unctad.org | HAUSSE DES FLUX D’IED DANS TOUTES LES RÉGIONS DÉVELOPPÉES ET DANS TOUS LES SECTEURS ÉCONOMIQUES DES PAYS DÉVELOPPÉS EN 2006
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour l'utilisation des médias d'information - Ce n'est pas un document officiel
HAUSSE DES FLUX D’IED DANS TOUTES LES RÉGIONS DÉVELOPPÉES ET DANS TOUS LES SECTEURS ÉCONOMIQUES DES PAYS DÉVELOPPÉS EN 2006

UNCTAD/PRESS/PR/2007/032
16 October 2007


EMBARGO
Le contenu de ce communiqué et du Rapport 2006 ne dois pas être cité ni résumé par la presse écrite,
la radio, la télévision et les médias électroniques
avant le 16 octobre 2007, 17 heures TU
(13 heures à New York, 19 heures à Genève, 22 h 30 à Delhi, 2 heures le 17 octobre à Tokyo)

A télécharger [PDF]: | World Investment Report 2007 (seulement en anglais) [11´100 KB, 323 Pages] | Aperçu général [786 KB, 65 Pages] |

Accès direct: | Country Fact sheets |

Selon le rapport annuel de la CNUCED sur les tendances mondiales de l´investissement, les entrées d´investissements étrangers directs (IED) dans les pays développés ont progressé de 45 % pour atteindre 857 milliards de dollars des États-Unis en 2006 (fig. 1).

Dans la publication intitulée World Investment Report 2007 (1) (Rapport sur l´investissement dans le monde), la CNUCED note qu´à l´inverse de ce qui s´était passé lors de la dernière forte hausse de l´IED enregistrée dans les pays industrialisés à la fin des années 90, toutes les régions développées et tous les secteurs économiques ont été concernés par le boom actuel. Celui-ci est essentiellement dû à la multiplication des fusions-acquisitions internationales, qui s´accompagne d´une participation croissante des fonds de capital-investissement, et repose sur la hausse des cours des actions, sur la progression des bénéfices des entreprises et sur les conditions de financement favorables en 2006.

Le rapport de cette année a pour titre "Les sociétés transnationales, les industries extractives et le développement".

Les entrées d´IED aux États-Unis ont rebondi à 175 milliards de dollars (fig. 2), les bénéfices réinvestis ayant notamment atteint un montant record à 65 milliards de dollars. Malgré une chute de 28 % des entrées en 2006, le Royaume-Uni reste le deuxième destinataire mondial de l´IED. Si les entrées d´IED ont légèrement augmenté en France, s´élevant à 81 milliards de dollars, elles ont plus que doublé en Belgique, s´établissant à 72 milliards de dollars. Suite à une série de fusions-acquisitions internationales réalisées dans le secteur minier, les entrées d´IED au Canada ont atteint un sommet à 69 milliards de dollars. Parmi les autres principaux pays d´accueil de l´IED figurent l´Allemagne, l´Italie, le Luxembourg et la Suède. Les entrées d´IED dans les 10 nouveaux pays membres de l´Union européenne se sont élevées à 39 milliards de dollars, soit le montant le plus élevé jamais enregistré. En raison de plusieurs opérations importantes de cession de filiales étrangères à des sociétés japonaises, les entrées d´IED au Japon sont devenues négatives pour la première fois depuis 1989 (-6,5 milliards de dollars). Plus de 90 % des fusions-acquisitions réalisées dans les pays développés ont été le fait d´entreprises d´autres pays développés, bien que les sociétés de pays en développement aient investi jusqu´à 68 milliards de dollars dans des acquisitions opérées dans des pays développés, ce qui représente une hausse de 57 % par rapport à 2005.

Les pays développés sont restés des pourvoyeurs nets d´IED, leurs investissements à l´étranger ayant augmenté de 45 % pour atteindre 1 000 milliards de dollars en 2006. Les sorties d´IED des États-Unis ont bondi à 217 milliards de dollars après avoir été négatives en 2005 (fig. 3). La baisse enregistrée en 2005 était due au rapatriement de bénéfices favorisé par les incitations fiscales ponctuelles prévues dans la loi sur la création d´emplois aux États-Unis (American Jobs Creation Act). Si la France est demeurée le deuxième investisseur mondial à l´étranger pour la deuxième année consécutive (115 milliards de dollars), ses deux poursuivants ? Espagne et Suisse ? ont affiché de nouveaux records. Sur les trois plus grandes opérations internationales de fusion-acquisition enregistrées en 2006, deux ont été le fait d´entreprises espagnoles, tandis que les acquisitions réalisées par des sociétés suisses en Amérique du Nord ont multiplié par deux les sorties d´IED de la Suisse, qui ont atteint 82 milliards de dollars. Les investissements directs des Pays-Bas à l´étranger se sont élevés à 23 milliards de dollars, essentiellement en raison de l´acquisition d´Arcelor (Luxembourg) par Mittal Steel (entreprise enregistrée aux Pays-Bas) ? opération la plus importante de l´année.

Si la déréglementation financière en cours a été la principale raison de la progression considérable des fusions-acquisitions internationales dans le secteur des services financiers, la hausse des prix des produits de base et les regroupements ont dopé ce type d´opération dans l´industrie minière. De nombreux pays développés ont adopté des politiques qui pouvaient ? directement ou indirectement ? accroître leur pouvoir d´attraction de l´IED: selon la CNUCED, sur les 37 modifications touchant à l´IED apportées au cadre réglementaire de pays développés, 30 visaient à favoriser ce type d´investissement, notamment par des privatisations (Lettonie, Malte), par des mesures de libéralisation (directive de l´UE sur les services sur le marché intérieur, audiovisuel en Australie) et par des dégrèvements fiscaux (Autriche, Estonie, Grèce, Pays-Bas et République tchèque). On assiste toutefois à la persistance ou au retour d´une forme de protectionnisme dans certains pays développés. Aux États-Unis, par exemple, des mesures ont été prises pour veiller à ce que les investissements étrangers ne compromettent pas la sécurité nationale. La CNUCED prévoit que l´IED à destination des pays développés devrait continuer de croître, quoique à un rythme plus modéré qu´en 2006. La hausse du cours des actions et des bénéfices des entreprises ainsi que la poursuite de la croissance économique devraient favoriser les fusions-acquisitions internationales et l´IED, même si la prudence est de rigueur pour évaluer les perspectives de l´IED en raison des dangers qui menacent l´économie mondiale.


Le Rapport sur l´investissement dans le monde et la base de données s´y rapportant sont disponibles en ligne aux adresses suivantes: http://www.unctad.org/wir et http://www.unctad.org/fdistatistics.

ANNEXE

Tableaux et graphiques

Figure 1. Pays développés: entrées d´IED et part de la formation brute de capital fixe, 1995-2006

Figure 1.  Pays développés: entrées d´IED et part de la formation brute de capital fixe,
1995-2006
Source:CNUCED, World Investment Report 2007

Figure 2. Pays développés: entrées d´IED, 10 premiers pays, 2005-2006a (En milliards de dollars)

Figure 2.  Pays développés: entrées d´IED, 10 premiers pays, 2005-2006a (En milliards de dollars)
Source: CNUCED, World Investment Report 2007
Note: a Classés en fonction du montant des entrées d´IED enregistré en 2006.

Figure 3. Pays développés: sorties d´IED, 10 premiers pays, 2005-2006a (En milliards de dollars)

Figure 3.  Pays développés: sorties d´IED, 10 premiers pays, 2005-2006a
(En milliards de dollars)
Source: CNUCED, World Investment Report 2007
Note:a Classés en fonction du montant des sorties d´IED enregistré en 2006.




Annotations

1.Le World Investment Report 2007: Transnational Corporations, Extractive Industries and Development (numéro de vente: E.07.II.D.9, ISBN: 978-92-1-112718-8) peut être obtenu auprès des bureaux de vente des Nations Unies aux adresses indiquées ci-après ou auprès des revendeurs des publications des Nations Unies dans de nombreux pays. Le prix est de 75 dollars des États-Unis, mais un prix spécial de 30 dollars des États-Unis est appliqué dans les pays en développement. Ce prix inclut le rapport imprimé et le CD-ROM. Les personnes désireuses d´acquérir le rapport ou le CD-ROM séparément ou d´obtenir des conditions préférentielles pour des achats en grandes quantités sont priées de s´adresser aux comptoirs de vente. Pour toute commande ou demande de renseignements pour l´Europe, l´Afrique et l´Asie occidentale, s´adresser à la Section des ventes et des publications de l´ONU, Palais des Nations, CH 1211 Genève 10 (Suisse), télécopieur: +41 22 917 0027, courriel: unpubli@un.org; pour les Amériques et l´Asie orientale, s´adresser à Publications des Nations Unies, Two UN Plaza, DC2 853, New York, NY 10017, États-Unis d´Amérique, téléphone: +1 212 963 8302 ou +1 800 253 9646, télécopieur: +1 212 963 3489, courriel: publications@un.org . Internet: http://www.un.org/publications.






Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter :
Le Service de presse de la CNUCED
T: +41 22 917 58 28
E: unctadpress@unctad.org
Web: www.unctad.org/press



Loading..

Attendre, s'il vous plaît ....