unctad.org | NewsArchive
17 jan 11 - L´IED mondial a stagné en 2010, pour la première fois les pays en développement et les pays en transition ont attiré plus de la moitié des flux

Global Investment Trends MonitorLa stagnation de l'investissement étranger direct (IED) est très préoccupante, les flux mondiaux d'IED n'ayant augmenté que de 1 % en 2010. L'investissement public et les programmes de relance s'essoufflant, l'investissement privé sous la forme d'IED n'a pas encore retrouvé son rôle de moteur de la croissance.


Le cinquième numéro du Global Investment Trends Monitor de la CNUCED fait état d'un rebond vigoureux de l'investissement étranger direct (IED) dans les pays en développement d'Asie et d'Amérique latine, ce qui compense la poursuite de la baisse dans les pays développés (en dépit de résultats solides aux États-Unis). Les flux d'IED vers l'Afrique ont encore baissé de 14 % en 2010.

La stagnation des flux d'IED mondiaux en 2010 a par ailleurs masqué des tendances divergentes en ce qui concerne les composantes de l'IED. L'accroissement des profits des filiales étrangères, en particulier dans les pays en développement, a dynamisé les bénéfices réinvestis. Cependant, en raison des incertitudes qui pèsent sur l'économie mondiale et de l'instabilité des marchés des devises et de la dette souveraine européenne, on a observé des prêts intragroupes négatifs et des prises de participation plus faibles.

Le nombre de fusions-acquisitions internationales a augmenté de 37 % en 2010, tandis que les projets entièrement nouveaux chutaient, tant en nombre qu'en valeur. Les investissements de création de capacités ont toutefois mieux résisté à la crise et continuent d'être considérablement plus élevés que la valeur actuelle des fusions-acquisitions, ce qui n'était pas le cas avant la crise.

L'année a été caractérisée par une chute inattendue des flux d'IED au cours du deuxième trimestre et leur rebond au troisième trimestre. L'indice trimestriel des IED mondiaux de la CNUCED a chuté de 107,7 à 82,5 avant de remonter à 121. Les projections pour le quatrième trimestre font état d'une tendance linéaire continue.

Pour 2011, la CNUCED prévoit que les flux d'IED s'établiront entre 1 300 et 1 500 milliards de dollars. L'amélioration des conditions macroéconomiques en 2010 a consolidé les bénéfices des entreprises transnationales et dopé le cours des actions. Conjugué au regain croissant de confiance des entreprises en 2011, cela débouchera sur de nouveaux investissements.

Certains risques perdurent clairement, tels qu'un ralentissement de la croissance du PIB après "le coup de fouet" des mesures de relance, l'instabilité des devises, la dette souveraine et le protectionnisme de l'investissement. Une reprise solide de l'IED mondial dépendrait beaucoup de la stabilité de la croissance économique et de la reprise de l'IED dans les pays développés.



 

 News

 
There are no items to show.

 

 Meetings and Events

 

 

 Document

 
There are no items to show.

Tab Control

Loading..

Attendre, s'il vous plaît ....