Bangladesh. Les investissements en provenance du dynamique secteur automobile indien pourraient avoir des répercussions positives sur le renforcement des capacités productives de toute l’Asie du Sud.

Figure 1. Les cinq premiers pays bénéficiaires d’IED en Asie du Sud, 2013 et 2014
(En milliards de dollars)
PR15015f1_en.jpg
Source: CNUCED, World Investment Report 2015.

 
Figure 2. Inde: Principaux pôles industriels dans le secteur automobile
PR15015f2_en .jpg

Source: CNUCED, d’après la Automotive Component Manufacturers Association of India.
Note: Les entreprises dont le nom figure dans les cadres sont les principaux fabricants des différents pôles industriels; les entreprises signalées par un astérisque sont des entreprises indiennes; les entreprises signalées par deux astérisques sont des coentreprises entre des entreprises indiennes et des entreprises étrangères. Les frontières et les noms indiqués et les désignations employées sur cette carte n’impliquent pas reconnaissance ou acceptation officielle par l’Organisation des Nations Unies.

Rapport : http://unctad.org/en/PublicationsLibrary/wir2015_en.pdf
Aperçu général en anglais : http://unctad.org/en/PublicationsLibrary/wir2015_overview_en.pdf


End Notes
  1. Le rapport (no de vente: E.15.II.D.5, ISBN: 978-92-1-112891-8) peut être obtenue auprès du Bureau des ventes et de la commercialisation des publications des Nations Unies à l’adresse ci-dessous ou auprès des revendeurs des publications des Nations Unies dans le monde. Les commandes ou les demandes de renseignements sont à adresser à: United Nations Publications Sales and Marketing Office, 300 E 42nd Street, 9th Floor, IN-919J New York, NY 10017 (États-Unis d’Amérique), tél.: +1 212 963 8302, télécopie: +1 212 963 3489, courriel: publications@un.org, https://unp.un.org.


Pour plus d'informations, veuillez contacter:
Unité de Communication et d'information de la CNUCED
T: +41 22 917 5828
T: +41 79 502 43 11
E: unctadpress@unctad.org
Web: unctad.org/press


Loading..

Please wait....

Charlie Hebdo