Pour l'utilisation des médias d'information - Ce n'est pas un document officiel
Traduction non officielle. En cas de divergence, la version anglaise prévaut"
UNCTAD/PRESS/PR/2022/004
Nations Unies : comment la science et la technologie peuvent stimuler la reprise post-COVID-19 - débats

La Secrétaire générale de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement, Rebeca Grynspan, des experts de hauts niveaux et des représentants des états membres engageront des discussions afin d’identifier les politiques, solutions et priorités en matière de recherche et de technologie pour accélérer le développement durable.


Geneva, Suisse, 23 mars 2022

Ministres, décideurs, responsables d'organisations internationales et experts de premier plan examineront comment la science, la technologie et l'innovation peuvent aider le monde à mieux se remettre de la pandémie de COVID-19 au cours de la 25e session de la Commission de la science et de la technologie au service du développement des Nations unies, qui se tiendra du 28 mars au 1er avril à Genève et en ligne.

Les sessions porteront sur les thèmes "Industrie 4.0 pour un développement inclusif" et "Science, technologie et innovation pour un développement urbain durable dans un monde post-pandémique".

La Secrétaire générale de la CNUCED, Rebeca Grynspan, animera une table ronde de haut niveau sur les politiques, les solutions et les priorités de recherche en matière de science, de technologie et d'innovation en rapport avec les Objectifs de développement durable. La discussion sera diffusée en direct sur UN Web TV le 28 mars à 14h30 CET.

"Nous devons faire évoluer les relations internationales en matière de science, de technologie et d'innovation afin que les pays en développement puissent en bénéficier pour atteindre les objectifs de développement durable", a déclaré Mme Grynspan.

Et d’ajouter : "Il faut donner aux pays en développement plus d'opportunités de participer aux réseaux de recherche internationaux. Ils ont besoin d'un financement accru pour la recherche et d'un soutien plus important pour la mise à niveau et les transferts de technologies, en particulier dans leurs efforts de redressement post-COVID-19."

Conversation avec des experts de renom

La commission organisera également une conversation avec quatre éminents universitaires spécialisés dans la science, la technologie, l'innovation et le développement socio-économique, qui apporteront un éclairage novateur sur ces sujets.

Il s'agit de Yoshua Bengio, scientifique spécialiste de l'intelligence artificielle et lauréat du prix Turing 2018; Shoshana Zuboff, spécialiste reconnue de la révolution numérique et de ses impacts économiques, sociaux et politiques ; Daron Acemoglu, chercheur influent sur les questions d'économie politique ; et Carlota Perez, grande spécialiste de l'évolution technologique et de ses conséquences économiques et sociales. Leur conversation sera diffusée en direct sur UN Web TV le 28 mars à 15h30 CET.

Parmi les autres intervenants de la Commission figureront l'ambassadeur Collen Vixen Kelapile (Botswana), Président du Conseil économique et social des Nations Unies, Maimunah Mohd Sharif, Directrice exécutive du Programme des Nations unies pour les établissements humains, et Hiroshi Kuniyoshi, adjoint au Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour le développement industriel.

La commission examinera également les progrès réalisés dans la mise en œuvre et le suivi des résultats du Sommet mondial sur la société de l'information aux niveaux régional et international et suivra des présentations sur les examens en cours des politiques de la science, de la technologie et de l'innovation par la CNUCED.

Exploiter la révolution technologique

Les technologies nouvelles et émergentes représentent un marché de 350 milliards de dollars qui, d'ici à 2025, pourrait atteindre plus de 3 200 milliards de dollars, selon le Rapport 2021 sur la technologie et l'innovation de la CNUCED. Celui-ci décrit comment les pays en développement peuvent tirer parti de la révolution technologique actuelle pour réduire les écarts qui freinent le développement inclusif et durable.

"Face à l'industrie 4.0 il est crucial que les pays en développement diversifient leurs économies et améliorent leurs compétences manufacturières", a déclaré Shamika N. Sirimanne, directrice de la technologie et de la logistique à la CNUCED.

"Pour ne pas rater cette vague du changement technologique, les pays doivent mobiliser des investissements dans les infrastructures numériques, renforcer les compétences de leur main-d'œuvre, élaborer des cadres éthiques et des lignes directrices pour les technologies de l'industrie 4.0 et pour l'échange international de connaissances et d'expériences", a-t-elle ajouté.

À propos de la Commission

La Commission est un organe subsidiaire du Conseil économique et social des Nations Unies et le point focal des Nations Unies pour la science, la technologie et l'innovation au service du développement.

Elle sert de forum pour la planification stratégique, le partage des leçons apprises et des meilleures pratiques, la prévision des tendances critiques en matière de science, de technologie et d'innovation dans les secteurs clés de l'économie, de l'environnement et de la société, et attire l'attention sur les technologies émergentes et transformatrices.

La CNUCED assure le secrétariat de la Commission depuis 1993.

----------------------------------------

À propos de la CNUCED

La CNUCED est l'organe des Nations Unies chargé du commerce et du développement. Elle aide les pays en développement à accéder plus équitablement et plus efficacement aux avantages d'une économie mondialisée et leur donne les moyens de faire face aux inconvénients potentiels d'une plus grande intégration économique.

Elle fournit des analyses, facilite la formation de consensus et offre une assistance technique pour aider les pays en développement à utiliser le commerce, l'investissement, le financement et la technologie comme vecteurs d'un développement inclusif et durable.

----------------------------------------