unctad.org | Le conseil consultatif pour l’investissement examine les moyens de stimuler l’investissement pour accroître les capacités productives des pays les plus pauvres de la planète
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour l'utilisation des médias d'information - Ce n'est pas un document officiel
Le conseil consultatif pour l’investissement examine les moyens de stimuler l’investissement pour accroître les capacités productives des pays les plus pauvres de la planète

UNCTAD/PRESS/PR/Doha/2012/018
Doha, Qatar, (21 avril 2012)

Le Secrétaire général de la CNUCED, Supachai Panitchpakdi, et le Secrétaire général de la Chambre de commerce internationale (CCI), Jean-Guy Carrier, ont appelé, samedi, la communauté internationale à stimuler l’investissement de manière à améliorer les capacités productives des pays les moins avancés (PMA).

Les deux personnalités ont pris la parole durant la dixième session du Conseil consultatif pour l’investissement, réunion conjointe de la CNUCED et de la Chambre de commerce internationale.
L’expression «capacités productives» renvoie à la capacité d’un pays de produire un plus large éventail de marchandises et des marchandises d’une plus grande complexité.

M. Supachai a déclaré que, pour renforcer les capacités productives, il fallait améliorer le bagage éducatif et les compétences des travailleurs et des travailleurs potentiels; développer les infrastructures telles que les routes et les ports et en améliorer la qualité; développer et adapter la technologie; et favoriser la création et le développement de nouvelles entreprises. Pour tout cela, des investissements étaient indispensables. M. Supachai a ensuite présenté la notion «d’aide à l’investissement dans le domaine des capacités productives» et indiqué que cette aide pouvait prendre la forme d’un appui financier et de mécanismes d’assurance/garantie pour les investisseurs, d’une assistance technique aux PMA afin de les aider à attirer l’investissement étranger direct (IED), et d’un cadre politique international propice à l’investissement dans les PMA.

Le Secrétaire général de la CCI, Jean-Guy Carrier, représentant les vues de la communauté des entreprises, a insisté sur la nécessité de poursuivre et même de renforcer la coopération et le dialogue au niveau international sur les questions de politiques économiques mondiales, notamment le commerce et l’investissement. Il a noté avec préoccupation que les gouvernements semblaient ne plus adopter d’approches multilatérales pour ce qui est des grandes questions de gouvernance économique. Il a aussi mis en garde contre un retour au protectionnisme dans les domaines du commerce et de l’investissement. Selon lui, il était encore plus important de collaborer au niveau international pour inverser cette tendance.

Anil Kumar Jha, Ministre népalais de l’industrie, représentant les vues de 49 pays les moins avancés en tant que coordonnateur des PMA dans le cadre de la Conférence de la CNUCED, a appelé les organisations internationales à «intégrer» la question du renforcement des capacités productives dans leurs travaux, et les pays développés à promouvoir l’investissement dans le développement durable des PMA par le biais de mécanismes d’assurance-risque, de la promotion du capital-risque pour investir dans les pays en développement et de la création de conditions propices aux échanges.

D’autres intervenants, comme Riadh Bettaieb, Ministre tunisien du développement et de la coopération internationale, a souligné que les «priorités en matière d’IED» n’étaient pas toujours les mêmes que les priorités «des pays pauvres», et que l’on avait besoin de politiques pour attirer les investissements dans des secteurs clefs sur le plan du développement, tels que l’infrastructure, l’agriculture, la santé, l’éducation, le tourisme et les petites industries, ainsi que des politiques permettant de tirer pleinement parti de ces investissements aux fins du développement. En outre, ces intervenants ont préconisé d’investir davantage dans le développement rural. Afin de renforcer le développement des entreprises locales en lien avec l’investissement étranger, ils ont suggéré de fournir aux entrepreneurs des possibilités de formation professionnelle et d’accompagnement.

Des participants du secteur privé, notamment Peter Brabeck, Président de Nestlé, et Dominic Barton, Directeur général de McKinsey & Company, ont déclaré que les échecs de la coopération internationale, notamment dans le cadre des négociations sur le commerce du Cycle de Doha, étaient très préjudiciables, en particulier pour les pays les moins avancés. Les accords bilatéraux qui se multiplient en l’absence d’accords multilatéraux ont généralement tendance à favoriser les pays les plus développés. Les deux intervenants ont reconnu qu’au niveau national le contexte s’était amélioré sur le plan des politiques d’investissement, mais ont souligné qu’il importait de disposer de politiques de stabilité et d’assurance en cas de réorientation de l’action gouvernementale car il s’agissait là d’éléments essentiels pour établir des conditions propices à l’investissement.


Pour plus d'informations, veuillez contacter:

Unité de Communication et d'information de la CNUCED
à Doha, T: +974 7795 3748/7792/8023
T: +41 79 502 43 11
E: unctadpress@unctad.org
Web: www.unctad.org/press
 
ou à Genève, T: +41 22 917 5828
T: +41 79 502 43 11
E: unctadpress@unctad.org
Web: www.unctad.org/press



Loading..

Please wait....

Charlie Hebdo