unctad.org | Malgré une croissance économique rapide, le nombre de pauvres augmente dans les pays les moins avancés
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour l'utilisation des médias d'information - Ce n'est pas un document officiel
Malgré une croissance économique rapide, le nombre de pauvres augmente dans les pays les moins avancés

UNCTAD/PRESS/PR/2008/013
17 July 2008

EMBARGO
Le contenu de ce communiqué et du Rapport 2008 ne doit pas être cité ni résumé par la presse écrite,
la radio, la télévision et les médias électroniques
avant le 17 juillet 2008, 17 heures TU
(13 heures à New York, 19 heures à Genève)

Les résultats économiques exceptionnels enregistrés ne profitent pas aux populations dans leur ensemble

La crise alimentaire mondiale risque d´aggraver la situation

Genève, 17 Juillet 2008 - Selon un nouveau rapport de la CNUCED, les 50 pays les moins avancés (PMA) ont enregistré leur taux de croissance économique le plus élevé depuis trente ans, mais cela n´a pas suffi à empêcher le nombre total de pauvres d´augmenter. Les trois quarts des habitants de ces pays continuent de survivre avec moins de 2 dollars des États-Unis par jour. La hausse récente des prix des denrées alimentaires risque d´annuler les modestes progrès réalisés.

D´après le Rapport 2008 sur les pays les moins avancés (1), les taux de croissance économique supérieurs ou égaux à 7 % enregistrés dans l´ensemble des PMA en 2005-2006 auraient dû permettre une amélioration notable des conditions de vie. Cependant, 581 millions de personnes vivaient toujours dans le dénuement en 2005 sur une population totale de 767 millions, quelque (voir le graphique 1). La plupart du temps, un revenu inférieur à 2 dollars É.-U. par jour est insuffisant pour répondre aux besoins élémentaires en matière d´alimentation, d´accès à l´eau, de logement, de santé ou d´éducation.

Le Rapport sur les pays les moins avancés de cette année est intitulé "Croissance, pauvreté et modalités du partenariat pour le développement".

D´après ce rapport, malgré la forte croissance enregistrée dans les PMA au cours des dernières années, l´amélioration du niveau de vie des habitants a été faible. La croissance économique a eu un impact mitigé sur la pauvreté absolue, qui est la forme la plus extrême de dénuement matériel.

La "pauvreté absolue" englobe tous ceux qui vivent avec moins de 1 dollar par jour. La part de la population totale des PMA dont les revenus sont inférieurs à ce seuil ("taux de pauvreté") a diminué lentement entre 1994 et 2005, passant de 44 % à 36 %, selon les nouvelles estimations de la pauvreté réalisées par la CNUCED. Elle est encore élevée et représente 277 millions de personnes (voir le graphique). Même si l´incidence de la pauvreté a diminué, le nombre de pauvres en chiffre absolu a augmenté en raison de la forte croissance démographique. Même en période de croissance économique plus rapide, le nombre de ceux vivant dans la pauvreté absolue a progressé jusqu´en 2003 avant de se stabiliser. Mais le nombre de pauvres vivant avec plus de 1 dollar mais moins de 2 dollars par jour continue d´augmenter.

Les faibles progrès enregistrés en matière de réduction de la pauvreté impliquent que les PMA ne seront pas capables d´atteindre le premier des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) adoptés par l´Organisation des Nations Unies, à savoir: réduire de moitié la proportion de ceux qui vivent avec moins de 1 dollar par jour entre 1990 et 2015. Pour atteindre cet objectif, les PMA auraient besoin de ramener leur taux de pauvreté absolue à 20 % d´ici à 2015. Les projections de la CNUCED montrent que si les tendances actuelles persistent, ils n´atteindront que le taux de 33 % d´ici à cette date. D´autant que la crise alimentaire mondiale risque d´aggraver la situation (voir plus bas).

L´incidence de la pauvreté et l´ampleur de sa diminution varient selon que les PMA se trouvent en Afrique ou en Asie. Jusqu´à 80 % des habitants des PMA africains vivent avec moins de 2 dollars par jour (375 millions de personnes) contre 69 % dans les PMA asiatiques (204 millions de personnes). Les PMA insulaires totalisent 2 millions de pauvres. Les PMA asiatiques sont mieux parvenus à réduire la pauvreté car ils ont pu créer des emplois à un rythme beaucoup plus rapide.

L´amélioration du bien-être dans d´autres domaines laisse aussi à désirer

La croissance économique s´est accompagnée d´avancées timides dans la réalisation des autres "objectifs de développement humain" liés à l´alimentation, à la santé, à l´éducation, à l´égalité des sexes et à la durabilité environnementale. La plupart des PMA seront probablement incapables d´atteindre la majorité des OMD d´ici à l´échéance de 2015 (voir le graphique 2).

Les PMA ont enregistré les progrès les plus notables dans les domaines où les gouvernements ont fortement augmenté les dépenses sociales avec le soutien des pays donateurs et/ou d´organisations non gouvernementales (ONG) internationales, dans le cadre de programmes bien ciblés où tous étaient associés. Il s´agit, par ordre décroissant, du taux de scolarisation dans le primaire, de l´élargissement de l´accès à l´eau et de l´amélioration de l´assainissement. (Toutefois, même dans le cas de l´enseignement primaire, 43 % des PMA ont peu de chances d´atteindre la cible de l´OMD correspondant en 2015.) En revanche, les résultats ont été plus modestes dans les domaines qui dépendent davantage des revenus privés ? tels que la réduction de la pauvreté et de la faim.

Selon le rapport, c´est essentiellement en raison du type de croissance enregistré et du modèle de développement suivi par les PMA que la forte croissance économique n´aboutit pas à une amélioration notable du niveau de vie (voir communiqué de presse UNCTAD/PRESS/PR/2008/012). Il s´ensuit que seuls quelques secteurs de la population profitent de l´essor économique. Peu d´emplois ont été créés, en particulier dans les pays africains, ce qui empêche la majorité de la population d´augmenter directement ses revenus. Un autre facteur rendant tout progrès social difficile est la forte croissance démographique.

La crise alimentaire mondiale risque d´annuler jusqu´aux faibles avancées sociales réalisées à cette date

L´envolée des prix internationaux des denrées alimentaires enregistrée en 2007 et début 2008 s´est traduite par un renchérissement du coût des produits alimentaires dans les PMA. Dans certains d´entre eux, les prix de produits de base tels que le maïs, le blé et le riz ont doublé en dix-huit mois. Étant donné que la majorité de la population des PMA est pauvre et consacre une grande partie de ses revenus à l´alimentation, elle a été touchée de plein fouet par la hausse des prix. Cette situation a provoqué des émeutes dans huit PMA entre 2007 et le premier semestre 2008 (Burkina Faso, Guinée, Haïti, Mauritanie, Mozambique, Sénégal, Somalie et Yémen). Les deux tiers des PMA importent davantage de denrées alimentaires qu´ils n´en exportent.

La hausse des prix des denrées alimentaires a entraîné une contraction du pouvoir d´achat déjà restreint des familles pauvres. Celles-ci ont été contraintes de réduire leurs achats d´autres produits et achètent de plus en plus d´aliments de qualité inférieure, au risque de souffrir de malnutrition, ce qui aura des conséquences néfastes pour la santé et l´éducation. La crise alimentaire menace d´annuler jusqu´aux faibles progrès que les PMA ont réalisés en vue d´améliorer les conditions de vie générales de leur population.


ANNEXE

Tableaux et graphiques

Graphique 1 - Nombre estimatif de pauvres dans les PMA, 1990-2005 (En millions)

Graphique 1 - Nombre estimatif de pauvres dans les PMA, 1990-2005
(En millions)
Source: CNUCED, Rapport 2008 sur les pays les moins avancés


Note: 1 dollar ? Nombre de personnes vivant avec moins de 1 dollar par jour.
2 dollars ? Nombre de personnes vivant avec moins de 2 dollars par jour.

Graphique 2 - Pauvreté et mortalité infantile dans les PMA: incidence réelle et incidence conforme aux OMD, 1990-2005

Graphique 2 - Pauvreté et mortalité infantile dans les PMA: incidence réelle et incidence conforme aux OMD, 1990-2005
Source: CNUCED, Rapport 2008 sur les pays les moins avancés

Note: Les graphiques ci-dessus illustrent l´écart des PMA par rapport au chemin qu´ils devraient parcourir pour d´atteindre les OMD. À partir de 1990, la ligne inférieure montre quelle devrait être l´évolution de la pauvreté et de la mortalité infantile si les PMA atteignaient les OMD correspondants d´ici à 2015; la ligne supérieure montre la tendance réelle. L´écart entre les deux lignes se creuse, illustrant l´ampleur du retard pris par ces pays.

A télécharger [PDF] : | Rapport [197 pages, 1679 KB] (disponible qu´en anglais) | Aperçu général [27 pages, 698 KB] |



Annotations

1.Le Rapport 2008 sur les pays les moins avancés: croissance, pauvreté et modalités du partenariat pour le développement (numéro de vente: F.08.II.D.20, ISBN 978-92-1-112751-5) peut être obtenu auprès des bureaux de vente des Nations Unies aux adresses indiquées ci-après ou auprès des revendeurs des publications des Nations Unies dans de nombreux pays. Le prix est de 35 dollars des États-Unis, mais un prix spécial de 14 dollars des États-Unis est appliqué dans les pays en développement et les pays en transition. Pour toute commande ou demande de renseignements pour l´Europe, l´Afrique et l´Asie occidentale, s´adresser à la Section des ventes et des publications de l´ONU, Palais des Nations, CH-1211 Genève 10 (Suisse), télécopieur: +41 22 917 0027, courriel; unpubli@un.org; pour les Amériques et l´Asie orientale, s´adresser à Publications des Nations Unies, Two UN Plaza, DC2 853, New York, NY 10017, États-Unis d´Amérique, téléphone: +1 212 963 8302 ou +1 800 253 9646, télécopieur: +1 212 963 3489, courriel: publication@un.org. Internet: http://www.un.org/publications.





Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter :
Le Service de presse de la CNUCED
T: +41 22 917 58 28
E: unctadpress@unctad.org
Web: www.unctad.org/press



Loading..

Attendre, s'il vous plaît ....