Les 50 ans de la CNUCED
 
Extrait de Les 50 ans de la CNUCED - Bref historique
 

Chapitre V. La contre-révolution néo-libérale des années 1980

C. La crise de la dette des pays en développement

[...] Face à cette situation, la CNUCED réagit de manière innovante, notamment en proposant une assistance technique aux pays en développement accablés par la dette. Cette assistance prit deux formes. La première consista à aider les pays débiteurs à préparer leurs arguments afin d’obtenir un rééchelonnement et/ou une réduction de leur dette. Les fonctionnaires de la CNUCED usèrent ensuite du statut d’observateur de l’Organisation auprès du Club de Paris, représentant les créanciers publics, et du Club de Londres, représentant les créanciers privés, pour accompagner les pays débiteurs dans leurs négociations auprès de ces deux instances. Grâce à la présentation d’un argumentaire dans les règles de l’art, cette assistance permit aux pays en développement débiteurs d’obtenir des conditions plus favorables de la part de leurs créanciers.
 
L'autre nouvelle forme d’assistance technique consista pour la CNUCED à mettre en place un système de gestion de la dette. Enrique Cosío-Pascal, à la tête d’une petite équipe, créa ainsi le système de gestion et d’analyse de la dette (SYGADE) de la CNUCED, dont la première version date de 1983. Il s’agissait essentiellement d’un logiciel chargé d’enregistrer et d’analyser l’endettement des États et de générer des tableaux des flux de trésorerie en vue du remboursement de la dette. Un tel outil financier avait été rendu nécessaire par le fait qu’un certain nombre de pays en développement étaient tombés dans le piège de la dette faute d’informations exactes et actualisées sur leurs obligations de remboursement ou sur les risques encourus en cas de nouveaux emprunts.

À ce jour, près de 70 pays en développement et pays en transition ont utilisé le SYGADE de la CNUCED. La seule autre organisation internationale qui propose un service de gestion de la dette quelque peu comparable est le Secrétariat du Commonwealth. Le logiciel du SYGADE en est actuellement à sa sixième version. Toutefois, il ne suffit pas de disposer d’un logiciel financier à jour. Il faut aussi former les utilisateurs de chaque pays et mettre à leur disposition un service de dépannage en cas de problème. Faute de ressources, il n’a pas toujours été possible de fournir ces services complémentaires, mais au cours des 30 dernières années, le SYGADE a permis de dispenser une assistance concrète précieuse, bien que pas toujours appréciée à sa juste valeur sur le terrain, qui a amélioré la transparence dans la gestion de la dette publique par les pays en développement, leur sens des responsabilités et leur prise de décisions en la matière.
 
Source: Les 50 ans de la CNUCED - Bref historique, UNCTAD/OSG/2014/1, pp.75-76. Pour lire le texte en entier, cliquez ici.