MACHINE NAME = WEB 1

Nouvelle analyse de la CNUCED et de l'OMS sur les tendances du commerce des produits alimentaires transformés

07 mars 2024

La matrice du commerce des produits alimentaires transformés examine de près les importations et les exportations de denrées alimentaires à différents niveaux de transformation et dans différents groupes de pays.

© Borkin Vadim/Shutterstock | Des travailleurs dans une usine de transformation du poisson.


  • Le commerce mondial des denrées alimentaires a augmenté de 350 % entre 2000 et 2021, pour atteindre une valeur totale de 1 689 milliards de dollars.

  • 783 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde, tandis qu'une personne sur huit souffre d'obésité.

  • Les économies développées importent une plus grande proportion d'aliments transformés, soit environ 48 % du total de leurs importations alimentaires, contre environ 35 % pour les économies en développement.


Quel que soit votre lieu de résidence, une partie de votre alimentation quotidienne a probablement été cultivée, pêchée, transformée ou conditionnée dans un autre pays, qu’il s’agisse du café ou du thé du matin ou du poisson, de la viande, du riz, des pâtes ou des légumes du menu de midi.

Le commerce mondial des denrées alimentaires a augmenté de 350 % entre 2000 et 2021, pour atteindre une valeur totale de 1 689 milliards de dollars. Les denrées alimentaires représentent aujourd'hui environ 8 % du total des échanges de marchandises à l'échelle mondiale, contre 6 % en 2000.

Avec 783 millions de personnes souffrant de la faim dans le monde en 2022, le commerce peut contribuer à améliorer l'accès à la nourriture.

« Mais tous les aliments importés et exportés ne sont pas aussi bénéfiques pour nous, et la composition du commerce alimentaire peut avoir d'importantes répercussions sur la santé », explique Anu Peltola, directrice du service des statistiques de la CNUCED.

Par exemple, les aliments transformés tels que les fruits et légumes en conserve, les céréales pour petit-déjeuner et les repas préemballés ont tendance à avoir une plus grande valeur ajoutée, mais peuvent contenir des niveaux plus élevés de sucres et de sels.

Cet épisode de The Weekly Tradecast examine le lien entre l'alimentation, la santé et les objectifs de l’ONU de développement durable avec Bojan Nastav, statisticien à l’ONU commerce et développement (CNUCED).

Un nouveau cadre pour évaluer le commerce des aliments transformés

Une étude de la CNUCED et de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) présente un nouveau cadre d'analyse du commerce mondial des denrées alimentaires. La matrice du commerce mondial des aliments transformés montre les tendances des importations et des exportations de denrées alimentaires à différents niveaux de transformation et pour différents groupes de pays.

Ces tendances peuvent contribuer à mettre en lumière d'importantes dimensions économiques, sociales et sanitaires dans un pays ou une région.

Une augmentation des importations d'aliments transformés riches en sucre et en matières grasses pourrait mettre en évidence la nécessité de surveiller de plus près certains risques pour la santé publique, tels que l'obésité. Selon l'OMS, l'obésité chez les adultes a plus que doublé dans le monde depuis 1990, tandis qu'elle a quadruplé chez les adolescents. En 2022, une personne sur huit dans le monde souffrait d'obésité.

La dépendance croissante à l'égard des aliments transformés importés pourrait également mettre en évidence les problèmes liés à la sécurité alimentaire et à l'autosuffisance en matière de production alimentaire.

« La matrice permet aux personnes et aux décideurs de déceler des tendances dans le commerce alimentaire qui n'étaient pas disponibles auparavant, ce qui les aide à lutter plus efficacement contre la faim, à promouvoir des régimes alimentaires sains et nutritifs et à accroître la sécurité alimentaire », explique Mme Peltola.

Le directeur des données et de l'analyse de l'OMS, Steve MacFeely, ajoute : « Nous avons proposé de classer les types de transformation en sept catégories et d'éviter de considérer la transformation comme préjudiciable. Nous cherchons plutôt à comprendre la dynamique des aliments importés ou exportés, conformément à l'accent mis par l'OMS sur le régime alimentaire global. »

Tendances mondiales et aberrations

Les données des deux dernières décennies montrent que, dans l'ensemble, les économies développées ont toujours importé davantage d'aliments transformés par rapport à leurs importations totales de denrées alimentaires, soit en moyenne 48 % contre 35 % environ pour les économies en développement.

Mais deux groupes défient ces tendances globales.

Mais les moyennes mondiales cachent des nuances, et deux groupes défient ces tendances globales : les économies développées d'Asie et les économies en développement d'Océanie.

Pour les économies développées d'Asie, un groupe qui comprend la République de Corée et Singapour, les aliments transformés ont toujours représenté moins de 40 % des importations totales de produits alimentaires - une part inférieure à celle des économies en développement des Amériques.

À l'inverse, les aliments transformés ont toujours représenté plus de 45 % des importations alimentaires totales des économies en développement d'Océanie, un groupe qui comprend de nombreux petits États insulaires en développement vulnérables. À certains moments, la part de ce groupe a dépassé les niveaux des économies développées des Amériques et de l'Europe.

« La matrice du commerce des aliments transformés aidera les gouvernements à utiliser plus efficacement les politiques commerciales pour lutter contre la faim, promouvoir des régimes alimentaires sains et nutritifs et accroître la sécurité alimentaire », déclare Mme Peltola.

Explorer toutes les donnéees et graphiques [EN]