COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour l'utilisation des médias d'information - Ce n'est pas un document officiel
Les flux d’investissement vers les pays en transition ont continué de chuter en 2018, selon un rapport de l’ONU
Les pays en transition dépendent fortement des zones économiques spéciales pour attirer les investissements

EMBARGO
Le contenu de ce communiqué et du présent Rapport ne doit pas être cité ni résumé par la presse écrite, la radio, la télévision et les médias électroniques avant le
12 juin 2019, 19:00 à Genève

UNCTAD/PRESS/PR/2019/019
Genève, Suisse, (12 juin 2019)

En 2018, les flux d’investissement étranger direct (IED) à destination des pays en transition de l’Europe du Sud-Est, de la Communauté d’États indépendants (CEI) et de la Géorgie ont chuté de 28 % pour s’établir à 34 milliards de dollars des États-Unis, indique la CNUCED dans son Rapport sur l’investissement dans le monde 2019.

« Les flux d’IED vers les pays en transition devraient se stabiliser en 2019. L’évolution de la situation macroéconomique et des politiques publiques pourrait ouvrir la voie à une reprise modérée et partielle. », a déclaré James Zhan, Directeur de la Division de l’investissement et des entreprises de la CNUCED.

Les flux à destination de la CEI et de la Géorgie se sont contractés de 36 % pour atteindre 27 milliards de dollars.

En Fédération de Russie, de loin l’économie la plus importante de la région et le principal pays d’accueil  de flux, ces derniers ont été réduits de moitié, à 13 milliards de dollars (fig. 1), du fait de tergiversations  d’ investisseurs confrontés à des préoccupations géopolitiques et à ralentissement de la croissance du PIB.

Les investissements en actions ont reculé comme jamais auparavant (-6 milliards de dollars), en raison du désinvestissement (ventes de filiales étrangères à des investisseurs russes) et de la relocalisation d’entreprises multinationales russes, que l’on enregistre comme des flux d’IED négatifs.

Certains des autres principaux pays de la sous-région pour les entrées d’IED − Azerbaïdjan (recul de 51 %, à 1,4 milliard de dollars), Kazakhstan (recul de 18 %, à 3,8 milliards) et Ukraine (recul de 9 %, à 2,4 milliards) ont aussi enregistré un recul.

L’Europe du Sud-Est a résisté à la tendance, avec une augmentation de 34 % des IED, qui ont atteint 7,4 milliards de dollars.

La Serbie est devenue le deuxième des pays en transition pour les entrées d’IED, celles-ci progressant de 44 % pour atteindre 4,1 milliards de dollars, sous l’effet d’un bond des investissements en actions.

Les flux vers la Macédoine du Nord ont plus que triplé, principalement du fait d’investissements dans la production automobile dans les zones de développement technologique et industriel du pays.

Pays source

Le profil des principaux pays sources des IED réalisés dans les pays en transition a nettement changé ces dernières années (fig. 2).

Les Pays-Bas et Chypre sont restés d’importants relais de l’investissement en provenance de pays tiers, ainsi que de capitaux de la Fédération de Russie.

Parmi les autres grands pays sources, les stocks d’IED détenus par la France et la Chine ont fortement augmenté (à 30 milliards de dollars et à 27 milliards de dollars, respectivement).

Les entreprises multinationales chinoises investissent dans toute la région, tandis la percée des IED français est concentrée principalement dans de grands projets liés aux ressources naturelles au Kazakhstan.

Les entrées devraient se stabiliser en 2019

Les annonces d’investissements de création, qui renseignent sur les intentions des investisseurs, ont progressé de 48 % pour atteindre 51 milliards de dollars, pratiquement tous les pays enregistrant une augmentation.

Elles ont plus que doublé (avec un montant de 11 milliards de dollars) en Europe du Sud-Est et augmenté de 35 % (avec un montant de 40 milliards de dollars) dans la CEI et en Géorgie.

Les annonces concernant la Fédération de Russie ont été plus incertaines − avec seulement 8 % d’augmentation, pour un montant de 18 milliards de dollars.

Ce bilan contrasté laisse présager des perspectives en demi-teinte pour l’IED dans la région en 2019.

Les sorties d’IED en provenance des pays en transition sont restées stables à 38 milliards de dollars, ce qui a fait de la région un exportateur net d’IED en 2018.

La Fédération de Russie a représenté 95 % du total, avec des sorties d’un montant de 36 milliards de dollars, triple de celui de ses entrées.

La plupart des sorties d’IED russes sont effectuées seulement par un nombre restreint de grandes multinationales, et principalement dans les chaînes de valeur liées aux ressources naturelles.

Le rôle important des zones économiques spéciales

Les zones économiques spéciales (ZES) sont devenues un instrument important de la politique d’investissement des pays en transition. A l’avenir, les ZES pourraient aussi devenir un facteur majeur dans la croissance des IED.

La Fédération de Russie représente plus de la moitié des 237 zones de la région (fig. 3). Le pays dispose d’un réseau complexe de différents types de zones.

Les économies plus petites, telles que la Macédoine du Nord et la Serbie, lesquelles entreprennent des activités de transformation à l’exportation importantes, comptent aussi bon nombre de ZES.

Les caractéristiques des zones varient selon les pays et les secteurs.

Les zones tournées vers l’exportation, en règle générale, attirent principalement des entreprises étrangères, tandis que les zones centrées sur le développement régional, comme celles qui existent en Fédération de Russie, hébergent principalement des entreprises nationales.

La plupart des ZES sont destinées aux activités manufacturières, même si en Fédération de Russie, les zones à vocation technologique sont devenues importantes.

Elles peuvent appartenir à des intérêts privés, mais les zones les plus grandes appartiennent généralement à l’État. Il y a au moins 18 nouvelles zones en construction dans la région, notamment en Fédération de Russie, en Serbie et au Turkménistan.

Figure 1 - Pays en transition : les 5 premiers pays d’accueil des entrées d’IED, 2017 et 2018
(En milliards de dollars)
 PR19019f1_fr.jpg

Source : CNUCED, Rapport sur l’investissement dans le monde 2019.

 
Figure 2 - Les 10 premiers investisseurs dans les pays en transition en 2013 et 2017
(En milliards de dollars)
 PR19019f2_fr.jpg
Source : CNUCED, Rapport sur l’investissement dans le monde 2019.


Figure 3 - Pays en transition comptant le plus grand nombre de zones économiques spéciales, 2019
(Nombre de zones)
PR19019f3_fr.jpg


Source : CNUCED, Rapport sur l’investissement dans le monde 2019.


Pour plus d'informations, veuillez contacter:
Unité de Communication et d'information de la CNUCED
T: +41 22 917 5828
T: +41 79 502 43 11
E: unctadpress@unctad.org
Web: unctad.org/press
Loading..

Please wait....