unctad.org | LA MONDIALISATION RENFORCE L`UTILITÉ DE LA CNUCED
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour l'utilisation des médias d'information - Ce n'est pas un document officiel
LA MONDIALISATION RENFORCE L`UTILITÉ DE LA CNUCED
Le Secrétaire général insiste sur le fait que les recommandations des experts doivent parvenir aux décideurs politiques

TAD/INF/PR/9723
13 October 1997

La mondialisation et la libéralisation renforcent l´utilité de la CNUCED, l´institution internationale dont la représentation est la plus universelle. A l´heure où les nations se battent pour comprendre et gérer l´impact des tendances mondiales et d´autres forces puissantes qu´elles ne contrôlent pas, elles devraient pleinement exploiter les possibilités qu´offre la CNUCED, a estimé le Secrétaire général de la CNUCED, M. Rubens Ricupero, qui inaugurait la session annuelle du Conseil du commerce et du développement de la CNUCED (13 - 24 octobre).

Ainsi qu´il l´avait souligné le mois dernier à Hong Kong, lors de la réunion annuelle de la Banque mondiale et du FMI, le Secrétaire général a constaté d´importants changements dans la perception d´un certain nombre d´économies d´Asie: même les cas les plus spectaculaires de croissance rapide et continue sur plusieurs années ne sont pas immunisés contre les risques de reculs soudains et graves. Ce que confirme l´analyse du Rapport sur le commerce et le développement, 1997, selon lequel bien que les possibilités qu´offrent davantage de ressources et des flux commerciaux plus importants soient réelles, jusqu´à présent, seuls quelques pays en développement en ont bénéficié sur une période suffisamment longue pour leur permettre de combler le fossé qui les sépare du niveau de vie des pays avancés.

Des échanges internationaux plus importants au niveau des biens, des finances et de l´investissement associés à la mondialisation ne sont pas les seuls paramètres à l´aune desquels le processus de développement devrait être jugé. Le but des politiques de développement est d´améliorer le niveau de vie de tous. Lorsque l´on mesure les performances économiques, on devrait accorder plus d´attention à la croissance et à la répartition que cela n´a été le cas jusqu´à présent. Des efforts qualitatifs en matière de développement devraient être remis au centre de l´agenda du développement, et servir de base pour la conception, la mise en oeuvre et l´évaluation de politiques économiques saines, aux niveaux national et mondial. Le développement, c´est ce dont s´occupe la CNUCED, un développement qui n´est pas réservé à quelques uns mais qui s´adresse à l´ensemble des êtres humains.

Dans sa déclaration au Conseil, le Secrétaire général a souligné "qu´il revient à un organe multilatéral, doté d´une représentation universelle et d´un mandat comme le nôtre, d´examiner la nature interdépendante du phénomène économique complexe, d´analyser la confusion et de proposer des mesures appropriées aux décideurs politiques".

Faisant le point sur les travaux du mécanisme intergouvernemental de la CNUCED dix huit mois après la CNUCED IX, M. Ricupero s´est déclaré satisfait que les réunions d´experts aient abouti à des recommandations tangibles et pragmatiques. Il a demandé aux représentants des gouvernements de faire en sorte que ces recommandations "de grande qualité" parviennent aux décideurs politiques et au secteur privé au niveau national, et ne soient pas simplement classées en vue de prochaines réunions.

M. Ricupero a en revanche estimé que l´expérience des Commissions est plus mitigée. A cet égard, les Etats membres comme le secrétariat ont un rôle clé à jouer. Le secrétariat contribue à élaborer une vision; quant aux Etats, il leur revient de faire preuve de leur volonté politique de parvenir à des résultats pragmatiques ayant un certain degré de contenu politique.

Introduisant les principaux points de l´ordre du jour du Conseil, le Secrétaire général a mis l´accent sur le fait que les implications politiques de la mondialisation de la concurrence sur les marchés des biens commercialisables et de ceux qui ne le sont pas devraient être au coeur du débat. Ce thème se retrouvera dans les discussions sur l´interdépendance, sur l´Afrique et sur les pays les moins avancés (PMA). Il en sera également largement question lors du Segment de haut niveau du Conseil qui se tiendra le 23 octobre (voir communiqué de presse: TAD/INF/PR/9722), et lors de la Conférence Raúl Prebisch qui sera donnée le 24 octobre par le Professeur Dani Rodrik de l´université de Harvard (TAD/INF/PR/9721).

M. Ricupero a souhaité que le Conseil progresse dans l´identification des considérations politiques susceptibles d´aider les décideurs du monde entier à relever le défi qu´implique de concilier la mondialisation et la stabilité politique et sociale. Le message de la CNUCED est que la mondialisation pourrait relever le niveau de vie de tous si des mesures sont prises, aux niveaux national et mondial, pour que la répartition des bénéfices soit plus égale.

S´agissant de l´Afrique, les analyses de la CNUCED montrent qu´il faut davantage d´investissements publics dans l´infrastructure, ce qui pourrait contribuer à jeter les bases d´une reprise des investissements privés et du processus de diversification à condition qu´ils soient assortis de politiques justes. La condition si ne qua non: supprimer les contraintes de la balance des paiements et prévoir l´allégement de la dette des pays africains.

Se référant aux liens entre les travaux de la CNUCED et ceux d´autres organes des Nations Unies, comme le HCR dont la Commission exécutive se réunit cette semaine, le Secrétaire général a attiré l´attention sur la situation des PMA. Citant plusieurs exemples tirés du Rapport sur les pays les moins avancés, 1997 il a rappelé que la plupart des Etats confrontés à des conflits internes sont également ceux dont l´économie régresse. Au Libéria, la guerre civile a réduit le PIB de plus de 75% entre 1989 et 1993; au Mozambique, le PIB par habitant a chuté de moitié entre 1980 et 1984; plus d´un quart de la population du Rwanda et un tiers de celle du Sierra Léone sont des réfugiés ou des personnes déplacées.

En ce qui concerne le Segment de haut-niveau sur les PMA, organisé par l´Organisation mondiale du commerce (OMC) les 27 et 28 octobre, M. Ricupero a informé le Conseil que la CNUCED a activement participé à la préparation de cette réunion. Elle sera également très impliquée dans la réunion elle-même, notamment parce qu´elle préside les deux tables rondes thématiques. Il a déclaré qu´il espérait que la communauté internationale apporte le soutien nécessaire à la CNUCED pour qu´elle puisse aider les PMA à créer l´infrastructure requise pour saisir les opportunités découlant de la mondialisation.

Bureau

L´ambassadeur Goce Petreski de l´ex-République yougoslave de Macédoine a formellement été élu Président du Conseil. Le Conseil a également élu dix Vice-Président : M. Michael Ray Arietti (Etats-Unis); S.E. Mme Anne Anderson (Irlande); S.E. M. Dhumahdass Baichoo (Maurice); S.E. M. Nacer Benjelloun-Touimi (Maroc); S.E. Mme Eveline Herfkens (Pays-Bas); S.E. M. Anthony Hill (Jamaïque); S.E. M. Vasili Siderov (Fédération de Russie); S.E. M. Gilberto Vergne Saboia (Brésil); S.E. M. Bozorgmehr Ziaran (République islamique d´Iran); et S.E. M. Björn Skogmo (Norvège). M. Sek Wannamethee (Thaïlande) a été élu Rapporteur.

Le Conseil a établi deux Comités de session et élu leur Président respectif. Le Comité de session I sera centré sur les questions relatives aux PMA et sera présidé par S.E M. Daniel Bernard (France). Le Comité de session II traitera des questions concernant l´Afrique et sera présidé par Mme Agnés Yahan Aggrey-Orleans (Ghana).




Pour plus de renseignements, s´adresser à :
Chargée de presse, Muriel Scibilia
Service de presse de la CNUCED
E: +41 22 917 5725/5828
F: +41 22 907 0043
E: press@unctad.org.



Loading..

Attendre, s'il vous plaît ....