unctad.org | LA CNUCED REND PUBLIC SON NOUVEAU CLASSEMENT DES PAYS EN FONCTION DE LEURS RESULTATS COMMERCIAUX ET DES BENEFICES TIRES EN MATIERE DE DEVELOPPEMENT
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour l'utilisation des médias d'information - Ce n'est pas un document officiel
LA CNUCED REND PUBLIC SON NOUVEAU CLASSEMENT DES PAYS EN FONCTION DE LEURS RESULTATS COMMERCIAUX ET DES BENEFICES TIRES EN MATIERE DE DEVELOPPEMENT

UNCTAD/PRESS/PR/2007/044
06 November 2007


EMBARGO
Le contenu de ce communiqué et du Rapport 2007 ne doit pas être cité ni résumé par la presse écrite,
la radio, la télévision et les médias électroniques
avant le 6 novembre 2007, 17 heures TU

Selon l´indicateur du commerce et du développement, rénové par rapport à celui de 2005, les Etats-Unis arrivent en tête du classement mondial, suivis de l´Allemagne, du Danemark et du Royaume Uni. En 5ème position, Singapour est le premier des pays en développement.


Accès direct: | Highlights |

Télécharger [PDF]: | Rappport | [PDF, 200 Pages, 1860Kb] (seulement en anglais)

L´étude de la CNUCED intitulée Developing Countries in International Trade 2007- Trade and Development Index, (1) constate que les États-Unis restent le pays qui est le mieux doté aux plans économique, social, réglementaire et gouvernemental pour participer au commerce mondial, en tirer profit et se servir des bénéfices qu´ils en retirent pour améliorer le niveau de vie. Ceci, malgré les difficultés engendrées par les déséquilibres macroéconomiques, l´affaiblissement du dollar et la crise du marché de l´immobilier.

Occupant le cinquième rang du classement, Singapour est le pays en développement qui obtient le meilleur score. Il est également le seul pays en développement à figurer parmi les 20 premiers. La République de Corée se place au 21ème rang, la Chine est 25ème, la Malaisie 27ème et la Thaïlande 29ème. Du côté des pays africains, ce sont l´Afrique du Sud (47ème) et Maurice (50ème) qui obtiennent les meilleurs scores. Les 20 pays les moins performants font partie de la catégorie des pays les moins avancés (PMA) ou d´Afrique subsaharienne. Sept économies en transition - d´Europe du Sud-est et de la Communauté des États indépendants, notamment la Fédération de Russie - ont vu leurs scores progresser par rapport à 2005. La plus forte progression est observée pour la Roumanie, suivie par l´Azerbaïdjan et l´Albanie.

La nouvelle méthodologie utilisée pour définir l´indicateur du commerce et du développement (ICD) est expliquée en détail dans l´étude de la CNUCED. L´indicateur permet de rendre compte de façon exhaustive des résultats des pays dans le domaine du commerce et du développement. Il intègre presque tous les facteurs et les indices touchant au commerce et au développement de tous les pays, qu´ils soient développés ou en développement. Il a été conçu pour permettre des analyses novatrices et servir d´outil de référence dans l´évaluation des politiques commerciales en interaction avec les stratégies nationales de développement. Le but est de promouvoir un développement économique et social équilibré dans les pays en développement, dans les PMA et dans les économies en transition. L´analyse publiée aujourd´hui à Genève porte sur les réalités spécifiques à chaque pays et souligne les goulots d´étranglement structurels, institutionnels et financiers. Elle met en évidence les lacunes des politiques commerciales et les insuffisances en termes de bien-être socio-économique.

L´indicateur établi par la CNUCED a pour principal objectif d´aider les gouvernements - en particulier ceux qui sont confrontés à la pauvreté et dont le développement stagne - à identifier les facteurs qui leur permettraient de participer plus efficacement aux échanges mondiaux afin d´accélérer la croissance de leur économie nationale, de créer des emplois et d´améliorer le bien-être des populations.

Les suggestions des gouvernements et du monde académique ont permis d´améliorer l´indicateur de cette année qui intègre 11 composantes et 34 indicateurs spécifiques. Trois nouvelles composantes ont été ajoutées à la section " dimension structurelle et institutionnelle ": les ressources de financement national, les ressources de financement international et la stabilité macro-économique. Deux nouvelles composantes ont été ajoutées à la section " résultats en matière de commerce et de développement " : les résultats commerciaux et le bien-être socio-économique. Une série de nouveaux indicateurs ont également été incorporés : l´épargne intérieure brute, le service total de la dette extérieure, la dette à court terme, la qualité de la réglementation, le contrôle de la corruption, l´inflation et la balance du compte courant, les différences de revenus entre hommes et femmes, le pourcentage de femmes dans la population active, et le taux d´alphabétisation de la population adulte.

Le recours à l´ICD montre que les pays en développement restent à la traîne des pays développés dans différents secteurs : capital humain, infrastructures physiques, intermédiation financière, qualité institutionnelle, résultats économiques et commerciaux et bien-être social. Les auteurs de l´étude constatent toutefois que la situation évolue positivement. Certains pays en développement obtiennent des scores proches de ceux des pays développés en ce qui concerne les composantes ressources financières, structure économique, stabilité macroéconomique et viabilité environnementale. La plupart des économies sont désormais relativement comparables en matière de libéralisation du commerce. Il n´en demeure pas moins que les différences observées au niveau d´autres composantes montrent clairement les limites de la libéralisation du commerce lorsque cette dernière n´est pas assortie d´autres déterminants relatifs à l´évolution du commerce et du développement.

"L´ICD est un instrument précieux d´aide à la prise de décisions et à la promotion des politiques. Il a été élaboré par la CNUCED afin d´aider les États membres à identifier les forces et les faiblesses de leur cadre institutionnel et politique et définir des stratégies de développement, précise le Secrétaire Général de la CNUCED, M. Supachai Panitchpakdi. Pour que la mondialisation profite à tous, il faut mettre un visage humain sur la croissance économique mondiale. D´où l´urgence d´examiner les liens entre commerce et développement, notamment pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement d´ici à 2015. "

L´ICD offre aussi des perspectives différentes basées sur la comparaison entre régions et pays. Pour la première fois, l´étude de cette année présente le profil de chacun des 123 pays analysés. Il comporte trois types d´informations: une série d´indicateurs, une comparaison entre les scores obtenus en 2005 et en 2006 (basé sur une méthodologie révisée), et une comparaison des résultats par rapport aux autres pays.

Ces dernières années, les résultats obtenus par plusieurs pays en développement et certaines économies en transition ainsi que leur capacité à rattraper les pays les plus riches ont été remarquables. Le nouveau poids économique de ces pays, en particulier les sept grands pays émergents (E7), que sont le Brésil, l´Inde, la Chine, la République de Corée, le Mexique, la Fédération de Russie et l´Afrique du Sud, est reflété par leurs scores. Toutes les économies de ce groupe ont amélioré leur ICD entre 2005 et 2006. C´est la Chine qui enregistre la plus forte progression suivie par l´Inde. Ces pays émergents ont en moyenne de meilleurs scores que les autres pays en développement ; et l´écart entre leurs scores et ceux des pays qui ont adhéré à l´Union européenne en 2004 (EU10) n´est pas important.

Parmi les pays en développement, ce sont ceux d´Asie de l´Est et du Pacifique qui réalisent les meilleurs scores, suivis par ceux du Moyen Orient et d´Afrique du Nord ; viennent ensuite ceux d´Amérique latine et des Caraïbes. Les pays d´Afrique subsaharienne et ceux d´Asie du Sud affichent des scores comparables et se trouvent à la traîne des autres régions. Sans surprise, l´Europe Occidentale et l´Amérique du Nord ont de loin les scores les plus élevés.

C´est dans le domaine du bien-être économique et social que les pays développés réalisent les scores les plus hauts (395 points, devançant ainsi l´Europe des 10 (344 points) et les pays en développement (263 points). S´agissant des résultats commerciaux, l´Europe des 10 et les pays développés dans leur ensemble ont respectivement des scores de 108 et 123, ce qui les place nettement au-dessus de ceux des pays en développement.

Cinq pays en développement (Botswana, Jamaïque, Uruguay, Cameroun et la République arabe Syrienne) ont enregistré les plus fortes baisses de leur score entre 2005 et 2006. Forte hausse en revanche pour quatre pays en développement (Equateur, Honduras, République Islamique d´Iran et Oman) due pour les deux derniers au boom dans le secteur de l´énergie qui les a propulsés vers des scores très élevés en terme de résultats commerciaux.

Tous les pays exportateurs d´énergie, excepté la Malaisie, ont un ICD plus élevé en 2006 qu´en 2005 grâce à de meilleurs résultats commerciaux. Huit des dix pays les plus dépendants des produits de base (Malawi, République Centrafricaine, Islande, Rwanda, Guinée-Bissau, Ouganda, Ethiopie et Paraguay) ont vu leur ICD progresser par rapport à 2005, du fait essentiellement de l´augmentation des prix à l´exportation des produits de base.

Les recours à l´ICD a mis en évidence une règle générale qui aidera les décideurs à mettre au point les mesures politiques à prendre aux plans international et national. Il apparaît en effet, grâce à l´analyse statistique, que "plus la variabilité des composantes principales est faible, plus les scores sont élevés". Ce qui signifie notamment que si on se concentre trop sur un nombre limité d´objectifs en matière de commerce et de développement, on risque de n´aboutir qu´à des résultats marginaux.

"Si on ne se concentre que sur la libéralisation du commerce, il est peu probable que l´on atteindra les résultats escomptés", a estimé le Secrétaire général de la CNUCED. S´ils veulent combler l´écart avec les économies plus avancées, les décideurs politiques, en particulier ceux des pays en développement, doivent aussi promouvoir d´autres mesures telles que la gestion macro-économique et financière, l´aide au commerce et des politiques industrielles. "

Ces cinq dernières années, l´environnement économique a été très propice pour les pays en développement. Etant donné que la mondialisation tend de plus en plus les bras aux pays du sud, et que le rôle de ces pays dans le commerce mondial devient prépondérant, l´ICD montre que les pays en développement pourraient encore mieux en tirer partie en adoptant des mesures efficaces et cohérentes allant dans le sens d´une expansion et d´un renforcement des échanges Sud-Sud.

Le travail sur l´ICD est soutenu par un Conseil Consultatif, composé d´économistes de renom originaires de toutes les régions du monde, et présidé par le professeur Lawrence R. Klein, lauréat du Prix Nobel d´économie en 1980.

"La CNUCED a établi un cadre solide en instaurant de nouvelles normes pour examiner les progrès en termes de développement économique et social dans le monde", indique le professeur Klein. Cette deuxième mouture des mesures de l´ICD permet d´inclure plus de pays et d´élargir l´analyse quantitative sur une période plus longue. C´est extrêmement important entre les pays comme au sein des pays car cela braque les projecteurs sur la pauvreté qui est présente dans beaucoup trop de pays".


ANNEXE

Tableau

Tableau 1. L´indice Commerce et Développement : classement global

Tableau 1. L´indice Commerce et Développement : classement global
Tableau 1. L´indice Commerce et Développement : classement global
Note: Les scores du TDI 2005 et leurs classements dans l´étude DCIT-TDI 2005 (Novembre 2005) ne sont pas comparables avec les données du TDI 2005 dans l´étude DCIT 2007 étant donnés les changements d´indicateurs/composantes, une approche différente de calcul et le nombre de pays couverts.




Annotations

1.Developing Countries in International Trade 2007- Trade and Development Index, UNCTAD/DITC/TAB/2007/2, Nations Unies, New York et Genève, 2007. Cette publication, qui n´est pour le moment disponible qu´en anglais, peut être obtenue auprès des bureaux de vente des Nations Unies ou auprès des agents de vente de l´ONU dans de nombreux pays. Pour l´Europe, l´Afrique et l´Asie occidentale, prière d´adresser vos demandes au service des Publications des Nations Unies / Section des ventes, Palais des Nations, CH - 1211 Genève 10, Suisse, télécopie: +41 22917 0027, e-mail: unpubli@un.org. Pour les Amériques et l´Asie de l´Est, contacter les Publications des Nations Unies, Two UN Plaza, DC2 - 853, New York, NY 10017, USA, tél: +1 212 963 8302 ou +1 800 253 9646, télécopieur: +1 212 963 3489, E-mail: publications@un.org . Internet: http://www.un.org/publications .






Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter :
Le Service de presse de la CNUCED
T: +41 22 917 58 28
E: unctadpress@unctad.org
Web: www.unctad.org/press



Loading..

Attendre, s'il vous plaît ....