unctad.org | Hausse de l’investissement dans les petits états insulaires en développement, grâce à deux pays riches en ressources naturelles
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour l'utilisation des médias d'information - Ce n'est pas un document officiel
Hausse de l’investissement dans les petits états insulaires en développement, grâce à deux pays riches en ressources naturelles
Les flux vers la Trinité-et-Tobago et la Papouasie-Nouvelle-Guinée rééquilibrent une tendance inégale pour ce groupe de pays

EMBARGO
Le contenu de ce communiqué et du présent Rapport ne doit pas être cité ni résumé par la presse écrite, la radio, la télévision et les médias électroniques avant le 26 juin 2013, 17:00

UNCTAD/PRESS/PR/2013/028
Genève, Suisse, (25 juin 2013)

Les investissements étrangers directs (IED) dans les petits États insulaires en développement (PEID) ont continué de se redresser en 2012, avec une croissance positive pour la deuxième année consécutive, d’après le Rapport sur l’investissement dans le monde 2013 : Les chaînes de valeur mondiales: l’investissement et le commerce au service du développement1  . Ce rapport, disponible qu'en anglais, est rendu public aujourd’hui.

Les flux d’IED vers les 29 petits États insulaires en développement ont augmenté de 10 %, pour s’établir à 6,2 milliards de dollars des États-Unis, principalement en raison des fortes hausses enregistrées par Trinité-et-Tobago et la Papouasie-Nouvelle-Guinée, deux pays riches en ressources naturelles. Principale destination d’IED de ce groupe de pays (fig. 1), Trinité-et-Tobago a représenté 41 % du total en 2012, avec une hausse de 38 % des flux d’IED.  En Papouasie-Nouvelle-Guinée,  les flux d’IED sont redevenus positifs, s’établissant à un niveau modeste de 29 milliards de dollars, après une forte diminution (moins de 309 millions de dollars) en 2011. A eux deux, ces pays comptent  178 % de la hausse totale des IED vers les PEID en 2012 − autrement dit, ils compensent un important recul net dans d’autres pays. Le rapport de la CNCUED souligne des taux d’IED extrêmement inégaux au sein de ce groupe de pays.

Les flux d’IED vers les 11 PEID des Caraïbes ont augmenté de 5 %, s’établissant à 4,8 milliards de dollars en 2012. Ces pays représentent traditionnellement l’essentiel des flux d’IED vers les PEID, avec une part moyenne de près des quatre cinquièmes du total. La hausse sensible des IED à la Trinité-et-Tobago est due à une augmentation des bénéfices réinvestis par les sociétés transnationales (STN) dans le secteur de l’énergie, selon le WIR. Outre d’importants gisements de pétrole et de gaz, la proximité géographique de ce pays du vaste marché nord-américain, une langue commune et une certaine dépendance économique sont quelques-uns des facteurs qui expliquent sa position privilégiée en tant que destinataire d’IED par rapport aux autres petits États insulaires en développement.

Les flux d’IED à destination des autres PEID − en Afrique, en Asie et dans le Pacifique − ont augmenté de 31 %, pour s’établir à 1,4 milliard de dollars, en grande partie grâce aux hausses enregistrées en Papouasie-Nouvelle-Guinée. On notera cependant que les IED ont augmenté de 32 % à Maurice, pour s’établir à 361 millions de dollars, et de 11 % (284 millions de dollars) aux Maldives. Ils ont par contre diminué de 36 % aux Fidji, s’établissant à 268 millions de dollars, et de 21 % aux Seychelles (114 millions de dollars).

En valeur absolue, les flux d’IED peuvent sembler modestes, indique le Rapport. Ils sont néanmoins appréciables, rapportés à la taille économique de la plupart des pays considérés. Le ratio stock d’IED/produit intérieur brut (PIB) pour ces pays était de 81 % en 2011, avec des variations considérables allant de 2 % pour Kiribati à 292 % pour Saint Kitts-et-Nevis (fig. 2). Bien que les PEID soient extrêmement dépendants de l’IED, on sait très peu de choses de l’impact économique des flux d’IED, et en particulier. de la façon dont ces flux d’investissement interagissent avec les vulnérabilités économiques structurelles de ces pays − faible taille, dispersion géographique (et souvent, éloignement), vulnérabilité aux catastrophes naturelles, marchés intérieurs exigus, forte dépendance à l’égard des importations, capacité limitée d’exploiter des économies d’échelle.

Parallèlement à la forte hausse des IED dans le secteur des ressources naturelles en 2012, qui a principalement concerné la Trinité-et-Tobago et la Papouasie-Nouvelle-Guinée, on a observé un lent redressement de l’activité touristique, largement dominée par des investisseurs étrangers, avec une diversification dans le sens d’un accroissement du nombre de touristes originaires d’Asie, selon le Rapport sur l'investissement dans le monde.

Si un certain nombre de ces pays encouragent une activité financière offshore dans l’objectif de diversifier leur économie, d’autres, comme la Jamaïque, soutiennent le secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC), attirant ainsi des investisseurs étrangers comme Convergys Corporation et Aegis Communications Ltd. (deux sociétés des États-Unis), qui envisagent d’ouvrir des centres d’appel à Montego Bay, selon le Rapport.

Rapport complet en anglais : http://unctad.org/en/PublicationsLibrary/wir2013_en.pdf

Figure 1. Top 5 recipients of FDI in SIDS, 2011 and 2012
(billions of US dollars)
 PR13028f1_en.gif
Source: UNCTAD, World Investment Report 2013.

 
Figure 2. Ratio of FDI stock to GDP of SIDS, 2011
(as percentages)
PR13028f2_en.gif
Source: UNCTAD, World Investment Report 2013.


End Notes
  1. Le rapport (no de vente: E.13.II.D.5, ISBN-13: 978-92-1-112868-0) peut être obtenu auprès du Bureau des ventes et de la commercialisation des publications des Nations Unies à l’adresse ci-dessous ou auprès des revendeurs des publications des Nations Unies dans le monde. au prix de 85 dollars des États-Unis (avec une réduction de 50 % pour les résidents des pays en développement, et de 75 % pour les résidents des pays les moins avancés). Les commandes ou les demandes de renseignements sont à adresser à: United Nations Publications Sales and Marketing Office, 300 E 42nd Street, 9th Floor, IN-919J New York, NY 10017 (États-Unis d’Amérique), tél.: +1 212 963 8302, télécopie: +1 212 963 3489, courriel: publications@un.org, https://unp.un.org.


Pour plus d'informations, veuillez contacter:
Unité de Communication et d'information de la CNUCED
T: +41 22 917 5828
T: +41 79 502 43 11
E: unctadpress@unctad.org
Web: unctad.org/press


Loading..

Attendre, s'il vous plaît ....