COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour l'utilisation des médias d'information - Ce n'est pas un document officiel
Créer un climat favorable à l’innovation: un problème complexe auquel les pays en développement doivent s’atteler
24 avril − Journée de l’innovation et de la technologie - Comment les gouvernements peuvent-ils promouvoir l’innovation ?

UNCTAD/PRESS/PR/Doha/2012/009
Genève, Suisse, (29 mars 2012)

Seule la capacité d’innover permettra de trouver des solutions aux changements climatiques, à la crise de l’énergie et au problème de la sécurité alimentaire qui sévit depuis si longtemps dans les pays pauvres, affirment les économistes de la CNUCED. Or, les pays en développement ne peuvent pas s’en remettre aux autres: ils doivent se mobiliser pour que des idées et des pratiques commerciales innovantes puissent naître chez eux.

Une journée de l’innovation et de la technologie sera organisée le 24 avril à Doha (Qatar), pendant la treizième session de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED XIII), afin que les responsables de gouvernement et d’autres participants puissent examiner les mesures à prendre pour atteindre cet objectif.

Outre de passer en revue la situation de l’innovation et de la technologie dans le monde, les participants examineront comment, concrètement, les pays en développement peuvent développer leurs capacités d’innovation.

Face à la situation économique difficile que le monde traverse aujourd’hui, l’innovation, qui a été source de progrès tout au long de l’histoire humaine, s’impose comme une nécessité, observent les économistes de la CNUCED dans la documentation établie pour la réunion. La révolution industrielle de la fin du XVIIIème siècle et, plus récemment, la révolution informatique ont montré le rôle essentiel de l’innovation dans la hausse de la productivité et dans la croissance économique. Ces révolutions ont entraîné une augmentation de la production et de la richesse des pays qui sont à l’origine des innovations ou qui ont su les adopter et les faire fructifier.

Une innovation est l’exploitation d’un produit/procédé nouveau ou sensiblement amélioré, ou d’une méthode commerciale ou organisationnelle; elle n’est pas une invention comme l’est, par exemple, une nouvelle technologie. Autrefois, la circulation des idées se faisait lentement. Aujourd’hui, grâce aux technologies de l’information et de la communication (TIC), les idées et l’information peuvent être diffusées dans le monde entier en un instant. L’innovation devrait s’en trouver facilitée. Si c’était le cas, pourquoi donc est-elle si inégalement répartie entre les entreprises et les pays ?

Cette répartition inégale tient en partie au fait que l’innovation s’inscrit dans un système et dépend d’une série de conditions préalables, parmi lesquelles la collaboration et la circulation des connaissances entre divers acteurs, l’existence de mécanismes institutionnels de soutien (lois, règlements et usages), le financement et l’infrastructure matérielle. Par exemple, l’innovation et le changement technologique peuvent être gravement compromis par un approvisionnement en électricité qui n’est pas fiable ou trop onéreux. Ces conditions, parfois considérées comme acquises, ne sont pas toujours réunies. C’est notamment le cas dans de nombreux pays en développement, en particulier dans les pays les moins avancés. Les marchés et les systèmes d’aide à l’innovation de ces pays présentent de nombreuses défaillances, et leurs entreprises, lorsqu’elles veulent innover, se heurtent souvent à des obstacles inconnus des entreprises des pays développés.

Un autre facteur qui peut parfois freiner les pays en développement est leur faible capacité d’acquisition, d’adoption et d’adaptation des technologies dont ils ont besoin. Le secteur privé, souvent peu développé, est dominé par des microentreprises et des petites entreprises qui ne possèdent ni la taille critique ni les facteurs de production nécessaires pour être efficientes et prospères. Tous ces obstacles contribuent à creuser l’écart entre les pays. Dans les pays qui ont pris du retard, Les politiques publiques peuvent contribuer à lever ces obstacles et à renforcer les capacités d’innovation.

Que peuvent faire les gouvernements ? Ils peuvent agir pour renforcer les compétences techniques, professionnelles et entrepreneuriales de leur population. Ils peuvent prendre des mesures pour mettre en place les infrastructures requises, améliorer les systèmes d’innovation, favoriser la circulation des connaissances et des technologies, et inscrire dans leurs plans nationaux de développement des stratégies cohérentes pour atteindre ces objectifs. La collaboration et l’assistance internationales peuvent aussi jouer un rôle important. Les participants à la journée de la technologie et de l’innovation étudieront un certain nombre de mesures prises par des gouvernements pour améliorer leurs résultats en matière d’innovation.

La CNUCED apporte depuis longtemps son appui aux pays en développement à travers les travaux de recherche et d’analyse qu’elle continue de mener sur les capacités d’innovation et les capacités technologiques. Elle leur apporte aussi une assistance technique pour les aider à renforcer leurs capacités d’innovation et favorise le dialogue sur toutes ces questions pour qu’ils puissent mettre en commun leurs expériences et identifier les bonnes pratiques qui peuvent être reproduites.

La journée de l’innovation et de la technologie est l’occasion pour les responsables de nombreux pays à travers le monde d’en apprendre davantage sur la manière dont l’innovation peut contribuer à une croissance et un développement durables et sur la manière de promouvoir les capacités dans ce domaine. En s’inspirant de l’expérience des autres, ils peuvent contribuer à tracer un avenir meilleur pour leur pays.

 

***  **  ***


Pour plus d'informations, veuillez contacter:
Unité de Communication et d'information de la CNUCED
T: +41 22 917 5828
T: +41 79 502 43 11
E:
unctadpress@unctad.org
Web:
http://unctad.org/press


Loading..

Please wait....

Charlie Hebdo