unctad.org | CNUCED XIII : reconnaitre et encourager la contribution des femmes dans la création de richesses
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour l'utilisation des médias d'information - Ce n'est pas un document officiel
CNUCED XIII : reconnaitre et encourager la contribution des femmes dans la création de richesses

UNCTAD/PRESS/PR/Doha/2012/007
Genève, Suisse, (29 mars 2012)

Outre de prendre le pouls de l'économie mondiale et d'envisager comment tendre vers une société mondiale plus équitable, la treizième session de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED XIII), organisée à Doha au Qatar du 21 au 26 avril, sera l'occasion pour les représentants des 194 Etats membres de la CNUCED de réfléchir collectivement au rôle des femmes dans le développement. Objectif : mieux comprendre les interactions entre politiques macroéconomiques, enjeux de développement et parité, et inciter les décideurs politiques à davantage prendre en compte la question de la promotion des femmes et de la parité hommes/femmes lorsqu’ils conçoivent leurs stratégies de développement.

La journée consacrée aux femmes (23 avril) est organisée sous le haut patronage de la Première Dame du Qatar, S. A. la Cheikha Moza bint Nasser. Cheikh Hasina, Premier Ministre du Bangladesh, Mary Robinson, ancienne Présidente de l’Irlande et ancienne Haut Commissaire aux droits de l’homme, ainsi que Tarja Halonen, ancienne Présidente de la Finlande, participeront aux discussions.

Elle permettra de partager des expériences qui inscrivent la parité dans les politiques économiques, y compris dans le secteur agricole; de discuter des nouvelles opportunités que l'ouverture des marchés offre aux femmes, ainsi que des risques auxquels elles doivent faire face. Les réflexions porteront sur les contraintes que les femmes rencontrent dans le domaine de la formation professionnelle et sur le marché du travail. Cette journée sera aussi l’occasion de lancer des initiatives concrètes de sorte de faire progresser ces questions au plan international. Elle se terminera par l’attribution du prix de la meilleure femme chef d’entreprise d’un pays en développement ayant suivi une formation dans le cadre du Programme EMPRETEC de la CNUCED (Voir communiqué de presse UNCTAD/PRESS/PR/Doha/2012/008).

Une mondialisation plus équitable ne peut s’envisager sans un changement radical du regard porté sur la place et le rôle des femmes dans le développement économique. Avec la crise mondiale qui frappe de plein fouet les femmes du Nord comme celles du Sud, cette question, est encore plus pressante.

Or, il est de plus en plus établi que les femmes peuvent jouer un rôle majeur dans le processus de développement économique. Dans le secteur agricole par exemple, on estime que si elles avaient le même accès aux intrants (terres, semences, engrais…) que les hommes leurs récoltes croîtraient de 20 à 30 % et la production agricole des pays en développement augmenterait de 2,5 à 4 %, ce qui permettrait d’assurer une meilleure sécurité alimentaire1.

Par ailleurs, le lien entre parité et compétitivité commerciale n’est plus à démontrer : un pays qui fait appel à toutes les connaissances et à tous les talents disponibles se donne toutes les chances de voir s’améliorer sa compétitivité sur les marchés internationaux. D’où les mesures déjà prises par de nombreux gouvernements pour atténuer les effets de la disparité des genres.

Le Lesotho montre que des progrès significatifs peuvent être réalisés même au sein d’une des économies les plus pauvres du monde et que la parité peut devenir un instrument efficace de développement : après avoir adopté plusieurs lois en matière d’autonomisation des femmes et mis en œuvre des mesures de discrimination positive, réduisant ainsi les inégalités entre les sexes, ce pays, parmi les moins avancés, se place en 2011 au 9ème rang (sur 135 pays) du classement établi par Forum économique mondial sur les disparités entre les sexes2, devançant largement des pays comme le Royaume Uni, les États-Unis ou la France.

La question du rôle de la femme dans le développement économique est d’autant plus centrale que si le développement offre plus d’opportunités à l’ensemble de la population, aucun processus automatique ne permet aux femmes d’en tirer les mêmes bénéfices que les hommes. Force est de constater que partout dans le monde, à des degrés divers, les inégalités entre les hommes et les femmes persistent. Davantage fragilisées depuis la crise de 2008, les femmes font encore l’objet de ségrégation à l’embauche. A travail et qualification équivalents, elles sont presque toujours moins rémunérées que les hommes. La législation de certain pays reste discriminatoire à l’encontre des femmes en matière de droit à la propriété, et nombre de femmes n’ont pas accès à l'information, à la technologie, au crédit.

Au-delà des considérations morales, cette situation ne doit plus durer. Il en va de l’équité et de la durabilité d’un nouveau type de mondialisation que le Secrétaire général de la CNUCED, Supachai Panitchpakdi, entend promouvoir lors de la CNUCED XIII: une mondialisation centrée sur le développement, au service des hommes ET des femmes.

Les décideurs politiques sont aujourd’hui moins réticents lorsqu’il s’agit d’égalité entre les sexes. Tout d’abord parce que cette question a déjà fait l’objet de négociations internationales, avant de devenir un engagement par exemple dans la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (1979), dans le Programme d’action de Beijing (1995) et dans les objectifs du Millénaire pour le développement (2000). La journée consacrée aux femmes fournira l'occasion de discuter la manière de traduire au mieux ces engagements pour améliorer concrètement la vie des femmes.

Pour plus d'informations sur le programme de cette journée et sur la CNUCED XIII, cliquer ici.

 

*** ** ***
 
 
 

End Notes
  1. Données de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.
  2. Forum économique mondial, Rapport mondial 2011 sur les disparités entre les sexes


Pour plus d'informations, veuillez contacter:
Unité de Communication et d'information de la CNUCED
T: +41 22 917 5828
T: +41 79 502 43 11
E:
unctadpress@unctad.org
Web:
http://unctad.org/press


Loading..

Please wait....

Charlie Hebdo