COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour l'utilisation des médias d'information - Ce n'est pas un document officiel
Le manuel de la CNUCED publie des données économiques précieuses pour les décideurs du monde entier

UNCTAD/PRESS/PR/2017/041
Genève, Suisse, (06 décembre 2017)
Le Manuel de statistiques de la CNUCED, qui fête cette année ses cinquante ans, paraît dans un nouveau format convivial. L’édition 2017 a été entièrement remaniée pour rendre le Manuel plus concis et plus facile à lire. Il informe désormais grâce à une multitude de cartes, de diagrammes et de graphiques.

« Le lancement de cette nouvelle version du Manuel arrive à point nommé, puisque la onzième Conférence ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce se tient la semaine prochaine », a indiqué Isabelle Durant, Secrétaire générale adjointe de la CNUCED. « Il est essentiel de disposer de données statistiques fiables pour appuyer, évaluer et guider les politiques stratégiques de toutes les nations, et en particulier des pays en développement qui peinent parfois à produire ces outils. Ceux-ci sont d’une importance capitale, tant pour l’économie nationale de ces pays que pour leur développement, et les aident à mieux s’intégrer dans l’économie mondiale », a-t-elle ajouté.

Grâce à de très nombreuses statistiques sur le commerce international, l’investissement, le développement et la population, validées et traitées par la CNUCED, puis publiées dans la base de données UNCTADstat, le Manuel de statistiques offre une vision d’ensemble articulée des tendances observées au niveau mondial, ainsi que de nouvelles analyses par pays, régions et secteurs.

Le Manuel révèle notamment que 2016 a été une année difficile pour les économies africaines. Cette réalité s’est fait particulièrement sentir dans les exportations de marchandises qui ont reculé de 10,5 %. La baisse du volume de marchandises chargées dans les ports maritimes de transport international (-1,3 %) et la chute des entrées d’investissements étrangers directs (-3,5 %) illustrent également ces difficultés. Néanmoins, le PIB du continent a progressé d’un taux modeste de 1,7 %.

Cette situation résulte de plusieurs facteurs, notamment du fait que, par rapport à d’autres régions du monde, les exportations africaines se caractérisent encore par une faible diversification des produits (voir fig. 1) et par une forte dépendance à l’égard des matières premières.

Figure 1 : Indice de concentration des exportations par produit, 2016
PR17041f1_fr.jpg

Source : Manuel de statistiques de la CNUCED 2017.

Ces dernières années, la baisse des prix des produits de base a entraîné une détérioration des termes de l’échange. Celle-ci s’est traduite par d’importants déficits commerciaux dans le secteur des produits manufacturés, que les excédents commerciaux au titre des produits primaires n’ont pas suffi à compenser. Par conséquent, l’Afrique a accusé un déficit du commerce des marchandises en pourcentage des exportations nettement plus élevé que celui d’autres régions en développement (voir fig. 2). En 2016, le déficit courant du continent atteignait 6 % du PIB.

Figure 2 : Structure du commerce extragroupe des pays en développement, 2016
(En pourcentage des exportations)
PR17041f2_fr.jpg
Source : Manuel de statistiques de la CNUCED 2017.

L’isolement du continent par rapport aux lignes maritimes internationales régulières (comme le montre l’indice de connectivité des transports maritimes réguliers de la CNUCED), la faiblesse des exportations de services et la diminution des entrées d’IED se sont conjugués pour créer un obstacle supplémentaire au développement économique de la région.

Toutefois, le Manuel de statistiques publie d’autres chiffres qui font apparaître des tendances favorables aux économies africaines. Depuis juin 2016, par exemple, l’indice des prix des produits de base de la CNUCED a augmenté en glissement annuel. En 2016, beaucoup de pays africains ont vu leur déficit courant se stabiliser. De plus, à en juger par l’évolution démographique, la population en âge de travailler devrait croître rapidement, ce qui permettrait au continent de bénéficier d’un dividende démographique et d’effets positifs sur l’offre de main-d’œuvre.

Le Manuel met aussi en lumière l’importance des échanges commerciaux transcontinentaux et intrarégionaux et la manière dont ils varient d’un continent à l’autre. En 2016, le commerce de biens entre la Chine, les États-Unis d’Amérique et l’Allemagne s’est élevé à près de 1 000 milliards de dollars É.-U., soit 6 % du commerce mondial de marchandises (voir fig. 3).

Figure 3 : Principaux flux d’importation mondiaux, 2016
(En milliards de dollars des États-Unis)
PR17041f3_fr.jpg

Source : Manuel de statistiques de la CNUCED 2017.

En 2016, 69 % des exportations européennes se sont faites entre pays de la région, tout comme 59 % des exportations asiatiques. En revanche, la plupart des exportations de l’Amérique du Nord, de l’Amérique latine et des Caraïbes et de l’Afrique, ont eu pour destination des pays situés sur d’autres continents que celui de l’exportateur (voir fig. 4).

Figure 4 : Exportations intra- et extra-groupe, 2016
(En pourcentage des exportations totales)
PR17041f4_fr.jpg
Source : Manuel de statistiques de la CNUCED 2017.

« En plus des nouvelles analyses qu’il propose, le Manuel donne aux lecteurs (décideurs, responsables, chercheurs, universitaires, journalistes, représentants de la société civile, etc.) un accès unique à un ensemble de données comparables au niveau mondial », a indiqué Mme Durant. « Dans le monde interdépendant d’aujourd’hui, les données de qualité sont une ressource essentielle et, dans le cadre de sa mission d’assistance technique, la CNUCED continuera de fournir cette ressource à tous les acteurs. ».

Pour plus d'informations, veuillez contacter:
Unité de Communication et d'information de la CNUCED
T: +41 22 917 5828
T: +41 79 502 43 11
E: unctadpress@unctad.org
Web: unctad.org/press

Loading..

Please wait....