unctad.org | LES FLUX D’INVESTISSEMENT ÉTRANGERS DIRECTS À DESTINATION DE L’EUROPE DU SUD-EST ET DE LA COMMUNAUTÉ D’ÉTATS INDÉPENDANTS ONT AUGMENTÉ POUR LA SIXIÈME ANNÉE CONSÉCUTIVE
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour l'utilisation des médias d'information - Ce n'est pas un document officiel
LES FLUX D’INVESTISSEMENT ÉTRANGERS DIRECTS À DESTINATION DE L’EUROPE DU SUD-EST ET DE LA COMMUNAUTÉ D’ÉTATS INDÉPENDANTS ONT AUGMENTÉ POUR LA SIXIÈME ANNÉE CONSÉCUTIVE

UNCTAD/PRESS/PR/2007/035
16 October 2007


EMBARGO
Le contenu de ce communiqué et du Rapport 2006 ne dois pas être cité ni résumé par la presse écrite,
la radio, la télévision et les médias électroniques
avant le 16 octobre 2007, 17 heures TU
(13 heures à New York, 19 heures à Genève, 22 h 30 à Delhi, 2 heures le 17 octobre à Tokyo)

A télécharger [PDF]: | World Investment Report 2007 (seulement en anglais) [11´100 KB, 323 Pages] | Aperçu général [786 KB, 65 Pages] |

Accès direct: | Country Fact sheets |

Les flux d´investissement étrangers directs (IED) à destination de l´Europe du Sud-Est et de la Communauté d´États indépendants (CEI) ont bondi de 68 % en 2006 pour atteindre 69 milliards de dollars des États-Unis, marquant ainsi la sixième année consécutive de croissance et affichant une forte progression par rapport aux deux années précédentes (fig. 1). C´est ce que révèle le Rapport sur l´investissement dans le monde 2007: Sociétés transnationales, industries extractives et développement (1), de la CNUCED.

Les IED ont principalement concerné cinq pays: la Fédération de Russie, la Roumanie, le Kazakhstan, l´Ukraine et la Bulgarie (fig. 2), qui ont attiré 82 % du total de la région. Les IED dans l´économie la plus importante, à savoir la Fédération de Russie, ont plus que doublé pour atteindre le chiffre record de 29 milliards de dollars, en dépit d´un durcissement apparent de la législation nationale applicable aux contrats d´extraction et à l´accès des étrangers aux ressources naturelles. Les flux à destination de la Roumanie et de la Bulgarie ont sensiblement progressé en 2006 en raison de l´entrée de ces deux pays dans l´Union européenne le 1er janvier 2007. La Roumanie a ainsi été le deuxième bénéficiaire de la région, par ordre d´importance, des IED, l´essentiel de ces investissements étant lié aux privatisations. Au Kazakhstan, les projets pétroliers et gaziers se sont traduits par un niveau record d´IED (plus de 6 milliards de dollars), alors qu´en Ukraine la baisse des IED liés aux privatisations, combinée à la suppression des incitations dans les zones économiques spéciales, a peut-être contribué à une diminution du total des entrées d´IED.

Les pays développés sont restés les principaux investisseurs dans la région, même si la part des sociétés transnationales des pays en développement dans les fusions et acquisitions transfrontières, emmenée par les entreprises chinoises, a atteint 16 % en 2006 contre à peine 1 % en 2005.

Les IED d´Europe du Sud-Est et de la Communauté d´États indépendants ont atteint 19 milliards de dollars en 2006, contre 15 milliards en 2005. La presque totalité de ces investissements (96 %) s´explique par le développement international des STN russes, en particulier des grandes entreprises dont l´activité est fondée sur l´exploitation des ressources naturelles et qui cherchent à devenir de véritables acteurs sur la scène mondiale, ainsi que par l´expansion des banques vers d´autres pays de la CEI. La moitié des projets dans des installations entièrement nouvelles financés par des investisseurs en Europe du Sud-Est et dans la CEI ont été réalisés par des STN de la région et ont principalement concerné le secteur extractif, par exemple l´extraction de minerais et les forages pétroliers. Le secteur des services a été particulièrement soutenu en raison du développement de l´activité de fusion-acquisition transfrontière dans le secteur bancaire. Les investissements dans le secteur primaire ont également progressé du fait de l´explosion de la demande de ressources naturelles.

Dans certains pays de la CEI dont l´économie est fondée sur les ressources naturelles, tels que la Fédération de Russie, le Kazakhstan et l´Ouzbékistan, les autorités ont continué d´accroître leur contrôle sur les industries stratégiques, soit en empêchant les investisseurs étrangers d´exercer un contrôle direct sur les ressources ou en limitant ce contrôle, soit en adoptant des mesures indirectes, telles que des normes environnementales plus strictes, qui créent des pressions sur les sociétés étrangères. En revanche, dans les secteurs non stratégiques, les conditions d´activité des investisseurs étrangers se sont améliorées. Dans le contexte de leur candidature à l´adhésion à l´Organisation mondiale du commerce (OMC), certains pays de la CEI comme l´Ukraine et la Fédération de Russie ont aligné leur législation sur les normes de l´OMC. De même, en Europe du Sud-Est, les pays ont aligné leurs politiques en vue de leur adhésion à l´Union européenne et les ont harmonisées avec leurs plans nationaux afin d´accélérer la privatisation des biens de l´État, notamment dans les secteurs des télécommunications et de l´énergie.

D´après le rapport, les IED seront particulièrement soutenus dans les principales économies d´Europe du Sud Est et de la CEI, telles que la Fédération de Russie et l´Ukraine, ainsi que dans les nouveaux États membres de l´Union européenne (Bulgarie et Roumanie) du fait de l´intérêt de plus en plus important manifesté par les sociétés étrangères pour les ressources naturelles de ces pays, même dans des conditions d´exploitation plus strictes, comme en raison de la croissance économique soutenue qu´ils devraient enregistrer.


Le Rapport sur l´investissement dans le monde et la base de données s´y rapportant sont disponibles en ligne aux adresses suivantes: http://www.unctad.org/wir et http://www.unctad.org/fdistatistics.

ANNEXE

Tableaux et graphiques

Figure 1. Europe du Sud-Est et CEI: IED et part dans la formation brute de capital fixe, 1995-2006

Figure 1.  Europe du Sud-Est et CEI: IED et part dans la formation brute de capital fixe, 1995-2006
Source: CNUCED, Rapport sur l´investissement dans le monde 2007.

Figure 2. Europe du Sud-Est et CEI: IED, 10 principales économies, 2005-2006a (en milliards de dollars)

Figure 2.  Europe du Sud-Est et CEI: IED, 10 principales économies, 2005-2006a (en milliards de dollars)
(Billions of dollars)
Source: CNUCED, Rapport sur l´investissement dans le monde 2007.
Note: a Classées en fonction du volume des IED en 2006.




Annotations

1.Le World Investment Report 2007: Transnational Corporations, Extractive Industries and Development (numéro de vente: E.07.II.D.9, ISBN: 978-92-1-112718-8) peut être obtenu auprès des bureaux de vente des Nations Unies aux adresses indiquées ci-après ou auprès des revendeurs des publications des Nations Unies dans de nombreux pays. Le prix est de 75 dollars des États-Unis, mais un prix spécial de 30 dollars des États-Unis est appliqué dans les pays en développement. Ce prix inclut le rapport imprimé et le CD-ROM. Les personnes désireuses d´acquérir le rapport ou le CD-ROM séparément ou d´obtenir des conditions préférentielles pour des achats en grandes quantités sont priées de s´adresser aux comptoirs de vente. Pour toute commande ou demande de renseignements pour l´Europe, l´Afrique et l´Asie occidentale, s´adresser à la Section des ventes et des publications de l´ONU, Palais des Nations, CH 1211 Genève 10 (Suisse), télécopieur: +41 22 917 0027, courriel: unpubli@un.org; pour les Amériques et l´Asie orientale, s´adresser à Publications des Nations Unies, Two UN Plaza, DC2 853, New York, NY 10017, États-Unis d´Amérique, téléphone: +1 212 963 8302 ou +1 800 253 9646, télécopieur: +1 212 963 3489, courriel: publications@un.org . Internet: http://www.un.org/publications.






Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter :
Le Service de presse de la CNUCED
T: +41 22 917 58 28
E: unctadpress@unctad.org
Web: www.unctad.org/press



Loading..

Attendre, s'il vous plaît ....