COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour l'utilisation des médias d'information - Ce n'est pas un document officiel
WIR - En 2017, l’investissement étranger direct dans les pays en transition a chuté de 27 %

EMBARGO
Le contenu de ce communiqué et du présent Rapport ne doit pas être cité ni résumé par la presse écrite, la radio, la télévision et les médias électroniques avant le
06 juin 2018, 20:00 à Genève

UNCTAD/PRESS/PR/2018/021
Genève, Suisse, (06 juin 2018)

​En 2017, les flux d’investissement étranger direct (IED) à destination des pays en transition de l’Europe du Sud-Est, de la Communauté d’États indépendants (CEI) et de la Géorgie ont chuté de 27 % pour s’établir à 47 milliards de dollars, soit le deuxième niveau le plus bas depuis 2005, indique la CNUCED dans le Rapport sur l’investissement dans le monde 2018.

« Les flux d’IED devraient progresser légèrement dans les pays en transition, soutenus par le raffermissement des prix des produits de base et une croissance macroéconomique plus élevée, » a déclaré James Zhan, Directeur de la Division de l’investissement et des entreprises de la CNUCED.

Les résultats des deux sous-groupes de pays en transition sont bien différents : après leur rebond de 2016, les flux à destination de la CEI et de la Géorgie se sont contractés de 31 % pour s’établir à 41 milliards de dollars, tandis qu’en Europe du Sud-Est, après un recul en 2016, les entrées d’IED ont regagné 20 %, à 5,5 milliards de dollars. Les principaux pays destinataires étaient, dans l’ordre, la Fédération de Russie, le Kazakhstan, l’Azerbaïdjan, la Serbie et le Turkménistan.

Les flux à destination de la Fédération de Russie sont tombés de 32 %, à 25,3 milliards de dollars, les investissements dans de nouveaux projets ayant chuté de près de moitié pour atteindre 9,7 milliards de dollars. Les ressources naturelles continuent d’être le principal pôle d’attraction des entrées d’IED dans ce pays : les activités extractives ont attiré plus de 30 % des flux d’IED, suivies par le commerce (20 %) et la finance (11 %). L’IED a également diminué dans d’autres grands pays bénéficiaires de la CEI, notamment l’Azerbaïdjan (-36 %), le Kazakhstan (-43 %) et l’Ukraine (-33 %).

En Europe du Sud-Est, les entrées d’IED ont été stimulées par la forte croissance du PIB, l’aide à la création d’emplois dans le secteur privé et le renforcement de la coopération avec l’Union européenne. En Serbie, première puissance économique de la sous-région, l’investissement étranger a atteint 2,9 milliards de dollars, soit une hausse de 22 %. Les flux d’investissement à destination de la plus petite économie de la sous-région, le Monténégro, ont plus que doublé, à 546 millions de dollars. Les entrées d’IED se sont élevées à 425 millions de dollars (+40 %) en Bosnie-Herzégovine, et elles ont progressé de 2 % pour atteindre 1,1 milliard de dollars en Albanie.

La Chine devient une source majeure d’IED dans les pays en transition, où son stock d’investissements directs a grimpé de 8 milliards de dollars en 2011 à 23 milliards de dollars en 2016, faisant d’elle le quatrième investisseur dans ces pays.

En 2017, les sorties d’IED en provenance des pays en transition ont bondi de 59 % pour atteindre 40 milliards de dollars, après une période de forte baisse entre 2014 et 2016 due à la récession. Une poignée de pays est toujours à l’origine de l’essentiel des sorties d’IED, la Fédération de Russie représentant à elle seule 90 % du total régional. Les investissements russes à l’étranger, portés par d’importantes opérations de fusion-acquisition, ont atteint 36 milliards de dollars, en hausse de 34 %.

Les entrées d’IED dans la région devraient croître d’environ 55 milliards de dollars, soutenues par la perspective d’un redressement des prix des ressources naturelles et par la plus grande stabilité macroéconomique dans plusieurs puissances de la région (notamment la Fédération de Russie). À moyen terme, la solidité et la diversification structurelle des projets de création de capacités annoncés pourraient entraîner une hausse des IED dans le secteur manufacturier, étant donné le capital humain (en particulier, les ingénieurs formés) et les compétences technologiques dont la région dispose.

Figure 1 - Pays en transition : les cinq premiers pays bénéficiaires d’IED, 2016 et 2017
(En milliards de dollars)
PR18021_f1_fr.JPG


Source : CNUCED, Rapport sur l’investissement dans le monde 2018.

 

Figure 2. Les 10 premiers pays investisseurs dans les pays en transition, 2011 et 2016
(En milliards de dollars)
PR18021_f2_fr.JPG

Source : CNUCED, Rapport sur l’investissement dans le monde 2018.


Pour plus d'informations, veuillez contacter:
Unité de Communication et d'information de la CNUCED
T: +41 22 917 5828
T: +41 79 502 43 11
E: unctadpress@unctad.org
Web: unctad.org/press
Loading..

Please wait....