unctad.org | GENERAL ELECTRIC TETE DE LISTE DU CLASSEMENT DES 100 PREMIERES SOCIETES TRANSNATIONALES, DAEWOO PREMIERE DES GRANDES STN DES PAYS EN DEVELOPPEMENT
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour l'utilisation des médias d'information - Ce n'est pas un document officiel
GENERAL ELECTRIC TETE DE LISTE DU CLASSEMENT DES 100 PREMIERES SOCIETES TRANSNATIONALES, DAEWOO PREMIERE DES GRANDES STN DES PAYS EN DEVELOPPEMENT

TAD/INF/PR/9840
02 November 1998

General Electric (Etats-Unis) est la plus grande société transnationale (STN) du monde, selon de critère des actifs détenus à l’étranger, tandis que Daewoo Corporation (République de Corée) est la plus grande STN des pays en développement, annonce le Rapport sur l’investissement dans le monde 1998 : Tendances et facteurs, publié ce jour par la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED).

Ce classement, établi sur la base des chiffres de 1996, révèle que si General Electric arrive en tête d’après le montant des actifs détenus à l’étranger, c’est Exxon Corporation, avec un chiffre d’affaires de 102 milliards de dollars E.U. en 1996, qui occupe la première place sur la base des ventes à l’étranger, et Unilever (Pays-Bas et Royaume-Uni), avec 273 000 employés à l’étranger, si l’on considère les effectifs. Pour les pays en développement, c’est Daewoo qui est en tête du peloton des plus grandes STN pour les actifs détenus à l’étranger, Petròleos de Venezuela pour les ventes à l’étranger, avec près de 32 milliards de dollars E.U., et Jardine Matheson, un groupe de Hong Kong (Chine) dont le siège est actuellement aux Bermudes, pour le personnel, avec 140 000 employés étrangers.

La liste montre que les plus grandes STN du monde deviennent de plus en plus transnationales et donc de moins en moins dépendantes de leur pays d’origine pour leurs actifs, leurs ventes et la localisation de leur personnel. Le rythme de la transnationalisation est rapide dans le groupe des 100 premières STN du monde, alors qu’il semble plus progressif dans le peloton de tête des STN des pays en développement. Selon le Rapport 1998, tout indique que les forces de la mondialisation auront pour effet d’accentuer le degré de transnationalité des firmes.

Les actifs, le chiffre d’affaires et les effectifs augmentent tous à un rythme rapide

Les 100 premières STN du monde représentaient, en 1996, 2 100 milliards de ventes mondiales (7 pour cent de plus qu’en 1995), 1 800 milliards d’actifs à l’étranger (6 pour cent de plus qu’en 1995) et 5,9 millions d’employés à l’étranger (2 pour cent de plus qu’en 1995). Parmi ces sociétés, c’est le secteur de l’électronique/électricité qui est le mieux représenté, suivi par la chimie et la pétrochimie, l’automobile, le pétrole et les mines, et enfin l’agro-alimentaire.

Les actifs totaux à l’étranger des 50 premières firmes des pays en développement ont progressé plus rapidement que ceux des 100 premières STN mondiales. En effet, ils sont passés de 79 milliards de dollars E.U. en 1995 à 104 milliards en 1996, soit un gain de 31 pour cent pour la seule année 1996. Depuis que la CNUCED a commencé, en 1993, à dresser la liste des 50 premières STN des pays en développement, la progression a été de 280 pour cent. Leurs ventes totales à l’étranger se sont élevées à 137 milliards de dollars E.U. en 1996 (contre 120 milliards en 1995) et leurs effectifs à l’étranger ont augmenté de 17 pour cent pour atteindre 1,24 millions d’employés.

Tout comme au début de la décennie, lorsque la CNUCED a établi son classement pour la première fois, les STN des Etats-Unis, du Japon, du Royaume-Uni, de la France et de l’Allemagne représentent les trois quarts des 100 premières firmes en 1996. Deux STN des pays en développement seulement y figurent : Daewoo Corporation à la 43ème place et Petròleos de Venezuela à la 73ème.

Depuis plusieurs années déjà, Daewoo est de très loin la plus grande des 50 premières STN des pays en développement, d’après le critère des actifs détenus à l’étranger. Mais de nombreuses sociétés se sont ajoutées à la liste ou en ont disparu et la mobilité y semble généralement plus grande que parmi les 100 premières firmes mondiales. Néanmoins, les STN de Hong Kong (Chine), de la République de Corée et, dans une moindre mesure, du Brésil et du Mexique continuent de dominer la liste des 50.

En dehors des STN diversifiées, ce sont les firmes des secteurs agro-alimentaire, du pétrole et du matériel électronique/électrique qui dominent la liste des 50 - l’ensemble des autres secteurs y comptant moins de 5 sociétés.

L’indice de transnationalité de la CNUCED

Les 100 premières firmes mondiales, d’après le montant de leurs actifs à l’étranger, deviennent de plus en plus transnationales. L’indice de transnationalité de la CNUCED mesure le degré de transnationalité d’une STN en comparant les chiffres des actifs, des ventes et du personnel à l’étranger avec ceux du pays d’origine : plus les pourcentages à l’étranger sont élevés, plus la firme est considérée comme transnationale. Le Rapport 1998 conclu sur cette base que les 100 premières firmes mondiales deviennent de plus en plus transnationales alors que la tendance apparaît plus progressive parmi les 50 premières STN des pays en développement.

La plus transnationale des 100 premières firmes mondiales était en 1996 la Seagram Company (Canada), avec un indice de transnationalité de 90 pour cent, et la moins transnationale, GTE (Etats-Unis) avec un indice de 16 pour cent. La liste des 10 premières firmes classées d’après le degré de transnationalité, comme on peut s’y attendre, est dominée par les firmes de petits pays, telles que ABB, Nestlé, Solvay, Electrolux, Unilever et Roche, originaires de Suisse, de Belgique, de Suède et des Pays-Bas.




Pour plus de renseignements, veuillez contacter :
Chef du Service, Karl P. Sauvant
Service de l´investissement international, des sociétés transnationales et de la technologie,
Division de l´investissement, de la technologie et du développement des entreprises,
CNUCED
T: +41 22 907 5707
F: +41 22 907 0194
E: karl.sauvant@unctad.org
ou
Attachée de presse, Muriel Scibilia
CNUCED
T: +41 22 907 5725/5828
F: +41 22 907 0043
E: press@unctad.org.



Loading..

Attendre, s'il vous plaît ....