unctad.org | NewsArchive
23 fév 09 - «Nous aurions dû être plus vigilants», déclare M. Supachai Panitchpakdi aux responsables des finances des pays du G 7

http://www.unctad.org/sections/home/img/supachai_45x45.gif"Nous aurions dû être plus vigilants", a déclaré le Secrétaire général de la CNUCED, M. Supachai Panitchpakdi, devant les ministres des finances et les gouverneurs des banques centrales des pays du G 7 réunis à Rome le 13 février, en évoquant les causes de la crise financière et de la manière dont elle aurait pu être évitée.



Contrairement à l´idée reçue selon laquelle chaque crise est différente de la précédente et qu´elle est, de ce fait, imprévisible, M. Panitchpakdi a affirmé que l´engrenage des crises était toujours identique, indépendamment de la complexité ou de l´originalité de l´instrument financier en cause.

Toutefois, a-t-il ajouté, dans un monde d´interdépendance croissante dominé par la technologie, tous les investisseurs sont exposés aux mêmes chocs et aux mêmes risques et adoptent un comportement grégaire face à l´instabilité des marchés.

Un tel comportement, conjugué à la cupidité, à une foi aveugle dans le marché et aux carences de la réglementation, a abouti à la crise actuelle, qui aurait pu être évitée. Il faut néanmoins se garder de toute surcorrection qui consisterait à passer d´une réglementation excessive à la déréglementation, puis à revenir en arrière.

Il y a des enseignements à tirer des méthodes employées par les contrôleurs aériens, qui prêtent attention non seulement aux catastrophes aériennes - somme toute relativement rares - mais également aux accidents évités de justesse. En l´occurrence, la crise actuelle offre une occasion de réformer la réglementation qu´il ne faut pas laisser passer, a indiqué le Secrétaire général de la CNUCED.

Le Secrétaire général de la CNUCED, M. Supachai Panitchpakdi (au centre), et le Secrétaire au Trésor des États-Unis, M. Timothy Geithner, à Rome à l´occasion de la réunion des pays du G 7.
Dans ses observations, M. Panitchpakdi a aussi plaidé pour que la crise alimentaire ne soit pas éclipsée par la tourmente financière. Il a insisté sur la nécessité d´engager d´urgence des efforts à long terme pour aider l´Afrique, en particulier, région la plus durement touchée par l´insécurité alimentaire.

Parmi les facteurs qui contribuent à la crise alimentaire, il convient de mentionner la baisse de la productivité agricole sur ce continent, aggravée par la chute des investissements et de l´aide publique au développement (APD) dans l´agriculture. Un renforcement de la coopération et de l´investissement Sud-Sud pourrait grandement aider à remédier à un tel état de choses.

Il a appelé tous les pays donateurs à honorer l´engagement qu´ils ont pris d´accroître l´APD ? "malgré la crise économique mondiale et à cause d´elle".

L´augmentation de l´APD devrait contribuer à créer des capacités productives et des emplois, essentiels à une croissance durable. Elle devrait aussi s´inscrire dans le cadre des efforts déployés au niveau international pour stimuler la demande et aider au rétablissement de l´économie mondiale.


Quick Links: | Sommet du G 7 |

 

 News

 
There are no items to show.

 

 Meetings and Events

 

 

 Document

 
There are no items to show.

Tab Control

Loading..

Attendre, s'il vous plaît ....