MACHINE NAME = WEB 1

La CNUCED évalue le coût vers la réalisation des objectifs de développement durable

18 septembre 2023

Une nouvelle analyse comble les lacunes dans les données, aidant les pays à savoir combien ils doivent dépenser - et comment allouer au mieux leurs ressources financières.

© Shutterstock/Avigator Fortuner | Des agriculteurs vendent des fruits et des légumes sur un marché flottant à Damnoen Saduak, en Thaïlande.

Alors que le monde n'est pas sur la bonne voie pour atteindre les objectifs de développement durable (ODD), les décideurs ont besoin de toute urgence d'estimations détaillées sur les coûts afin de guider au mieux leurs choix en matière d'investissement et de dépenses.

Au cours des six derniers mois, la CNUCED a calculé les montants pour près de 50 indicateurs des ODD dans 90 pays, dont 48 pays en développement, couvrant les trois quarts de la population mondiale.

Publiées le 18 septembre, alors que les dirigeants mondiaux se réunissent à New York pour le sommet des Nations Unies sur les ODD, ces données actualisées soulignent le besoin pressant d'une action rapide et ciblée.

L'analyse révèle, par exemple, que les 48 économies en développement sont confrontées à un déficit de dépenses de 337 milliards de dollars par an pour les indicateurs liés au changement climatique, à la perte de biodiversité et à la pollution.

« Une simple augmentation des fonds ne suffira pas à garantir leur succès », a déclaré Anu Peltola, qui dirige les statistiques à la CNUCED.  « Les gouvernements, les entreprises, les investisseurs et les institutions doivent allouer leurs ressources de manière stratégique. »

L'analyse révèle que les pays peuvent tirer le meilleur parti de leurs dépenses en capitalisant sur les synergies entre les ODD. Par exemple, les investissements dans l'éducation font également progresser l'égalité des sexes, réduisent la pauvreté et stimulent l'innovation pour progresser dans tous les ODD.

«Cela a de grandes implications pour les économies dont les ressources sont limitées», a déclaré Mme Peltola. «Elles n'ont pas besoin d’allouer chaque dollar à un seul objectif. »

Six axes de transformation

L'analyse se concentre sur six «axes» de transformation pour le développement durable : la protection sociale et les emplois décents, la transformation de l'éducation, les systèmes alimentaires, le changement climatique, la perte de biodiversité et la pollution, la transition énergétique et la numérisation inclusive.

Elle couvre des indicateurs allant de la réduction des émissions de gaz à effet de serre et de l'augmentation du couvert forestier protégé à la garantie d'un accès universel à l'électricité et à l'internet, en passant par la promotion de l'alphabétisation, la lutte contre la faim et la réduction de la mortalité.

L'étude estime également le coût de la réalisation de l'égalité entre les hommes et les femmes pour certains indicateurs liés à la lutte contre la pauvreté et la faim et en faveur de l'autonomisation des femmes.

Les coûts varient selon les «axes »

Les coûts varient de 5,4 à 6,4 billions de dollars par an entre 2023 et 2030, en fonction de l’axe choisi. Cela représente entre 1 179 et 1 383 dollars par personne et par an.

Si l'on élargit le champ d'application à toutes les économies en développement, en utilisant le coût médian par habitant pour les 48 économies étudiées, les besoins annuels totaux se situent entre 6,9 et 7,6 billions de dollars.

L'égalité des sexes et les systèmes alimentaires sont les plus coûteux, tandis que la protection sociale et l'emploi sont les moins onéreux, bien qu'ils couvrent un large éventail d'objectifs essentiels à notre bien-être.

Près de 80 % des dépenses totales devraient être engagées dans les pays en développement à revenu moyen supérieur et à revenu élevé visés par l'étude. Ces pays sont généralement confrontés aux coûts annuels par personne les plus élevés et aux déficits de financement les plus importants. Par exemple, leur déficit dans le domaine de la transition énergétique représente 98 % de l'écart entre les 48 économies en développement.

Les petits États insulaires en développement sont également confrontés à des coûts élevés par personne. Les dépenses prévues pour l'égalité des sexes, par exemple, s'élèvent à 3 724 dollars par personne, soit près de trois fois la moyenne.

Et si les pays les moins avancés étudiés sont confrontés à des coûts par personne beaucoup plus faibles, les dépenses requises en pourcentage de leur PIB sont impressionnantes : elles dépassent 40 % pour toutes les filières et atteignent 47 % pour l'éducation.

Combler les écarts de dépenses et de s'attaquer à la crise de la dette

Les calculs révèlent des lacunes importantes dans l’évolution actuelle des dépenses. Le déficit le plus important concerne la numérisation inclusive, avec 468 milliards de dollars par an. Pour combler cet écart, il faudrait une augmentation de 9 % des dépenses annuelles.

À l'inverse, c'est dans le domaine de la protection sociale et des emplois décents que l'écart est le plus faible, avec 294 milliards de dollars, ce qui nécessiterait une augmentation de 6 % des dépenses annuelles. 

Les calculs s'appuient sur les indicateurs des objectifs du Millénaire pour le développement et sur d'autres statistiques officielles. L'étude analyse les dépenses publiques et met en évidence les écarts qui peuvent être comblés soit par une augmentation des dépenses publiques, soit par des sources extérieures telles que les investissements directs étrangers, l'aide publique au développement, les envois de fonds des migrants ou les prêts extérieurs.

L'analyse de la CNUCED souligne également la nécessité de s'attaquer à la crise de la dette mondiale. Environ 3,3 milliards de personnes vivent dans des pays qui consacrent plus d'argent au paiement des intérêts de la dette qu'aux services publics essentiels tels que l'éducation et la santé.

Des opportunités à saisir

Mais les données soulignent également les possibilités qui s'offrent à nous. Par exemple, une action mondiale rapide pour combler le déficit de financement en matière d'égalité des sexes pourrait permettre à la plupart des 48 économies en développement d'atteindre plus de 60 % des indicateurs d'égalité des sexes de l'étude.

«Nous ne parlons pas d'un montant exorbitant de financement nécessaire pour combler le fossé de l'égalité des sexes», a déclaré Nour Barnat, statisticien à la CNUCED.

Les données montrent qu'il en coûterait aux pays environ 78 dollars par personne et par an pour combler le déficit des dépenses actuelles dans les 48 économies en développement. Dans les pays les moins avancés, le déficit à combler est inférieur à 17 dollars par personne.

Un appel à davantage de statistiques

L'étude réitère l'appel de la CNUCED à accroître la disponibilité des principales statistiques officielles sur les dépenses publiques et à améliorer les rapports sur les indicateurs des ODD dans tous les pays.

De telles améliorations permettraient aux calculs de couvrir davantage de pays. Par exemple, en raison du manque de données, l'étude n'a pu inclure que neuf pays africains, couvrant  seulement 20 % de la population du continent.

Les estimations visent à soutenir les efforts des pays et de la communauté mondiale pour financer le développement durable. Elles font partie d'une initiative des Nations unies menée par la CNUCED, en partenariat avec le Département des affaires sociales des Nations unies (UNDESA), le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et ONU Femmes (UN Women), qui consolide des outils et des règles de calcul provenant de plusieurs entités des Nations Unies.