Histoire du SYGADE
 

L'histoire commence au début des années 1980, lorsque la CNUCED commence à travailler sur la dette …

La question de la dette a été examinée par  la CNUCED dès sa première Conférence. Bien avant que les difficultés d'endettement des pays en développement arrivent sur le devant de la scène internationale avec la crise mexicaine de 1982, la CNUCED examinait déjà des options et des moyens pour alléger le fardeau de la dette.

  
En 1978, un accord de compromis fut conclu lors de la session spéciale de la réunion du Conseil du Commerce et du Développement relative à l'identification de fonctions spéciales pour les négociations multilatérales ou bilatérales en matière de dette (Résolution 165 S-IX).  Sur la base de cette résolution, et à la requête des pays débiteurs concernés, le secrétariat de la CNUCED a commencé à assister aux réunions du Club de Paris dès l'automne 1978. Le premier accord collectif conclu dans le domaine de la dette, résultat de ce compromis, fut suivi par un autre accord du Conseil du Commerce et du Développement en 1980 établissant  un cadre international gouvernant la renégociation de la dette avec les créditeurs institutionnels. Dans la résolution 222 XXI, la voie fut ouverte à la CNUCED pour participer de manière formelle aux réunions du Club de Paris sur les questions  de réorganisation de la dette, ce qu'elle fait depuis 1981.

 

 
Grâce à la participation aux réunions du Club de Paris, la CNUCED a accumulé une grande expérience dans le domaine de la dette et a appris à connaître les forces et les faiblesses des systèmes de gestion de la dette dans un grand nombre de pays en développement. En conséquence, la CNUCED a considéré que soutenir le développement des capacités des pays en développement à gérer leur dette extérieure contribuerai de manière significative à démêler certains aspects du problème de la dette et plus largement à une meilleure gestion des ressources extérieures.​

Comment l'idée de créer un système pour la gestion de la dette est-elle née ?
 
En 1979, la CNUCED a mis en œuvre son premier projet d'assistance technique sur la dette extérieure. Elle a été très vite confrontée à sa première difficulté, c'est à dire le manque d'information disponible sur la dette extérieure des pays : combien devaient-ils ? A quels créditeurs ?  Dans quelle devise ? Quelles étaient les échéances des paiements et dans quelle monnaie ? Qui étaient les débiteurs nationaux en dehors du gouvernement central ?

L'idée de créer un système informatique de gestion de la dette a émergé naturellement de cette expérience. La participation d'un représentant de la CNUCED aux réunions du Club de Paris au début des années 1980 a confirmé que ce manque d'information s'étendait à l'ensemble des pays en développement. La question qui a surgi à ce moment  était de comprendre pourquoi les pays ne développaient pas leur propre système informatique. 

Les pays débiteurs n'avaient pas de données fiables sur la dette et ne développait pas des systèmes informatiques pour deux raisons principales. La première était le manque d'information centralisée sur la dette extérieure et une législation inadaptée sur les garanties publiques. La seconde tenait au manque de gestionnaires de la dette capables de produire les spécifications complètes à l'attention des développeurs informatiques​. La nature urgente des problèmes rencontrés par les gestionnaires de la dette les conduisaient à se concentrer sur des problèmes spécifiques, tels que la préparation des réunions du Club de Paris puis les négociations avec les banques privées. Cela impliquait de collecter des informations issues de deux bases de données et de développer deux systèmes informatiques différents.  Une fois développés, ces deux systèmes pouvaient être interfacés mais cela résultait en un patchwork informatique non flexible, très peu pratique et cher au niveau de la maintenance.

En 1981, quatre pays, l'Etat Plurinational de Bolivie, le Costa Rica, le Libéria et Madagascar, ont formé le groupe pilote qui a permis le développement du SYGADE. La première version du SYGADE a été lancée en 1983. A l'exception du Libéria (à cause de la recrudescence de la guerre civile), ces pays ont été les premiers utilisateurs du SYGADE. 
 
Le personnel de la CNUCED a développé le système informatique de gestion de la dette, connue sous le nom de Système de Gestion et d'Analyse de la Dette (SYGADE) afin d'accomplir les fonctions opérationnelles, statistiques et analytiques de la gestion de la dette ainsi que la planification des financements extérieurs.
 

 
Pour plus de détails sur le travail de la CNUCED dans le domaine de la dette, voir le chapitre 5.C. la crise de la dette des pays en développement, Les 50 ans de la CNUCED - Bref historique, UNCTAD/OSG/2014/1.
 
Pour plus de détails sur l'histoire du SYGADE (en anglais), voir aussi http://en.wikipedia.org/wiki/DMFAS