unctad.org | AMÉRIQUE LATINE ET CARAÏBES: PROGRESSION MODESTE DES ENTRÉES ET FORTE HAUSSE DES SORTIES D’IED EN 2006
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour l'utilisation des médias d'information - Ce n'est pas un document officiel
AMÉRIQUE LATINE ET CARAÏBES: PROGRESSION MODESTE DES ENTRÉES ET FORTE HAUSSE DES SORTIES D’IED EN 2006

UNCTAD/PRESS/PR/2007/033
16 October 2007


EMBARGO
Le contenu de ce communiqué et du Rapport 2006 ne dois pas être cité ni résumé par la presse écrite,
la radio, la télévision et les médias électroniques
avant le 16 octobre 2007, 17 heures TU
(13 heures à New York, 19 heures à Genève, 22 h 30 à Delhi, 2 heures le 17 octobre à Tokyo)

A télécharger [PDF]: | World Investment Report 2007 (seulement en anglais) [11´100 KB, 323 Pages] | Aperçu général [786 KB, 65 Pages] |

Accès direct: | Country Fact sheets |

Selon le rapport annuel de la CNUCED sur les tendances de l´IED dans le monde, les entrées d´investissements étrangers directs (IED) en Amérique latine et aux Caraïbes ont progressé de 11 % pour atteindre 84 milliards de dollars des États-Unis en 2006 (fig. 1), mais cette hausse est presque entièrement due aux investissements réalisés dans les centres financiers extraterritoriaux de la région. Les sorties d´IED, à l´exclusion des centres financiers territoriaux, ont fait un bond de 125 % pour s´établir à 43 milliards de dollars en 2006.

Dans la publication intitulée Rapport sur l´investissement dans le monde (1), la CNUCED observe que si l´on exclut les centres financiers extraterritoriaux, les entrées d´IED se sont stabilisées en Amérique du Sud (45 milliards de dollars) ainsi qu´en Amérique centrale et aux Caraïbes (25 milliards de dollars). Le Brésil et le Mexique sont restés les deux principaux pays destinataires, accueillant chacun 19 milliards de dollars (fig. 2). Selon le rapport, les bénéfices réinvestis deviennent un élément important des entrées d´IED, en particulier en Amérique du Sud, du fait de la forte hausse des bénéfices des filiales étrangères.

Le rapport de cette année a pour titre "Les sociétés transnationales, les industries extractives et le développement.

L´évolution de l´IED est quelque peu contrastée selon les sous-régions et les secteurs. En Amérique du Sud, la plupart des pays ont enregistré une forte hausse de l´IED ? par exemple, la Bolivie (retour à des chiffres positifs), Brésil (25 %), Chili (14 %), Équateur (27 %), Paraguay (33 %), Pérou (34 %) et Uruguay (62 %) ? qui a été contrebalancée par de fortes diminutions dans deux pays: Colombie ( 39 %) et Venezuela (entrées négatives). L´Argentine a été le seul pays où les entrées d´IED sont restées relativement stables, enregistrant une baisse de 4 %. En Amérique centrale et aux Caraïbes (à l´exclusion des centres financiers extraterritoriaux), les entrées d´IED ont légèrement baissé au Mexique mais elles représentaient encore les trois quarts du total des investissements réalisés dans cette sous-région. La baisse enregistrée au Mexique a été compensée par la hausse des flux à destination notamment du Costa Rica (71 %) et de la République dominicaine (16 %). Les autres pays de cette sous-région ont reçu moins d´un milliard de dollars chacun d´IED.

À l´exception des centres financiers extraterritoriaux, le secteur manufacturier a continué d´attirer la plus grande part des IED en Amérique latine et aux Caraïbes; ces investissements ont été particulièrement dynamiques dans les activités exploitant les matières premières locales comme le raffinage du sucre, la transformation des minéraux, la métallurgie, la pétrochimie, ainsi que la production de pâte à papier et de papier. Le secteur manufacturier est suivi du secteur des services, où un certain nombre de sociétés étrangères se sont développées, ont acquis de nouveaux actifs ou ont créé de nouvelles activités qui ont plus que compensé le retrait d´autres sociétés étrangères, surtout du secteur de l´électricité. Le secteur primaire a continué d´attirer les investisseurs étrangers car les prix des produits de base sont restés élevés, même si les modifications apportées à la réglementation dans certains pays ont quelque peu refroidi l´enthousiasme des investisseurs, et les entrées d´IED ont légèrement baissé en 2006.

La tendance à l´accroissement du rôle de l´État dans l´économie des pays de la région s´est poursuivie en 2006 dans les industries extractives et s´est même étendue à d´autres secteurs comme l´électricité et les télécommunications, qui sont jugées "stratégiques" en Bolivie et au Venezuela. Par contre, en Colombie, le Gouvernement a décidé de raviver le programme de privatisation lancé dans les années 90 en procédant à plusieurs cessions d´actifs publics dans les services financiers et les télécommunications.

Les entrées d´IED en Amérique latine et aux Caraïbes ? à l´exclusion des centres financiers extraterritoriaux ? devraient augmenter modérément en 2007, sous l´effet essentiellement de la création d´activités dans le secteur manufacturier ou dans d´autres secteurs économiques (investissements de création de capacités) dans les pays de la région. Les prix des produits de base devraient rester élevés et la forte croissance économique de la région devrait se poursuivre, mais l´on ne prévoit pas de reprise notable des fusions-acquisitions internationales et les STN continueront probablement de se retirer du secteur des services.

Avec un record de 28 milliards de dollars d´investissements à l´étranger, le Brésil a joué un rôle prédominant dans les sorties d´IED des pays d´Amérique latine et des Caraïbes (fig. 3). Pour la première fois au Brésil, les sorties d´IED ont été supérieures aux entrées. L´acquisition d´Inco Ltd (producteur canadien de nickel) par la société minière brésilienne CVRD, pour un montant de 17 milliards de dollars explique en grande partie cette évolution. Le Mexique arrive en deuxième position avec 5,8 milliards d´investissements extérieurs, qui se sont concentrés dans les télécommunications. Le Chili, le Venezuela et l´Argentine ont investi plus de 2 milliards de dollars dans des activités économiques à l´étranger.


Le Rapport sur l´investissement dans le monde et la base de données s´y rapportant sont disponibles en ligne aux adresses suivantes: http://www.unctad.org/wir et http://www.unctad.org/fdistatistics.

ANNEXE

Tableaux et graphiques

Figure 1. Amérique latine et Caraïbes: entrées d´IED et part de la formation brute de capital fixe, 1996-2006

Figure 1.  Amérique latine et Caraïbes: entrées d´IED et part de la formation
brute de capital fixe, 1996-2006
Source: CNUCED, World Investment Report 2007

Figure 2. Amérique latine et Caraïbes: entrées d´IED, 10 premiers pays, 2005-2006a (milliards de dollars)

Figure 2.  Amérique latine et Caraïbes: entrées d´IED, 10 premiers pays, 2005-2006a (milliards de dollars)
Source: CNUCED, World Investment Report 2007
Note:a Classés en fonction du montant des entrées d´IED enregistré en 2006.

Figure 3. Amérique latine et Caraïbes: sorties d´IED, 10 premiers pays, 2005-2006a (milliards de dollars)

Figure 3.  Amérique latine et Caraïbes: sorties d´IED, 10 premiers pays,
2005-2006a (milliards de dollars)
Source: CNUCED, World Investment Report 2007
Note:a Classés en fonction du montant des sorties d´IED enregistré en 2006.




Annotations

1.Le World Investment Report 2007: Transnational Corporations, Extractive Industries and Development (numéro de vente: E.07.II.D.9, ISBN: 978-92-1-112718-8) peut être obtenu auprès des bureaux de vente des Nations Unies aux adresses indiquées ci-après ou auprès des revendeurs des publications des Nations Unies dans de nombreux pays. Le prix est de 75 dollars des États-Unis, mais un prix spécial de 30 dollars des États-Unis est appliqué dans les pays en développement. Ce prix inclut le rapport imprimé et le CD-ROM. Les personnes désireuses d´acquérir le rapport ou le CD-ROM séparément ou d´obtenir des conditions préférentielles pour des achats en grandes quantités sont priées de s´adresser aux comptoirs de vente. Pour toute commande ou demande de renseignements pour l´Europe, l´Afrique et l´Asie occidentale, s´adresser à la Section des ventes et des publications de l´ONU, Palais des Nations, CH 1211 Genève 10 (Suisse), télécopieur: +41 22 917 0027, courriel: unpubli@un.org; pour les Amériques et l´Asie orientale, s´adresser à Publications des Nations Unies, Two UN Plaza, DC2 853, New York, NY 10017, États-Unis d´Amérique, téléphone: +1 212 963 8302 ou +1 800 253 9646, télécopieur: +1 212 963 3489, courriel: publications@un.org . Internet: http://www.un.org/publications.






Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter :
Le Service de presse de la CNUCED
T: +41 22 917 58 28
E: unctadpress@unctad.org
Web: www.unctad.org/press



Loading..

Attendre, s'il vous plaît ....