unctad.org | LA CNUCED ETAYE L´ANALYSE DU MODELE ECONOMIQUE QUI SOUS-TEND LE MIRACLE DE L´ASIE DE L´EST
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour l'utilisation des médias d'information - Ce n'est pas un document officiel
LA CNUCED ETAYE L´ANALYSE DU MODELE ECONOMIQUE QUI SOUS-TEND LE MIRACLE DE L´ASIE DE L´EST

TAD/INF/PR/9602
16 February 1996

Près de 80 décideurs politiques, chercheurs et économistes de différentes régions se retrouveront à Kuala Lumpur (29 février- 1er mars) dans le cadre d´une conférence sur "le développement de l´Asie de l´Est : leçons pour un nouvel environnement global". Cette conférence est organisée par la CNUCED et l´Institut des études internationales et stratégiques de Malaisie, et financé par le gouvernement du Japon. Les résultats de la Conférence seront transmis à la neuvième session de la conférence sur le commerce et le développement (CNUCED IX).

Cette conférence s´inscrit dans le cadre des recherches menées par la CNUCED sur l´économie de cette région, qui a été l´objet d´une analyse approfondie dans le Rapport sur le commerce et le développement, 1994. Le rapport de cette année reviendra sur cette question.

Au cours des deux dernières décennies, les performances économiques d´un petit groupe de pays d´Asie à croissance rapide ont suscité beaucoup d´attention. Plus récemment, une deuxième vague d´économies en voie d´industrialisation - Indonésie, Malaisie et Thaïlande - ont rejoint le groupe des pays à propos desquels on n´hésite pas à parler de "miracle". Ces solides résultats économiques et le retour de la Chine sur la scène économique mondiale ouvrent la perspective d´un développement économique plus vaste.

Etant donné que le développement économique de cette région est associé à une industrialisation rapide, une croissance rapide des exportations et une courbe ascendante de la production et des niveaux de vie, cette expérience a un fort impact sur le débat économique général. On considère de plus en plus que le succès économique de l´Asie de l´Est n´est pas uniquement imputable au marché mais également a un rôle bien défini de l´Etat, souligne le rapport du secrétariat de la CNUCED.

Des études détaillées ont montré que les pays d´Asie de l´Est nouvellement industrialisés ont mis en oeuvre des politiques industrielles sélectives afin de transférer les ressources des anciennes industries aux nouvelles. Ils ont également appliqué des politiques qui ont soutenu une accumulation impressionnante de capital dans la région, sans laquelle il aurait été impossible d´améliorer aussi vite les méthodes de production, la diversification des produits et de soutenir la concurrence sur les marchés mondiaux. Dans le même temps, ils ont instauré des liens institutionnels afin de faciliter la coopération entre le gouvernement et le secteur privé.

Cependant, certains éléments manquent encore pour comprendre le "miracle de l´Asie de l´Est". Il s´agit en particulier du cadre institutionnel ainsi que du rôle de l´épargne et de l´investissement. La conférence de Kuala Lumpur s´efforcera de clarifier ces paramètres. Elle examinera également si les pays en développement disposent des conditions préalables à la mise en oeuvre d´une politique industrielle sélective, et si ces conditions sont, dans tous les cas, pertinentes eu égard à la globalisation de l´économie mondiale.

D´après la CNUCED, les changements auxquels est en proie l´environnement commercial international pourraient restreindre la liberté des pays en développement qui souhaitent adopter le même type de politique. Ils peuvent cependant disposer d´une bonne marge de manoeuvre s´ils utilisent habilement les diverses subventions "permises", les clauses relatives à la balance des paiements, les mesures non liées au commerce et s´ils se montrent créatifs dans l´interprétation des nouvelles règles commerciales internationales.

Etant donné que chaque pays est confronté à une situation unique, chercher à tirer les leçons d´une expérience qui a réussi ne doit pas revenir à vouloir reproduire exactement ce qui s´est passé ailleurs, prévient la CNUCED. La vraie question est de savoir si d´autres pays peuvent bâtir leur politique et soutenir des institutions autour des principes de développement qui ont servi de guide aux décideurs politiques et à d´autres acteurs impliqués dans les expériences de développement ayant réussi.

Il est clair qu´en matière de développement, il n´y a pas de recette unique susceptible de convenir à tous les pays, ou à la plupart des pays. Il ne faudrait pas pour autant conclure qu´il n´y a rien à apprendre de l´expérience asiatique. Il est possible et instructif d´identifier les principes majeurs à l´origine de ce succès et de tenter d´adapter les instruments et les vecteurs institutionnels aux conditions locales. Il est également possible, au cas où ce serait nécessaire, de concevoir de nouveaux instruments. Le Rapport conclut en indiquant que si les pays d´Asie avaient été convaincus qu´il était impossible de procéder à ce type d´adaptation institutionnelle et d´innovation, et s´ils avaient omis de s´intéresser aux expériences ayant précédemment réussi, il n´y aurait pas eu de miracle asiatique.




Pour plus de renseignements, veuillez contacter :
Yilmaz Akyuz, Chef
Section de macro-économie, Division de l´interdépendance globale
T: +41 22 907 5841
F: +41 22 907 0045
ou
Muriel Scibilia, Attachée de presse
T: +41 22 907 5725
F: +41 22 907 0043
E: muriel.scibilia@unctad.org.



Loading..

Attendre, s'il vous plaît ....