unctad.org | NewsArchive
11 nov 09 - Tirer profit des ressources naturelles de l´Afrique

Tirer profit des ressources naturelles de l'AfriqueLes Présidents du Mali et de Sao Tomé-et-Principe et le Secrétaire général de la CNUCED ont exhorté les responsables africains réunis au Mali à s'efforcer de mettre à profit les vastes ressources naturelles de l'Afrique pour assurer une croissance économique durable et réduire la pauvreté.


13th African Oil, Gas and Minerals Trade and Finance Conference and ExhibitionM. Amadou Toumani Touré, Président du Mali, a déclaré à la treizième Conférence sur le commerce et le financement du pétrole, du gaz et des ressources minérales en Afrique qu'il était temps de mettre un terme au "paradoxe africain", qu'il a défini comme étant la combinaison d'abondantes ressources naturelles précieuses et d'une vaste pauvreté.

M. Fradique de Menezes, Président de Sao Tomé-et-Principe, qui participait également à la Conférence organisée, sous l'égide de la CNUCED, cette année dans la capitale du Mali, Bamako, lui a fait écho en précisant que les ressources énergétiques et minières de l'Afrique devraient servir à relever le niveau de vie général. Il a ajouté que Sao Tomé-et-Principe, dont les réserves pétrolières commençaient d'être mises en exploitation, serait disposée à accueillir la Conférence l'an prochain.

 
Nous sommes réunis ici aujourd'hui parce que nous avons en commun l'objectif d'assurer un développement durable des vastes richesses minérales du continent
a déclaré le secrétaire général
de la CNUCED,
M. Supachai Panitchpakdi,
dans sa déclaration liminaire

L'objet de cette conférence, a ajouté M. Supachai, est "non seulement d'assurer des rendements élevés, mais aussi de promouvoir la prospérité et d'étudier les moyens d'encourager des partenariats, y compris en aidant les pays importateurs à gérer la forte instabilité des prix et à surmonter les difficultés liées à la sécurité énergétique".

Le thème de la Conférence cette année est "Mise en valeur des ressources naturelles: valorisation de l'information". La Conférence se tient du 10 au 13 novembre.

Maîtriser l'instabilité des prix des ressources africaines était l'objectif initial de la première Conférence sur le pétrole et le gaz organisée par la CNUCED en 1996. Plus de 400 participants originaires de plus de 30 pays participent à la Conférence de cette année, dont 22 Ministres africains de l'énergie et des mines.

Comme chaque année, la Conférence sera l'occasion de négocier des contrats et d'aborder des questions telles que la gouvernance, la sécurité énergétique, la coopération régionale et les sources d'énergie renouvelables. Les ressources minérales ont été ajoutées à l'ordre du jour de la Conférence en 2008, afin d'élargir davantage encore l'attention consacrée par les participants aux ressources naturelles.

Cette conférence annuelle est devenue une plate-forme pour l'établissement de partenariats public-privé dans le secteur des ressources naturelles et pour une évaluation des perspectives d'investissement. Elle vise également à mettre en avant les meilleures politiques et les meilleurs instruments juridiques pour mettre l'extraction des ressources naturelles au service d'un progrès économique durable. Ces dernières années, elle a contribué à l'édification de partenariats intrarégionaux reposant sur le commerce et l'investissement entre pays en développement ? ce que l'on appelle la "coopération Sud-Sud".

À propos du thème central de la Conférence de cette année, M. Supachai a déclaré: ""La valorisation de l'information" a été choisie comme thème pour souligner non seulement la valeur économique intrinsèque de l'information, mais aussi sa contribution à la promotion de l'investissement.". Il a ajouté: "L'information sur les conditions du marché est tout aussi importante. Nous avons tous bien conscience des incidences de la crise économique mondiale sur la demande et, par voie de conséquence, sur les prix des produits issus des industries extractives.".

Ces prix ont diminué du fait de la récession mondiale, et l'instabilité des prix continue de poser des problèmes aux gouvernements africains, aux entreprises du secteur des ressources naturelles et aux investisseurs qui essaient de dégager des profits stables des vastes richesses du continent en pétrole, en gaz et en ressources minérales.

On trouve en Afrique environ 40 % des réserves mondiales d'or, 73 % des réserves de platine, 88 % des réserves de diamants, 95 % des réserves de vanadium, 38 % des réserves d'uranium, 10 % des réserves de pétrole et 7,9 % des réserves mondiales de gaz naturel.

"Mais il reste à tirer pleinement parti de cette richesse potentielle pour assurer un large développement économique et social qui permettra aux pays africains d'atteindre les OMD (objectifs du Millénaire pour le développement).", a déclaré le Secrétaire général.

Il a indiqué aux participants que "les pays disposant d'abondantes ressources devraient être en mesure d'optimiser leurs perspectives lorsque les prix rebondissent et les revenus augmentent.", ajoutant qu'il était également vital pour l'Afrique de s'intéresser à d'autres sources d'énergie possibles, à la fois pour leur potentiel économique et en raison de menaces environnementales telles que les changements climatiques.


 

 News

 
There are no items to show.

 

 Meetings and Events

 

 

 Document

 
There are no items to show.

Tab Control

Loading..

Attendre, s'il vous plaît ....