Évaluation de l'état de préparation au commerce électronique : États membres de l'Union économique et monétaire ouest-africaine



La préparation au commerce électronique dans les pays de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) est confrontée à plusieurs contraintes qui doivent être prises en compte alors que la région de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) étudie le développement d'une stratégie régionale de commerce électronique :

  • Une demande croissante de commerce électronique dans les pays de l'UEMOA, mais la préparation des consommateurs est faible.
  • Les écosystèmes du commerce électronique émergent à des niveaux de développement différents selon les pays, directement ou indirectement liés au commerce électronique par le développement de l'économie numérique, des plateformes de commerce électronique et des solutions de paiement dématérialisées.
  • L'expansion du commerce électronique est partout limitée par l'accès à Internet, qui dépend de l'étendue et de la fiabilité de l'infrastructure TIC, tant au niveau de la dorsale que du maillage, et de l'accès au dernier kilomètre. Ces difficultés d'accès sont encore renforcées par l'inégalité d'accès à l'électricité.
  • Les services de livraison sont généralement insuffisants, en raison de la qualité des services postaux, de l'infrastructure routière et des problèmes d'adressage.
  • La dématérialisation des paiements et la définition et l'application d'un cadre juridique pour sécuriser les différents acteurs de la chaîne d'approvisionnement du commerce électronique sont également des défis majeurs.

La croissance future du commerce électronique dans la région nécessitera :

  • Une approche multidisciplinaire et inclusive de la réglementation et de l'élaboration des politiques et des dialogues régionaux, un partage d'expérience pour le développement du commerce électronique dans l'UEMOA.
  • Des investissements dans les TIC basés sur la mutualisation et le partage des infrastructures de télécommunications, l'interopérabilité des services de TIC, le renforcement de la concurrence et de la transparence dans le secteur numérique.
  • L'adoption et la mise en œuvre de plans de développement visant à promouvoir un accès à large bande abordable et inclusif aux réseaux de TIC.
  • Le développement de systèmes d'adressage en utilisant les nouvelles technologies (par exemple la géolocalisation).
  • Le renforcement de la coopération des Commissions de l'UEMOA et de la CEDEAO avec la BCEAO, afin d'accélérer l'interopérabilité des services financiers numériques.
  • Le développement par le secteur privé de solutions de paiement adaptées aux besoins des populations.