unctad.org | NewsArchive
01 dec 08 - Conférence internationale de suivi sur le financement du développement

Doha Financing for Development conferenceDans une déclaration qu'il a faite lors de la Conférence, le Secrétaire général de la CNUCED, M. Supachai Panitchpakdi, a insisté sur le fait que la gravité de la crise financière actuelle appelait des mesures audacieuses en faveur d'un financement continu, pour aider les pays pauvres de la planète à améliorer leurs conditions de vie.


La Conférence, qui s'est déroulée à Doha du 29 novembre au 2 décembre, a permis de réunir des fonctionnaires de haut niveau et des dirigeants d'organismes internationaux pour examiner les progrès accomplis au titre du Consensus de Monterrey de 2002 en matière de développement et de financement.

M. Supachai a insisté sur une question que la CNUCED a maintes fois mise en exergue ces dernières années: le système financier et monétaire international doit être assorti de règles qui permettent de limiter les effets néfastes de la spéculation et de réguler de manière raisonnable les flux financiers et les fluctuations des taux de change, tout comme le commerce mondial est régi par des règles internationales. Ce message a été repris lors d'une réunion du Conseil du commerce et du développement de la CNUCED qui a eu lieu récemment pour déterminer la contribution de celle ci à la Conférence de Doha.

Dans les circonstances critiques actuelles, la Conférence doit, selon moi, poursuivre trois objectifs fondamentaux: premièrement, assurer le financement du développement en temps de crise; deuxièmement, remettre en question les orientations traditionnellement préconisées; et troisièmement, réformer le système financier international. La nécessité d'une telle réforme avait d'ailleurs déjà été soulignée dans le chapitre du Consensus de Monterrey portant sur les problèmes systémiques, mais peu de progrès ont été accomplis à cet égard.
M. Supachai, Doha (Qatar), 29 novembre 2008

Une brochure de la CNUCED sur le financement du développement a été distribuée à la Conférence, pour réitérer cet appel à une réforme de l'architecture financière internationale et souligner que la nécessité de mobiliser des ressources financières additionnelles au service du développement, en particulier moyennant un accroissement de l'aide publique au développement (APD) dans l'optique des objectifs du Millénaire pour le développement, devenait plus pressante depuis que les effets de la crise financière se multipliaient.

Le 30 novembre, M. Supachai a présidé une table ronde intitulée "Mobilisation des ressources internationales pour le développement: investissements étrangers directs et autres apports de capitaux privés", l'un des six domaines thématiques du Consensus de Monterrey.

Supachai Panitchpakdi at Round Table 2
M. Supachai, lors de la table ronde "Mobilisation des ressources internationales pour le développement: investissements étrangers directs et autres apports de capitaux privés".

Une manifestation parallèle a aussi été organisée le 30 novembre par la CNUCED sur la crise financière, les déséquilibres mondiaux et la marge d'action nationale.

Cette table ronde a réuni les cinq participants suivants:

  • M. Supachai;
  • M. Bert Koenders, Ministre de la coopération pour le développement des Pays Bas, qui a aussi présidé la séance;
  • M. Juergen Zattler, chef de la Division sur la Banque mondiale, le Fonds monétaire international et les questions d'endettement au Ministère allemand de la coopération économique et du développement;
  • M. Jomo Kwame Sundaram, Sous Secrétaire général chargé du développement économique au Département des affaires économiques et sociales de l'ONU; et
  • Mme Ariana Arpa, d'Intermon Oxfam.

Ces orateurs ont notamment examiné la question de savoir s'il fallait inévitablement privilégier les règles et disciplines internationales au détriment de la capacité d'un gouvernement à prendre ses propres décisions au sujet de son économie ou de son développement. Ils se sont aussi demandé si des règles et réglementations internationales plus appropriées et une meilleure surveillance des politiques macroéconomiques auraient pu éviter la crise financière actuelle et les déséquilibres financiers mondiaux qui en résultaient.

Le Consensus de Monterrey aborde six thèmes relatifs au financement du développement qui intéressent non seulement les gouvernements, mais aussi la société civile et le monde des affaires, l'objectif général étant de stimuler la croissance économique dans les pays en développement.


Liens rapides:

 

 News

 
There are no items to show.

 

 Meetings and Events

 

 

 Document

 
There are no items to show.

Tab Control

Loading..

Attendre, s'il vous plaît ....