unctad.org | Assurer la contribution des chaînes de valeur mondiales au développement par des stratégies publiques avisées
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour l'utilisation des médias d'information - Ce n'est pas un document officiel
Assurer la contribution des chaînes de valeur mondiales au développement par des stratégies publiques avisées
La CNUCED préconise de nouvelles initiatives pour tirer parti du commerce et de l’investissement

EMBARGO
Le contenu de ce communiqué et du présent Rapport ne doit pas être cité ni résumé par la presse écrite, la radio, la télévision et les médias électroniques avant le 26 juin 2013, 17:00

UNCTAD/PRESS/PR/2013/021
Genève, Suisse, (25 juin 2013)

La prédominance croissante des chaînes de valeur mondiales (CVM) dans le commerce international peut être exploitée par les pays en développement pour accroître leur part dans la valeur créée. Autrement dit, il s'agit pour eux d'obtenir des bénéfices, des salaires et des investissements pérennes plus importants − à un moment où le parcours international des biens, de l’état de matière première à celui de produit fini, se complexifie toujours davantage, indique la CNUCED dans le Rapport sur l’investissement dans le monde, 2013 : Les chaînes de valeur mondiales: l’investissement et le commerce au service du développement1.

Le Rapport, disponible en anglais, a été publié aujourd’hui. Il met spécialement l’accent cette année sur les CVM, dans le prolongement du rapport de la CNUCED sur les chaînes de valeur mondiales et le développement publié au mois de février (voir UNCTAD/PRESS/PR/2013/1).

Principales conclusions du rapport:

La contribution des CVM au développement peut être significative. Dans les pays en développement, le commerce en valeur ajoutée contribue en moyenne au PIB national à hauteur de près de 30 %, contre 18 % dans les pays développés. Et il existe une corrélation positive entre la participation aux CVM et le taux de croissance du PIB par habitant. Les CVM ont aussi une incidence économique directe sur la valeur ajoutée, les emplois et les revenus. Elles peuvent aussi constituer pour les pays en développement un moyen important de renforcer leurs capacités productives, notamment par la diffusion des technologies et l’acquisition de compétences, ce qui ouvre des perspectives de modernisation industrielle à plus long terme..

La participation aux CVM comporte aussi néanmoins des risques. La contribution des chaînes de valeur mondiales au PIB peut être limitée si les pays ne reçoivent qu’une faible partie de la valeur ajoutée créée tout au long de la chaîne. En outre, la diffusion technologique, le renforcement des compétences et la modernisation ne sont pas automatiques. Les pays en développement courent le risque de rester captifs d’activités à relativement faible valeur ajoutée. En outre, les conséquences pour l’environnement et les effets sociaux, notamment sur les conditions de travail, la sécurité et la santé au travail, et la sécurité de l’emploi, peuvent être préjudiciables. La mobilité possible des activités des CVM, et une plus grande vulnérabilité aux chocs extérieurs constituent des risques supplémentaires.

Les pays doivent effectuer un choix stratégique: promouvoir ou ne pas promouvoir la participation aux CVM. Les pays doivent évaluer rigoureusement les avantages et les inconvénients de cette participation, et les coûts et les avantages de politiques actives de promotion des CVM ou de stratégies de développement tirées par les CVM, en fonction de leur situation propre et de leur dotation en facteurs. Certains peuvent décider de ne pas promouvoir la participation dans les CVM; d’autres peuvent ne pas avoir le choix. Dans les faits, la plupart des pays participent déjà à des CVM dans une certaine mesure. Promouvoir la participation aux chaînes de valeur mondiales suppose de cibler certains segments de ces chaînes; le processus doit donc être sélectif. Qui plus est, la participation aux CVM ne représente qu’un aspect des stratégies globales de développement des pays.

Les politiques sont importantes pour que les CVM contribuent au développement. Intégrer les CVM liées aux STNs, qui sont à l’origine désormais d’environ 80 % du commerce mondial, et exploiter les possibilités de modernisation que ces chaînes présentent, suppose une approche structurée: Il s'agit notamment d'inscrire les CVM dans les politiques de développement industriel (par exemple en ciblant des tâches et des activités pertinentes pour les CVM),de favoriser la croissance des CVM en instaurant un cadre propice au commerce et à l’investissement et de mettre en place les infrastructures indispensables, et de renforcer les capacités productives des entreprises locales et les compétences de la main-d’œuvre locale. Pour atténuer les risques associés à la participation aux CVM, ces efforts doivent intervenir dans un cadre environnemental, social et de gouvernance robuste.  En parallèle, la réglementation doit être consolidée et un soutien doit être apporté aux entreprises locales en matière de respect des normes et de renforcement des capacités, recommande le rapport.

La CNUCED propose trois initiatives spécifiques:

• Synergies entre les politiques de commerce et de développement et les institutions compétentes. Les politiques de commerce et d’investissement opèrent souvent de façon isolée. Dans le contexte des CVM, leur interaction peut avoir des effets involontaires qui sont contre-productifs. Les décideurs doivent évaluer rigoureusement les instruments de politique générale qui influent simultanément sur l’investissement et le commerce au sein des CVM, autrement dit les dispositions commerciales qui influent sur l’investissement, et les dispositions en matière d’investissement qui influent sur le commerce. En outre, les CVM nécessitent une collaboration plus étroite entre les organismes de promotion du commerce et de l’investissement.
• Pactes de développement industriel régional. Le rôle joué par les chaînes de valeur régionales montre l’importance de la coopération économique régionale. Des pactes de développement industriel régional pourraient consister en des accords régionaux intégrés sur le commerce et l’investissement centrés sur la libéralisation et la facilitation du commerce et de l’investissement. Ils pourraient favoriser la création d’institutions et de mécanismes communs de promotion du commerce et de l’investissement. Ils pourraient viser enfin à créer des groupements industriels transnationaux en finançant conjointement les infrastructures nécessaires aux CVM et des activités de renforcement des capacités productives.
• Des zones franches industrielles viables. La viabilité devient un facteur important pour attirer les activités de CVM. Les zones franches industrielles ont pris une place importante dans les CVM en offrant des avantages aux STN et aux fournisseurs de CVM. Elles pourraient offrir également des services d’appui étendus pour les initiatives et les infrastructures de responsabilité sociale d’entreprise (RSE) afin de promouvoir l’application des normes de RSE. Parmi les services en question pourraient figurer une assistance technique en matière de certification et d’information, un appui sur les questions de sécurité et d’hygiène au travail, et des équipements de recyclage ou de sources d’énergie de remplacement.

Rapport complet en anglais : http://unctad.org/en/PublicationsLibrary/wir2013_en.pdf


Le rôle des STN dans le commerce en valeur ajoutée a une incidence sur la «récupération de valeur ajoutée».
Parts du commerce en valeur ajoutée par composante, moyenne des pays en développement

PR13021f1_fr.gif
Source: CNUCED, Rapport sur l’investissement dans le monde 2013.


Cadre directeur pour les chaînes de valeur mondiales et le développement

PR13021f2_fr.gif
Source: CNUCED, Rapport sur l’investissement dans le monde 2013.

 

Les décideurs doivent s’assurer que les mesures de politique commerciale et les mesures de politique de l’investissement vont dans le même sens

PR13021f3_fr.gif
Source: CNUCED, Rapport sur l’investissement dans le monde 2013.

 

Faire évoluer les accords régionaux de commerce et d’investissement: les pactes de développement industriel régional.
Les pactes de développement industriel régional pour des chaînes de valeur régionales
PR13021f4_fr.gif
Source: CNUCED, Rapport sur l’investissement dans le monde 2013.

 


Transformer les zones franches industrielles en centres d’excellence pour une activité économique viable

«Zones franches industrielles viables»

PR13021f5_fr.gif
Source: CNUCED, Rapport sur l’investissement dans le monde 2013.


End Notes
  1. Le rapport (no de vente: E.13.II.D.5, ISBN-13: 978-92-1-112868-0) peut être obtenu auprès du Bureau des ventes et de la commercialisation des publications des Nations Unies à l’adresse ci-dessous ou auprès des revendeurs des publications des Nations Unies dans le monde. au prix de 85 dollars des États-Unis (avec une réduction de 50 % pour les résidents des pays en développement, et de 75 % pour les résidents des pays les moins avancés). Les commandes ou les demandes de renseignements sont à adresser à: United Nations Publications Sales and Marketing Office, 300 E 42nd Street, 9th Floor, IN-919J New York, NY 10017 (États-Unis d’Amérique), tél.: +1 212 963 8302, télécopie: +1 212 963 3489, courriel: publications@un.org, https://unp.un.org.


Pour plus d'informations, veuillez contacter:
Unité de Communication et d'information de la CNUCED
T: +41 22 917 5828
T: +41 79 502 43 11
E: unctadpress@unctad.org
Web: unctad.org/press


Loading..

Attendre, s'il vous plaît ....