Un jeu pour promouvoir l'adoption des objectifs mondiaux dans les communautés portuaires

17 novembre 2021

Le jeu permet aux gestionnaires de ports de proposer des solutions pour rendre leurs ports plus résilients et conformes aux objectifs de développement durable des Nations unies.

News

Des gestionnaires de ports d'Amérique latine échangent leurs connaissances en jouant le jeu lors d'un atelier organisé par le programme de gestion portuaire TrainForTrade de la CNUCED à Gijon, en Espagne. © CNUCED/Mark Assaf

 

Un nouveau jeu de société baptisé « Port Endeavor » permet de sensibiliser aux objectifs de développement durable (ODD) des Nations unies et accélère leur adoption au sein des communautés portuaires.

Vingt hauts responsables portuaires d'Amérique latine ont échangé leurs connaissances et leurs expériences en jouant à ce jeu de rôle lors d'un atelier organisé par le programme de gestion portuaire TrainForTrade de la CNUCED du 18 au 29 octobre à Gijon, en Espagne.

Ce jeu invite les joueurs à représenter un port fictif avec un rôle spécifique ainsi qu’un objectif. Ils prennent ensuite part à diverses activités et défis à caractère durable en tant qu'équipe portuaire. Les activités sont sélectionnées et payées par les équipes, qui fonctionnent avec des budgets limités.

Au cours du jeu, les équipes portuaires peuvent être affectées par des événements perturbateurs occasionnels. Les activités réussies leur permettent de gagner des points au moyen de combinaisons d'ODD.

« Le jeu favorise des échanges intenses et significatifs entre des gestionnaires de ports d'horizons et de milieux différents », explique Mark Assaf, qui dirige le programme TrainForTrade. « Il leur permet de trouver des solutions pour rendre leurs ports plus résilients et conformes aux ODD de l'ONU. »

Regarder au-delà du gain monétaire

« L’objectif du jeu n'est pas le gain monétaire ni le fait d'être le port le plus riche à la fin. Les joueurs doivent décider de consacrer leur budget limité à des activités durables », explique Victor Shieh, directeur de la communication de l'Association Internationale des Ports (IAPH), qui a produit le jeu dans le cadre de son Programme mondial de développement durable des ports (WPSP).

Les activités et les événements du jeu sont fondés sur la base de données du WPSP, qui compte plus de 200 projets et pratiques optimales sur la manière dont les ports intègrent les ODD à leurs opérations et modèles commerciaux.

Le jeu est né d'un atelier mené par la CNUCED et l'IAPH à Genève en 2019. Les participants d'une trentaine de ports, rejoints par des représentants du monde universitaire, des institutions financières et des armateurs avaient pu réaliser des exercices autour des ODD à partir d'exemples concrets de projets portuaires.

« Par conséquent, nous avons établi quels étaient les ODD les plus pertinents pour les ports, et constaté qu'il était nécessaire d'aider d'autres ports à integrer la durabilité au sein de leur action », a déclaré M. Shieh. Les ports ont estimé que les ODD 7, 8 et 9 étaient les plus importants pour eux. Les ODD 11 et 13 ont également été mentionnés.

Les équipes portuaires ont déclaré que les ODD 7 (sur l'énergie propre et à un coût abordable ), 8 (sur le travail décent et la croissance économique) et 9 (sur l'industrie, l'innovation et les infrastructures) étaient les plus importants pour elles, ainsi que les ODD 11 (sur les villes et communautés durables) et 13 (sur les mesures pour lutter contre les changements climatiques).

Apprendre en jouant

Le lancement du jeu a été retardé par la pandémie de COVID-19 et les participants à l'atelier organisé à Gijon ont été parmi les premiers à le tester lors d'une session en présentiel.

Esteban Pisani, du terminal à conteneurs d'Exolgan en Argentine, a été surpris par le pouvoir éducatif du jeu. « Compte tenu de nos ressources économiques limitées, le jeu nous a permis de mieux comprendre l'impact de nos décisions sur chacun des ODD », a-t-il déclaré.

Il a ajouté : « Dans notre travail quotidien, toutes les décisions ont des conséquences, bonnes ou mauvaises. Les problèmes qui surgissent dans le jeu doivent être résolus et ils ont un coût. Rien ne pourrait mieux expliquer à quel point nos décisions sont lourdes de conséquences. »

Jacqueline Paredes Corrales, du « Terminal International del Sur » au Pérou, a déclaré que le jeu lui a permis d'aborder de nombreux problèmes que les professionnels du port rencontrent tous les jours.

« Face à des événements perturbateurs, nous devons mettre un œuvre un travail d'équipe, ainsi que prendre des décisions alignées sur nos stratégies d'entreprise et sur nos objectifs organisationnels. Les ports doivent élaborer des plans de durabilité et fonder leurs décisions sur les ODD », a-t-elle déclaré.

Ambassadeurs des ODD

Le programme TrainForTrade de la CNUCED continuera à développer et à utiliser le jeu « Port Endeavor » en partenariat avec l'IAPH pour faire des professionnels des ports, des ambassadeurs des ODD.

« Voir des cadres portuaires d'Amérique latine s'engager avec tant d'enthousiasme dans le jeu et nous donner des retours aussi positifs a été très gratifiant », a déclaré M. Shieh.

La formation de réseaux régionaux de formateurs locaux est un élément important du programme TrainForTrade, qui les aide à relever les défis auxquels ils sont confrontés tout en assurant la promotion du commerce et du développement.

Ce programme, lancé en 1989, diffuse des connaissances sur le commerce international et développe les compétences et les capacités des pays en développement et des pays à économie en transition.

Au fil des ans, il a été financé par la Belgique, la France, la Grèce, l'Irlande, le Portugal, l'Espagne, les pays bénéficiaires et les ports partenaires.