MACHINE NAME = WEB 2

Améliorer le fonctionnement de l'intelligence artificielle pour les consommateurs et les sociétés

15 mars 2024

Un cadre réglementaire mondial axé sur la transparence, la responsabilité et l'inclusivité est essentiel pour que tous puissent profiter des avantages de l'intelligence artificielle.

© Shutterstock/Zapp2Photo | Un client interagit avec un robot d'intelligence artificielle dans un centre commercial.


  • L'essor de l'intelligence artificielle peut être synonyme à la fois de progrès et de danger pour les sociétés et l'humanité

  • Même si des étapes importantes ont été franchies, comme la loi sur l'intelligence artificielle, récemment approuvée par le Parlement européen, les efforts de gouvernance mondiale de la technologie de l'intelligence artificielle restent insuffisants

  • Le monde doit s'unir de toute urgence, car les enjeux sont trop importants pour rester inactif


La présence croissante de l'intelligence artificielle (IA) dans la vie des consommateurs a placé nos sociétés à la croisée des chemins, a déclaré la secrétaire générale de la CNUCED, Rebeca Grynspan, à l'occasion de la Journée mondiale des droits des consommateurs, le 15 mars.

La secrétaire générale s'exprimait lors d'un événement organisé à Genève sur l'expérience des consommateurs et l'IA générative, réunissant des organisations internationales, des entreprises et des groupes de défense des droits des consommateurs.

Progressant à une vitesse fulgurante, l'IA guidée par les données est très prometteuse pour le bien-être des consommateurs, grâce à la personnalisation des produits et des services, à l'optimisation de l'assistance à la clientèle et au traitement des litiges en ligne.

Dans le même temps, l'utilisation équitable, responsable et éthique de l'IA suscite de plus en plus d'inquiétudes, car les efforts déployés pour régir cette technologie continuent de se heurter à des obstacles dans le monde entier.

Actuellement, une poignée de géants mondiaux de la technologie contrôlent la plupart des flux de données et des revenus des services numériques.

Une telle concentration centralise encore davantage l'orientation et les avantages de l'IA, ce qui constitue une menace pour la concurrence loyale et aggrave les fractures technologiques déjà existantes, fondées sur la géographie, le sexe, le revenu et la race. 

« Les changements rapides exigent des réactions rapides », a insisté la cheffe de la CNUCED.

La CNUCED, l'agence des Nations unies chargée de la protection des consommateurs, intensifie ses appels en faveur d'une plus grande sensibilisation et de cadres réglementaires mondiaux solides - y compris une nouvelle génération de politiques de protection des consommateurs - afin de garantir que l'IA profite à tous.

Drapeaux rouges

Mme Grynspan a mis en lumière non seulement les avantages de l'IA, mais aussi les risques encourus si la technologie n'est pas maîtrisée.

Au niveau mondial, des milliards de personnes risquent d'être laissées pour compte dans la révolution de l'IA, les deux tiers de la population des pays les moins avancés étant hors ligne et les femmes étant toujours derrière les hommes en ce qui concerne l'accès à l'internet.

Des risques d'abus se profilent également, car les « deepfakes » pourraient induire massivement les consommateurs en erreur, diffuser des informations erronées et déstabiliser les sociétés.

Transparence, responsabilité, inclusivité

Plus généralement, la CNUCED contribue aux efforts déployés par l'organe consultatif sur l'IA du Secrétaire général de l’ONU, chargé d'analyser et de formuler des recommandations sur le développement et l'utilisation éthiques de cette technologie transformatrice.

Il plaide en faveur d'un cadre mondial pour guider une IA équitable et responsable, en soulignant la nécessité de la transparence, de la responsabilité et de l'inclusion.

Il s'agit de rendre les algorithmes d'IA plus transparents et les pratiques de collecte de données plus responsables, plutôt que de laisser les entreprises technologiques soustraire leurs systèmes à l'examen du public.

En ce qui concerne la responsabilité, les développeurs doivent veiller à ce que les technologies d'IA aient un impact positif sur les sociétés dans leur ensemble.

En outre, les systèmes d'IA devraient être aussi diversifiés et inclusifs que le monde qu'ils sont censés servir.

Les politiques publiques doivent guider l'innovation et la conception de l'IA afin d'atténuer, et non de perpétuer, les préjugés humains enracinés dans des inégalités socioéconomiques de longue date.

Elles doivent également veiller à ce que les biens et services alimentés par l'IA atteignent les populations vulnérables et marginalisées.

L'action collective est la voie à suivre

La maîtrise de l'IA pour le bien commun nécessite des efforts conjoints.

Pour les consommateurs et les décideurs politiques, la CNUCED met l'accent sur une plus grande responsabilisation grâce à la maîtrise de l'IA, en termes de compréhension de la manière dont les systèmes d'IA apprennent, prennent des décisions et influencent potentiellement les choix des utilisateurs.

La coopération internationale restera essentielle pour aider à élaborer des stratégies nationales alignées sur les principes mondiaux, en favorisant un environnement où l'IA responsable peut prospérer et où les droits des consommateurs sont protégés.

La CNUCED appelle également les entreprises technologiques à adopter des pratiques éthiques de développement de l'IA, en privilégiant le bien-être des consommateurs et les avantages pour la société plutôt que les profits à court terme.

« Tout comme les générations précédentes se sont attaquées à leurs révolutions technologiques, travaillons sans relâche pour que la révolution de l'IA profite à chaque être humain », a conclu le Secrétaire général Grynspan, « Que cela soit notre héritage ».