unctad.org | Pour une réforme du régime global de taux de change
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour l'utilisation des médias d'information - Ce n'est pas un document officiel
Pour une réforme du régime global de taux de change

UNCTAD/PRESS/PR/2007/024
05 September 2007

EMBARGO
Le contenu de ce communiqué de presse et du Rapport ne doit pas être cité ni résumé dans la presse, à la radio, à la télévision ou par les médias électroniques avant le 5 septembre 2007, 17 heures TU

LE RAPPORT SUR LE COMMERCE ET LE DÉVELOPPEMENT, 2007 AFFIRME QUE LA COOPÉRATION RÉGIONALE PEUT AIDER À RÉDUIRE LA VULNÉRABILITÉ DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT

L´ampleur des flux de capitaux spéculatifs fausse les taux de change et perpétue les déséquilibres des comptes courants


Télécharger [PDF] : | Trade and Development Report 2007 | [PDF, 240 Pages, 4366Kb] (Disponible seulement en anglais) Aperçu général | [PDF, 37pp., 284KB]

D´après le nouveau Rapport sur le commerce et le développement de la CNUCED, un régime global de taux de change plus approprié faciliterait une correction ordonnée des déséquilibres croissants qui pèsent sur l´économie mondiale. Les mouvements arbitraires des taux de change devraient être encadrés de la même façon que le sont les droits de douane et les subventions à l´exportation. En l´absence de mesures de contrôle de cette nature, la coopération régionale peut aider les pays en développement à se protéger de corrections brutales.

Selon le Rapport sur le commerce et le développement, 2007 (TDR), au cours des dernières années, on a observé plusieurs cas ? par exemple en Allemagne, au Japon et en Suisse ? où des excédents courants se sont accompagnés d´une dépréciation du taux de change réel, plutôt que d´une appréciation, conformément à la théorie traditionnelle. De tels mouvements dans la "mauvaise" direction ont tendance à accroître plutôt qu´à réduire les déséquilibres sous-jacents. Le Rapport constate que, parmi les pays affichant de larges excédents courants, seule la Chine a enregistré une légère appréciation de son taux de change effectif réel, et donc une légère détérioration de sa position concurrentielle, conformément à la théorie traditionnelle.

D´après la CNUCED, ce paradoxe peut s´expliquer en partie par les "carry trades", mouvements de capitaux spéculatifs alimentés par des différentiels de taux d´intérêt nominaux non compensés par des ajustements immédiats des taux de change; on parle aussi de "spéculation à découvert sur les taux d´intérêt". De gros investisseurs institutionnels, tels que les fonds spéculatifs, sont en mesure de déclencher une appréciation du taux de change d´un pays où les taux d´intérêt nominaux sont plus élevés, en investissant dans la monnaie de ce pays des actifs financiers précédemment libellés dans la monnaie d´un pays affichant des taux d´intérêt nominaux inférieurs. Ils accroissent ainsi eux-mêmes le rendement de leurs propres investissements. De la sorte, les "carry trades" cassent la relation entre différentiels de taux d´intérêt et risque d´appréciation monétaire.

Si les marchés financiers faussent systématiquement les positions concurrentielles des nations et des entreprises, une intervention publique est inévitable tôt ou tard, estiment les économistes de la CNUCED. Ils doutent donc qu´un régime de taux de change flottants soit un mécanisme approprié pour éviter des déséquilibres courants excessifs. Ils notent également que les récentes pressions exercées sur la Chine pour qu´elle laisse flotter sa monnaie risquent d´être contre-productives car, les taux d´intérêt dans ce pays restant relativement faibles, le renminbi pourrait en fait se déprécier plutôt que s´apprécier. Dans ce cas, cela ne ferait qu´accentuer les déséquilibres globaux correspondants.

En l´absence de solutions multilatérales satisfaisantes, la coopération monétaire et financière régionale peut combler quelques-unes des lacunes de la gouvernance financière internationale.

L´absence de mécanismes globaux appropriés en matière de taux de change peut provoquer instabilité et désalignement des taux de change, en particulier dans les pays en développement ? ce qui peut être préjudiciable à la compétitivité de ces pays, d´après le Rapport 2007. Cela pourrait aussi conduire à des stratégies "d´égoïsme sacré" (c´est-à-dire des stratégies visant à reporter ses propres difficultés sur le dos du voisin) compromettant les accords commerciaux régionaux. Pour éviter que la compétition pour gagner des parts de marché se fasse par la manipulation des taux de change réels et pour empêcher les marchés financiers d´orienter les positions concurrentielles des producteurs de différents pays dans la mauvaise direction, le Rapport 2007 suggère l´adoption d´un nouveau code international de conduite.

Ce code de conduite devrait être un élément fondamental du système international de gouvernance économique. Étant donné que les mouvements arbitraires des taux de change influent sur le commerce international de la même façon que les droits de douane et les subventions à l´exportation, ces mouvements devraient faire l´objet d´une supervision et de disciplines multilatérales de la même façon que les politiques commerciales. Cela aiderait aussi les pays en développement à éviter une surévaluation de leur monnaie, qui par le passé a été l´un des principaux obstacles à une croissance soutenue.

En l´absence d´un tel mécanisme, les pays en développement ont besoin de flexibilité pour gérer leur taux de change et d´un nombre suffisant d´instruments de politique, dont la taxation des flux financiers et l´intervention sur les marchés de devises, pour éviter une volatilité excessive de leur secteur extérieur, d´après le Rapport. Plusieurs pays en développement se sont également efforcés de réduire leur vulnérabilité financière en accumulant de larges réserves en devises pour amortir d´éventuels chocs financiers extérieurs.

Mais une approche régionale ? plutôt qu´une approche limitée au niveau national ? peut être plus efficace pour remédier à la vulnérabilité financière des pays en développement. En période de tension financière, des mécanismes régionaux tels qu´accords régionaux de crédit mutuel ou mise en commun d´une partie des réserves internationales collectives se prêtent mieux à une action rapide que les institutions multilatérales existantes, car les pays membres ont une plus grande maîtrise de la gouvernance de tels mécanismes. Les prêts peuvent également être versés dans des conditions plus adaptées aux circonstances.

Comme le montre l´expérience de l´Europe, les arrangements régionaux en matière de gestion des taux de change entre des pays se caractérisant par une part élevée de commerce intrarégional peuvent être un élément important du processus de création d´un marché commun. Cette expérience intéresse les pays en développement parce qu´elle montre qu´une coopération effective dans ce domaine passe par d´importants efforts de convergence macroéconomique: il faut beaucoup de temps et de volonté politique pour surmonter les difficultés qui se dressent sur la voie d´arrangements monétaires régionaux viables. De plus, il est particulièrement important pour les pays en développement que, indépendamment du cas européen, les politiques macroéconomiques menées à un niveau régional favorisent l´accumulation de capital et la croissance, comme cela a été le cas des exemples de rattrapage économique en Asie de l´Est.

"La coopération financière régionale entre pays en développement peut être l´un des éléments fondamentaux d´une amélioration de l´ordre monétaire international", d´après le Rapport 2007. En l´absence de réformes institutionnelles au niveau international, les mécanismes régionaux pourraient être une source de soutien financier pour les pays en développement. Si, par contre, les institutions financières internationales sont réformées de façon à mieux tenir compte des besoins spécifiques des pays en développement de différentes régions, elles pourraient constituer le cœur d´un système monétaire international décentralisé. Dans un tel système, les fonds régionaux répondraient aux besoins financiers courants de leurs membres et les institutions internationales feraient office de source de financement secondaire et de prêteur en dernier ressort.




Endnotes

1. Le Rapport sur le commerce et le développement, 2007 (TDR2007) (numéro de vente: E.07.II.D.11, ISBN: 978-92-1-112721-8) peut être obtenu auprès des bureaux de vente des Nations Unies aux adresses indiquées ci-après ou auprès des revendeurs des publications des Nations Unies dans de nombreux pays. Le prix est de 55 dollars des États-Unis, mais un prix spécial de 19 dollars des États-Unis est appliqué dans les pays en développement, les pays d´Europe du Sud-Est et les pays de la CEI. Pour toute commande ou demande de renseignements pour l´Europe, l´Afrique et l´Asie occidentale, s´adresser à la Section des ventes et des publications de l´ONU, Palais des Nations, CH 1211 Genève 10 (Suisse), télécopieur: +41 22 917 0027, courriel: unpubli@un.org ; pour les Amériques et l´Asie orientale, s´adresser à Publications des Nations Unies, 2 UN Plaza, DC2 853, New York, NY 10017, États-Unis d´Amérique, téléphone: +1 212 963 8302 ou +1 800 253 9646, télécopieur: +1 212 963 3489, courriel: publications@un.org . Internet: http://www.un.org/publications .





Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter :
Le Service de presse de la CNUCED
T: +41 22 917 58 28
E: unctadpress@unctad.org
Web: www.unctad.org/press



Loading..

Attendre, s'il vous plaît ....