unctad.org | REPENSER LES STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT : QUELQUES LEÇONS A TIRER DE L´EXPERIENCE DES PAYS D´ASIE DE L´EST
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour l'utilisation des médias d'information - Ce n'est pas un document officiel
REPENSER LES STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT : QUELQUES LEÇONS A TIRER DE L´EXPERIENCE DES PAYS D´ASIE DE L´EST

TAD/INF/NC/96_24
11 October 1996

Le nouveau contexte économique permet-il à d´autres pays en développement de suivre l´exemple des pays d´Asie de l´Est? Dans quelle mesure est-il possible de reproduire les stratégies de développement de ces derniers? Tels ont été les thèmes du débat auquel ont participé des représentants de gouvernements, des universitaires et d´autres membres de la société civile lors de la conférence informelle organisée le 9 octobre dans le cadre de la session annuelle du Conseil du commerce et du développement de la CNUCED (voir note aux correspondants No. 21).

La session du matin a été centrée sur la conception et la mise en oeuvre de stratégies de développement dans environnement international en mutation. Les discussions ont été introduites par deux conférenciers : le professeur Deepak Nayyar, Centre d´études économiques, université Jawaharlai Nehru (Inde) et M. Philippe Frémeaux, rédacteur en chef, Alternatives économiques (France).

Pour ces orateurs, la mondialisation pose de nouveaux défis aux décideurs politiques du monde en développement. Ces défis diffèrent de ceux auxquels ont été confrontés les décideurs d´Asie de l´Est lorsque ces pays sont entrés en phase de croissance rapide. Les problèmes persistants du Nord - croissance lente et fort taux de chômage - pourraient menacer l´ouverture du système commercial mondial dont les pays en développement ont besoin pour poursuivre leur stratégie de développement tournée vers l´exportation. Le danger de voir les pressions de la mondialisation exacerber les asymétries de l´économie mondiale est bien réel. C´est d´ailleurs ce qui s´était passé dans la période de la mondialisation qui avait précédé la première guerre mondiale. Pour les deux orateurs, la réponse est à chercher du côté de le coopération Sud-Sud.

La discussion de l´après-midi sur les enseignements pouvant être tirés de l´expérience des pays d´Asie de l´Est en matière de conception et de mise en oeuvre de stratégies de développement tournées vers l´extérieur a permis de dégager deux éléments importants. Contrairement à ce qu´affirment les explications "populaires", la réussite de ces pays n´a pas démarrée par une situation favorable au niveau institutionnel et dans le domaine des ressource, mais par bon nombre des problèmes familiers à d´autres pays moins développés. En outre, il n´y a pas de recette qui aurait été appliquée par tous les pays de la région. Ils ont suivi des voies diverses qui ont abouti à une croissance économique rapide et durable. Ces constats sont encourageants pour les pays en développement qui se lancent dans des stratégies de développement orientées vers l´extérieur. Ce débat a été introduit par M. Adrian Hewitt, Overseas Development Institute, Regent´s College, Inner Circle (Royaume-Uni) et par le professeur Yasutami Shimomura, école supérieure d´études politiques, université Saitama, Urawa (Japon).

Selon les deux conférenciers, la croissance en Asie de l´Est a été fortifiée par une combinaison de réformes institutionnelles (notamment la création d´une technocratie saine chargée des affaires économiques), d´une bonne gestion des affaires publiques et de mesures politiques spécifiques. Ceci va bien au-delà d´une gestion macro?économique prudente. Autres préalables, des politiques industrielles appropriées et une mise en valeur des ressources humaines. Ils ont suggéré que la tendance à refuser une intervention active de l´Etat avait été exagérée, notamment dans des domaines sensibles comme l´investissement et la promotion de l´exportation.

Les discussions ont également mis en lumière le rôle que jouent les dynamiques régionales, en particulier les liens étroits entre le commerce et l´investissement, entre les pays à différents niveaux de développement économique et industriel.




Pour plus de renseignements, veuillez contacter :
Yilmaz Akyüz, Chef
Section macro-économie, Division de l´interdépendance globale
T: +41 22 907 5841
F: +41 22 907 0274
E: yilmaz.akyuz@unctad.org
ou
Muriel Scibilia, Attachée de presse
T: +41 22 907 5725
F: +41 22 907 0043
E: muriel.scibilia@unctad.org.



Loading..

Attendre, s'il vous plaît ....