unctad.org | La gestion des ports au cœur du développement des pays du sud
La gestion des ports au cœur du développement des pays du sud
20 juin 2019
Goal 17
Le Secrétaire général reconduit pour 5 ans son partenariat de formation avec les Autorités portuaires de Marseille.


En Haïti, il n’existe aucune formation universitaire sur la logistique portuaire. Pour Oswald Rousseau, parfaire ses connaissances professionnelles et transmettre son savoir aux nouvelles générations est essentiel. La CNUCED lui a fourni les outils de son ambition en lui permettant de coordonner le programme TrainForTrade dans son pays. 

80% du commerce international transite par des infrastructures portuaires. De leurs bonnes organisations dépendent le volume des échanges commerciaux, les coûts de transports, la compétitivité d’un pays et de ses entreprises. Dans les pays en développement, elles représentent des débouchés à l’exportation, de la création de valeurs, plus d’emplois et un meilleur niveau de vie pour leur population, contribuant à l’objectif que s’est fixée la CNUCED : la prospérité pour tous.

portuaires de Marseille

Transfert de savoir-faire vers les pays du Sud

L’effort entrepris par la CNUCED à travers TrainForTrade dès 1989 s’inscrit dans la droite ligne de ces exigences grâce à l’effet multiplicateur de ce programme. Celui-ci permet de former des formateurs qui a leur tour vont dispenser la formation qu’ils ont reçue aux agents portuaires de leur pays ou de leur région.  L’objectif est de partager les connaissances et l’expertise entre les opérateurs portuaires du Nord et du Sud. Objectif : renforcer la gestion des talents et le développement des ressources humaines dans les communautés portuaires.

C’est pour perpétuer cet effort que le Secrétaire général de la CNUCED, Mukhisa Kituyi, s’est rendu les 17 et 18 juin dernier à Marseille afin de renouveler pour 5 ans l’accord de coopération avec les Autorités portuaires de Marseille (France) engagé auprès de la CNUCED depuis 1996.

Dans son adresse aux autorités du port et de la ville de Marseille, Mukhisa Kituyi a évoqué l’étroite collaboration établie entre le programme TrainForTrade et le Port de Marseille/Fos.

"Historiquement, les ports ont toujours contribué au développement de leur zone d'implantation et Marseille en est le meilleur exemple », a-t-il déclaré. « Marseille est la plus ancienne ville française. Devenue un pôle incontournable du commerce entre la Méditerranée et le monde celtique, la cité s'est rapidement développée. Lorsque Marseille a rejoint le Royaume de France en 1481, c'était une ville de premier plan en termes de population et d'activité économique, et ce grâce à son port. Il est à noter que c’est à Marseille qu'a été fondée la première Chambre de Commerce française".

Les bénéfices de ce programme se sont révélés à différents niveaux.

Gain de productivité

En Mauritanie, Taleb Ahmed Taghy, commandant du Port de Nouakchott, rapporte une hausse de 25 % du trafic de marchandises et de 14 % du chiffre d’affaires entre 2016 et 2017, suite à la formation de ses équipes par la CNUCED.

Formation continue

"A une époque où quelque 80 % du commerce international transite par les ports, le secteur maritime a un impact direct sur le volume des échanges et les coûts de transport. Il influe donc directement sur la compétitivité des villes, des régions et des pays entiers. Les secteurs du commerce et du transport maritime sont sans cesse soumis à des changements réglementaires et les responsables portuaires doivent être en mesure de comprendre la complexité croissante de leur tâche », a précisé le Secrétaire général.            

C’est une préoccupation constante du programme TrainForTrade. Rester compétitif dans le domaine de la gestion portuaire est essentiel pour les pays en développement afin de maintenir et créer des emplois.

Stimuler l’innovation

Le programme prévoit que les stagiaires incluent dans leur mémoire de fin de formation des propositions à l’intention de la direction de leur port d’attache en vue d’en améliorer les procédures. « Ce fut le cas au Bénin », a confié Huguette Assoumou-Houéto, ancienne Directrice générale du Port Autonome de Cotonou. En combinant leurs propositions en lien avec la sécurité et la productivité, les étudiants ont permis de renforcer la conformité au code international pour la sûreté des navires et des installations portuaires (Code ISPS) du port de Cotonou, et l’ont ainsi rendu plus attractif aux yeux de leurs futurs clients.

Souder les équipes

Dans un monde en rapide évolution, Mukhisa Kituyi a réaffirmé l'importance de la formation et de la coopération, en particulier entre pays du Sud, caractéristique principale du programme CNUCED/TrainForTrade Port Management. Il a expliqué que, lorsque les gestionnaires portuaires rentrent chez eux après l'atelier de formation, ils ont non seulement appris quelque chose, mais ils ont aussi créé un réseau avec des collègues d'autres ports des pays africains. Ce qui est précieux pour le partage des meilleures pratiques, entre autres.

En Côte d’Ivoire, le Commandant Sinaly Soro, directeur adjoint chargé de la sécurité et de la sûreté au Port Autonome d’Abidjan, témoigne que les élèves et les formateurs constituent aujourd’hui une famille, un réseau interne qui facilite les échanges et œuvre à améliorer l’efficacité globale des opérations portuaires.

Cette visite fut également l’occasion pour inaugurer une nouvelle session de formation de formateurs avec 30 cadres supérieurs de 9 autorités portuaires (Bénin, Cameroun, Côte d’Ivoire, Gabon, Guinée, Haïti, Mauritanie, Sénégal et Togo). Les représentants auprès des Nations unies à Genève de ces pays ont également été reçus par la représentante du Port de Marseille Fos, Madame Christine Maurin.

Financement

Le programme TrainForTrade de Gestion Portuaire est financé en majorité par les pays bénéficiaires eux-mêmes, ainsi que par des donateurs tels que Irish Aid, et les ports européens partenaires de Marseille Fos, Nantes, Dublin, Cork, Belfast, Gijon et de Valencia.

Dès son origine, le programme TrainForTrade a mis en place des réseaux portuaires réunissant des institutions publiques, privées et internationales.

A ce jour, plus de 3600 cadres portuaires de 60 pays ont été formés par la CNUCED et ses partenaires auprès de TrainForTrade.


Loading..

Please wait....