unctad.org | LA COOPÉRATION RÉGIONALE ENTRE PAYS EN DÉVELOPPEMENT PEUT CONTRIBUER À ACCÉLÉRER L’INDUSTRIALISATION ET L’ÉVOLUTION STRUCTURELLE
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour l'utilisation des médias d'information - Ce n'est pas un document officiel
LA COOPÉRATION RÉGIONALE ENTRE PAYS EN DÉVELOPPEMENT PEUT CONTRIBUER À ACCÉLÉRER L’INDUSTRIALISATION ET L’ÉVOLUTION STRUCTURELLE

UNCTAD/PRESS/PR/2007/026
05 September 2007

EMBARGO
Le contenu de ce communiqué de presse et du Rapport ne doit pas être cité ni résumé dans la presse, à la radio, à la télévision ou par les médias électroniques avant le 5 septembre 2007, 17 heures TU

Dans le Rapport sur le commerce et le développement, 2007 de la CNUCED, une coopération régionale active est considérée comme un moyen de renforcer les stratégies de développement et de faciliter l´intégration à l´économie mondiale


Télécharger [PDF] : | Trade and Development Report 2007 | [PDF, 240 Pages, 4366Kb] (Disponible seulement en anglais) Aperçu général | [PDF, 37pp., 284KB]

Le commerce des pays en développement tend à croître plus rapidement entre pays d´une même région qu´entre pays de régions différentes. La part des articles manufacturés est également plus importante dans le commerce intrarégional que dans les échanges avec le reste du monde. Ainsi, en dépit d´une tendance générale à la mondialisation, l´intégration régionale peut être bénéfique au développement à long terme, comme le constate un nouveau rapport de la CNUCED. Une telle intégration peut aider les pays à étoffer leurs capacités économiques et leur permettre de soutenir la concurrence à l´échelle mondiale.

Cela dit, pour y parvenir, les pays ne doivent pas uniquement s´en remettre à la libéralisation du commerce. Le Rapport sur le commerce et le développement, 2007 (TDR), fait valoir que la coopération régionale devrait également englober des mesures conjointes susceptibles de renforcer le potentiel de croissance et l´évolution structurelle des pays en développement: cela concerne notamment les politiques macroéconomiques, financières et industrielles et les politiques d´infrastructure. Pour ces pays, une coopération régionale visant à améliorer les moyens de transport, à communiquer des informations commerciales et à conjuguer leurs efforts dans des secteurs tels que l´énergie, l´approvisionnement en eau, les activités de recherche-développement et l´accumulation du savoir peut être d´une importance capitale pour assurer le succès des stratégies de développement.

La proximité géographique procure encore des avantages considérables à l´heure de la mondialisation économique: le rapport affirme que la coopération régionale entre pays en développement peut soutenir les plans nationaux de développement et pallier certaines des lacunes de la gouvernance économique mondiale.

Pour bon nombre de ces pays, il peut s´avérer plus utile de s´ouvrir sur la région en traitant avec des partenaires qui se trouvent à un niveau comparable de développement que de se tourner exclusivement vers le marché mondial. La concurrence étrangère à l´intérieur de la région peut être moins difficile à gérer et la probabilité d´entrer en lice à armes égales hypothétique.

Le rapport considère que, pour permettre aux pays de tirer le meilleur parti de ces possibilités, la coopération doit dépasser le cadre de la libéralisation du commerce et des relations financières. Il faudrait prévoir des initiatives communes axées sur des objectifs macroéconomiques, industriels et d´infrastructure pour doper la croissance et les mutations structurelles, ce qui se traduira par une activité économique plus largement ancrée et plus sophistiquée.

D´après le rapport (sous-titré "La coopération régionale au service du développement"), les pays en développement n´ont pas encore exploité toutes les possibilités d´œuvrer conjointement dans ce sens. Ce type de coopération peut en outre offrir à leurs gouvernements de nouvelles options politiques en sus de celles dont ils disposent au niveau interne.

Au cours des vingt dernières années, le commerce intrarégional a affiché, dans toutes les régions en développement, une croissance plus forte que le commerce extrarégional. C´est dans les pays en développement d´Asie de l´Est que son essor a été le plus rapide, puisqu´il compte aujourd´hui pour près de la moitié dans le total des échanges de cette région. En Amérique latine, il s´est nettement développé depuis la fin des années 80 et avoisine à présent 30 % du commerce total. Il a également progressé en Afrique, encore que son volume reste inférieur à 10 % du total des échanges de la région.

Selon les économistes de la CNUCED, ce n´est pas seulement le rythme d´expansion des échanges qui fait de l´intégration régionale une stratégie propre à accélérer le développement économique. La composition des exportations intrarégionales est encore plus importante, car elle influe considérablement sur la croissance à long terme. Dans toutes les régions, la part des articles manufacturés ? notamment ceux dans lesquels la proportion de compétences et de technologie est relativement élevée ? dans le commerce intrarégional a été nettement supérieure à la part de ces produits dans le commerce total. On peut donc en déduire que l´intensification de l´activité économique régionale favorise la modernisation industrielle et la diversification.

Le rapport relève un "biais géographique" apparent en matière de commerce et de croissance économique. Cela tient à la fois au fait que des dispositifs formels de coopération sont plus faciles à mettre en place entre voisins, que la proximité a pour effet d´abaisser les coûts de transport, qu´un capital de connaissances tacites s´accumule en raison de la répétition des interactions, enfin, que les retombées technologiques et commerciales sont plus fréquentes lorsque les facteurs climatiques, culturels, linguistiques et autres sont similaires.

Le rapport prône un élargissement de la coopération aux politiques publiques, qu´il s´agisse d´améliorer la logistique commerciale et les transports, de développer l´infrastructure énergétique, de renforcer les relations financières ou d´adopter des démarches concertées ou communes dans les secteurs monétaire et industriel.

De telles dispositions peuvent utilement compléter un cadre multilatéral propice à aider les pays à mieux affronter la mondialisation. Les institutions régionales pourraient également combler les lacunes que présentent les structures mondiales de gouvernance économique, en assurant par exemple une protection contre l´instabilité des taux de change. Le rapport fait néanmoins observer qu´il n´y pas de schéma directeur pour ce type de coopération: la forme qu´elle prendra dépendra non seulement des données historiques, géographiques et politiques propres à la région considérée, mais également du poids relatif accordé au jeu du marché et aux interventions de l´État.

Ainsi qu´il ressort de l´édition 2007 du Rapport sur le commerce et le développement, la coopération régionale officielle peut s´accompagner d´une intégration régionale effective sous diverses formes. Celle-ci apparaît parfois sans que les intéressés aient conclu un accord commercial en bonne et due forme ni établi quelque autre collaboration ambitieuse en matière de politiques publiques, ce qui est par exemple le cas des pays nouvellement industrialisés d´Asie de l´Est et du Sud-Est. En l´occurrence, l´intégration régionale a été déterminée principalement par les stratégies de grandes entreprises de la région, notamment au Japon, et par un contexte macroéconomique favorable marqué par une croissance rapide et des taux élevés d´accumulation du capital. En Amérique latine, les accords officiels de coopération régionale ont joué un rôle plus important qu´en Asie: cependant, même parmi des pays de la région qui ne sont pas membres d´un même groupement officiel, le commerce intrarégional s´est développé plus rapidement que les échanges extrarégionaux, ce qui semble confirmer l´existence d´un biais géographique naturel dans le secteur du commerce. Les pays africains sont généralement signataires de divers accords commerciaux régionaux, mais cela n´a guère favorisé le commerce intrarégional. Un tel état de fait s´explique principalement par des structures de production insuffisamment développées, des possibilités d´exportation restreintes et de graves contraintes liées à la faiblesse des infrastructures.

Parmi les domaines où la coopération régionale peut être active, le rapport mentionne des mesures apparemment simples, comme celles qui facilitent les échanges, les opérations de transit et la diffusion de l´information commerciale. Une coopération régionale pour la planification et le financement des infrastructures de transport qui permettront des échanges matériels transfrontières et en abaisseront le coût est elle aussi importante pour le développement. Autres exemples de coopération régionale au service du développement: les projets régionaux de gestion et d´investissement dans des secteurs aussi essentiels que l´énergie et l´eau, qui représentent de sérieux goulots d´étranglement dans de nombreux pays en développement. Les grands projets de développement industriel, de recherche-développement et d´accumulation du savoir sont souvent trop onéreux et aléatoires pour tel ou tel pays en développement, mais peuvent s´avérer viables si plusieurs pays agissent de concert. Le rapport note que l´histoire de l´intégration économique ouest-européenne est riche d´enseignements de ce type.

En outre, la CNUCED fait valoir que la coopération régionale offre trois moyens d´aider les pays en développement à remédier aux insuffisances du système financier international: l´octroi, dans le cadre régional, de facilités de paiement et le soutien à court terme de la balance des paiements; le financement à long terme du développement; enfin, une protection contre la volatilité des taux de change et les déséquilibres monétaires qui peuvent fausser les courants commerciaux et faire obstacle à des relations commerciales fécondes. Le système financier mondial étant dépourvu d´instruments propres à atténuer l´instabilité des marchés internationaux de capitaux et ses conséquences pour les pays en développement, la coopération régionale dans le secteur monétaire et en matière de change est devenue un enjeu majeur pour toutes les régions en développement. Le rapport considère qu´en l´absence d´une réforme en profondeur de l´architecture financière mondiale, le renforcement de la coopération monétaire et financière régionale peut grandement contribuer à une meilleure harmonisation des systèmes financier et commercial internationaux sans que soient compromis les intérêts spécifiques des pays en développement (UNCTAD/PRESS/PR/2007/024).

Comme le note le rapport, il est évident que tout pays en développement peut tirer profit de l´expansion de ses exportations tant à l´échelle mondiale que régionale. Cependant, s´il cherche à moderniser sa structure de production et à rehausser le degré de technicité de son industrie, l´orientation vers le marché régional peut largement contribuer à améliorer la compétitivité des producteurs locaux et représenter une première étape efficace vers l´intégration au marché international.




Endnotes

1. Le Rapport sur le commerce et le développement, 2007 (TDR2007) (numéro de vente: E.07.II.D.11, ISBN: 978-92-1-112721-8) peut être obtenu auprès des bureaux de vente des Nations Unies aux adresses indiquées ci-après ou auprès des revendeurs des publications des Nations Unies dans de nombreux pays. Le prix est de 55 dollars des États-Unis, mais un prix spécial de 19 dollars des États-Unis est appliqué dans les pays en développement, les pays d´Europe du Sud-Est et les pays de la CEI. Pour toute commande ou demande de renseignements pour l´Europe, l´Afrique et l´Asie occidentale, s´adresser à la Section des ventes et des publications de l´ONU, Palais des Nations, CH 1211 Genève 10 (Suisse), télécopieur: +41 22 917 0027, courriel: unpubli@un.org ; pour les Amériques et l´Asie orientale, s´adresser à Publications des Nations Unies, 2 UN Plaza, DC2 853, New York, NY 10017, États-Unis d´Amérique, téléphone: +1 212 963 8302 ou +1 800 253 9646, télécopieur: +1 212 963 3489, courriel: publications@un.org . Internet: http://www.un.org/publications .





Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter :
Le Service de presse de la CNUCED
T: +41 22 917 58 28
E: unctadpress@unctad.org
Web: www.unctad.org/press



Loading..

Attendre, s'il vous plaît ....