Pour l'utilisation des médias d'information - Ce n'est pas un document officiel
UNCTAD/PRESS/PR/2014/060
Le commerce maritime mondial a progressé de 3,8 % en 2013
Le trafic portuaire conteneurisé mondial a dépassé les 650 millions d’équivalents 20 pieds en 2013, indique la CNUCED dans la nouvelle Étude sur les transports maritimes

Geneva, Suisse, 20 novembre 2014

​Reflétant la timide croissance de l’économie mondiale, le commerce maritime mondial a augmenté en moyenne d’à peine 3,8 % en 2013, avec un volume total de marchandises qui a frôlé les 9,6 milliards de tonnes, révèle la CNUCED dans l’Étude sur les transports maritimes 20141. Le commerce maritime doit cette progression principalement à une hausse de 5,6 % des flux de marchandises solides, en particulier de marchandises en vrac. Dans le même temps, on estime que le trafic portuaire conteneurisé a, lui aussi, augmenté de 5,6 % au niveau mondial, pour atteindre 651,1 millions d’équivalents 20 pieds (EVP) en 2013.

Dans son nouveau rapport, la CNUCED indique également que la flotte mondiale a atteint une capacité totale de 1,69 milliard de tonnes de port en lourd en janvier 2014, après avoir progressé de 4,1 % en 2013. Les vraquiers représentaient 42,9 % du tonnage total, suivis par les pétroliers (28,5 %) et les porte-conteneurs (12,8 %).

Cette croissance est la plus faible en dix ans, et, à en juger par la tendance observée au début de 2014, le recul s’accentuera pendant l’année. Ce ralentissement correspond à la décélération du cycle le plus dynamique de l’histoire de la construction navale, qui a atteint son pic en 2012.

En ce qui concerne les futures livraisons, la CNUCED note qu’en 2013, pour la première fois depuis la crise économique et financière de 2008, le carnet de commandes s’est légèrement étoffé pour la plupart des catégories de navires. Compte tenu du fort ralentissement observé, il faudra du temps pour que ces nouvelles commandes déclenchent un nouveau cycle de construction navale.

En 2014, les flottes nationales les plus importantes par pavillon d’immatriculation sont celles du Panama, du Libéria, des îles Marshall, de Hong Kong (Chine) et de Singapour. Ensemble, ces cinq flottes représentent 56,5 % du tonnage mondial.

Les propriétaires de navires implantent de plus en plus souvent leur société dans des pays tiers
Dans l’Étude sur les transports maritimes 2014, la CNUCED présente une analyse inédite sur la propriété de la flotte, dans laquelle elle établit une distinction entre la notion de «nationalité du propriétaire ultime» et celle de «pays du propriétaire effectif».

Le «pays du propriétaire effectif» est le pays du siège de la société qui est le principal exploitant du navire, alors que la «nationalité du propriétaire ultime» est la nationalité du propriétaire du navire, qui est indépendante de celle du propriétaire effectif. Aujourd’hui, de la même manière que la plupart des navires battent le pavillon d’un pays dont leur propriétaire n’est pas ressortissant, les propriétaires installent de plus en plus souvent leur société dans un pays tiers, soit un troisième constituant potentiel de la «nationalité» d’un navire.

Les taux de fret demeurent faibles et instables
En 2013, la morosité et l’instabilité qui perdurent sur le marché du fret maritime ont fortement pénalisé toutes les branches du secteur du transport, les taux de fret des vraquiers et des pétroliers, comme ceux des services de ligne, ayant atteint, en 2013, leur niveau le plus bas en dix ans. Cette situation est principalement imputable à une croissance économique mondiale languissante, à une demande faible ou fluctuante et à la surcapacité persistante du marché mondial du transport maritime.

En 2013, le financement bancaire traditionnel demeurant très limité, l’investissement privé a continué à jouer un rôle essentiel dans le secteur des transports.

Le trafic portuaire conteneurisé mondial est en hausse
Si, en 2013, au niveau mondial, le trafic portuaire conteneurisé a affiché une croissance annuelle estimée à 5,6 %, pour atteindre 651,1 millions d’EVP, la part des ports des pays en développement dans le trafic a augmenté d’environ 7,2 %, soit une hausse supérieure à celle de l’année précédente, qui était estimée à 5,2 %. Les ports asiatiques continuent de dominer le classement en matière de trafic portuaire et d’efficacité des terminaux.

Selon la CNUCED, malgré cette croissance relativement faible par rapport aux tendances observées avant la crise économique, le secteur de l’exploitation des terminaux portuaires est très actif. Plusieurs exploitants mondiaux de terminaux, notamment des sociétés étroitement liées à des compagnies maritimes, ont vendu une partie de leurs activités afin de rationaliser et de recentrer leurs opérations. Des exploitants traditionnels, tels que DP World et Stevedoring Services of America, ont, pour leur part, cherché à renforcer leur position en accordant la priorité à l’investissement.

Des progrès continuent en ce qui concerne les questions juridiques et l’évolution récente de la réglementation dans le domaine des transports
La Convention internationale de Nairobi sur l’enlèvement des épaves (2007) entrera en vigueur en 2015. S’agissant de la réglementation relative aux questions environnementales et à des questions connexes, l’Organisation maritime internationale a adopté de nouvelles lignes directrices en vue de faciliter la mise en œuvre d’un ensemble de mesures techniques et opérationnelles visant à accroître l’efficacité énergétique du transport maritime international et à réduire ses émissions de gaz à effet de serre.

Les négociations continuent en ce qui concerne les règlements visant à réduire les émissions d’autres substances toxiques issues de la combustion du fioul, ainsi que les dispositions environnementales et autres du projet de code sur les navires exploités dans les eaux polaires (Code polaire). La mise en œuvre du cadre et des programmes relatifs à la sécurité maritime et à la sécurité des chaînes logistiques, ainsi que des mesures adoptées à l’échelle internationale pour combattre la piraterie maritime se poursuit.
Historique
Le transport maritime est la pierre angulaire du commerce international et de l’économie mondiale. Environ 80 % du commerce mondial en volume et plus de 70 % en valeur sont acheminés par mer et pris en charge par les ports du monde entier. La proportion est encore plus élevée dans la plupart des pays en développement.

Depuis 1968, la CNUCED publie l’Étude sur les transports maritimes, où elle rend compte des principaux faits nouveaux qui touchent le trafic maritime international, le transport maritime, la flotte mondiale, les ports, les marchés du fret et les cadres juridiques et réglementaires applicables aux transports. Comme les précédentes livraisons, l’Étude de 2014 contient des analyses critiques et des données inédites, notamment des séries chronologiques à long terme, sur le transport maritime, la capacité des navires, les services de transport maritime et les activités de manutention portuaire.