Pour l'utilisation des médias d'information - Ce n'est pas un document officiel
UNCTAD/PRESS/IN/2017/011
LDC - Rapport 2017 sur les pays les moins avancés : Faits et Chiffres

Geneva, Suisse, 22 novembre 2017

Le problème
• Dans les pays les moins avancés (PMA), 577 millions d’habitants, soit 62 % de la population, n’ont pas accès à l’électricité.
• Cinquante-quatre pour cent de la population mondiale sans accès à l’électricité vivent dans les PMA, soit près de deux fois plus qu’en 1990, où cette part était de 30 %.
• Dans les PMA, 82 % des habitants des zones rurales n’ont pas accès à l’électricité.
• L’objectif de développement durable 7 − « Garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable » − jouera un rôle déterminant dans la réalisation des autres objectifs et dans le succès ou l’échec du Programme de développement durable à l’horizon 2030.
• Pour réaliser l’accès universel à l’électricité d’ici à 2030, il faudra que le nombre annuel de nouveaux accédants augmente de 350 % par rapport aux chiffres de la décennie écoulée. Pour cela, la production d’électricité devra augmenter davantage et plus vite que dans la période 1990-2014.

Les enjeux
• Bien que la production d’électricité des PMA ait plus que quadruplé entre 1990 et 2014 − la hausse s’étant accélérée surtout durant les dix dernières années −, la production par habitant n’a été multipliée que par 2,5 en raison de la croissance démographique.
• Ni les capacités de production ni la production elle-même ne sont parvenues à suivre l’augmentation du nombre de personnes ayant accès à l’électricité, qui a progressé de 460 % depuis 1991. En 2014, la capacité installée et la production par personne ayant accès à l’électricité étaient inférieure de 50 % et 20 % respectivement par rapport aux niveaux de 1991.
• Dans les PMA, les tarifs de l’électricité appliqués aux entreprises industrielles et non industrielles sont en moyenne deux fois plus élevés que dans les autres pays.
• Dans les PMA, l’activité de 42 % des entreprises est entravée par leurs difficultés à obtenir un approvisionnement électrique qui soit adéquat, fiable et bon marché.
• En moyenne, les entreprises des PMA subissent chaque mois 10 coupures de courant d’une durée d’environ cinq heures ; il leur en coûte 7 % de leur chiffre d’affaires total.
• Pour atteindre le seuil minimum correspondant aux besoins modernes, les PMA devraient multiplier par 13,5 la production d’électricité qu’ils affichaient en 2014.
• Même lorsque les estimations des besoins annuels d’investissement énergétique des PMA sont calculées au plus large (40 milliards de dollars), elles ne tiennent pas compte de l’accès à l’énergie comme vecteur de transformation.
• Le coût de plusieurs technologies d’énergie renouvelable a sensiblement baissé grâce à l’innovation et à l’effet d’apprentissage. Par exemple, le coût des panneaux solaires photovoltaïques a diminué de 85 % au cours de la décennie écoulée. Cependant, le montant des investissements initiaux et les difficultés liées au transfert et à l’adaptation de la technologie sont tels qu’il risque d’être difficile pour les PMA de profiter pleinement de ces baisses.
• Le système de production d’électricité des PMA repose traditionnellement sur une combinaison de combustibles fossiles et d’hydroélectricité.
• La part des énergies renouvelables autres que l’hydroélectricité dans l’électricité alimentant les réseaux n’atteint pas 1 %.
• Les PMA sont responsables de moins de 1 % des émissions anthropiques de gaz à effet de serre.
• On estime que pour réaliser l’accès universel à l’électricité dans les PMA d’ici à 2030, il faudra que les réseaux desservent 571 millions de personnes de plus, les miniréseaux 341 millions de personnes de plus et les dispositifs autonomes 114 millions de personnes de plus.
• En particulier, il faut accélérer et intensifier le déploiement des miniréseaux pour que quelque 35 % de la population des PMA accède à l’électricité.
 
La coopération internationale
• La moitié des équipements de production électrique et 70 % des appareils et machines électriques importés par les PMA proviennent d’autres pays en développement.
• En 2015, 1,8 % de l’aide publique au développement en faveur des PMA a été consacré au secteur de l’énergie.
• Le respect des objectifs convenus au niveau international en matière d’aide publique au développement en faveur des PMA multiplierait cette aide par quatre.

Rapport: http://unctad.org/en/pages/PublicationWebflyer.aspx?publicationid=1902

Video:  unctad.org/ldcr2017/video