Pour l'utilisation des médias d'information - Ce n'est pas un document officiel
Traduction non officielle. En cas de divergence, la version anglaise prévaut"
UNCTAD/PRESS/PR/2021/020
ONU : la COVID-19 frappe plus durement qu’ailleurs les flux d’investissements étrangers vers les économies en transition

Suisse, 21 juin 2021

Les flux d'investissement étranger direct (IED) vers les économies en transition de l'Europe du Sud-Est, de la Communauté d'États indépendants (CEI) et de la Géorgie ont diminué de plus de la moitié en 2020, pour s'établir à 24 milliards de dollars, leur plus bas niveau depuis 2003, selon le Rapport 2021 sur les investissements dans le monde de la CNUCED.

« Malgré les efforts de redressement, un retour aux niveaux pré-pandémie des IDE entrants est peu probable dans les années à venir », a déclaré le directeur de l'investissement et des entreprises de la CNUCED, James Zhan. « Le chemin vers la reprise des IDE sera difficile, en raison de la lenteur de la croissance économique qui affecte les IDE en quête de marché, des contraintes de la pandémie qui limitent une diversification rapide, des sanctions économiques et de l'instabilité géopolitique dans certaines parties de la région », a-t-il averti.

Les flux d'investissement chutent

La part de ces régions dans les flux d'IDE mondiaux est tombée à 2,4 %. La contraction des flux entrants a été beaucoup plus sévère dans la CEI et en Géorgie (-64 %) qu'en Europe du Sud-Est (-14 %) (figure 1). Dans l'ensemble, seuls trois pays de la région ont enregistré des IDE plus élevés en 2020 qu'en 2019 - le Belarus, le Kazakhstan et le Monténégro.

Les problèmes et vulnérabilités économiques préexistants, tels que la dépendance importante à l'égard des investissements dans les ressources naturelles (parmi certains grands pays de la CEI) ou dans les chaînes de valeur mondiales (CVM) (en Europe du Sud-Est), ont été exacerbés, amplifiant la contraction des IDE liée à la COVID-19.

Les principaux bénéficiaires (la Fédération de Russie, le Kazakhstan, la Serbie, l'Ouzbékistan et le Bélarus, par ordre d'importance, voir figure 2) ont représenté 83% du total des flux entrants dans la région.

La Fédération de Russie, qui est restée le principal bénéficiaire de l'IDE dans la région, avec plus de 40 % des entrées, a connu une baisse de 70 % des entrées d'IDE, à 10 milliards de dollars. Cette chute est due à la fois à la pandémie et aux prix très bas des matières premières, ces derniers ayant été frappés par le conflit sur les prix du pétrole ayant opposé la Fédération de Russie et l'Arabie saoudite en mars et avril 2020.

Les prix se sont depuis redressés, les pays producteurs ayant accepté de résoudre le conflit et de contenir la production, mais ils restent très inférieurs à leur niveau d'avant la crise. Des blocages sévères ont également pesé sur la production au printemps, entraînant une baisse de 3,1 % du PIB.

Une exception majeure à la baisse générale des flux entrants dans la région a été le Kazakhstan, deuxième bénéficiaire de l'IDE, où les flux entrants ont augmenté de 35 % pour atteindre 3,9 milliards de dollars.

L'augmentation des investissements dans les secteurs de l'exploitation minière, des transports, des services financiers, des télécommunications et de l'énergie a compensé la baisse des entrées dans les secteurs de la construction, de la métallurgie et du commerce, qui ont particulièrement souffert des effets de la pandémie.

La plupart des IDE dans l'importante industrie des hydrocarbures du pays était liée au mégaprojet Tengiz avec Chevron (États-Unis), qui devrait être achevé d'ici 2022.

En Serbie, les entrées ont diminué de 19 % pour atteindre 3,4 milliards de dollars. La crise de la COVID-19 a particulièrement affecté le montant des bénéfices réinvestis. Le ralentissement économique a également touché les activités orientées vers l'exportation, car les problèmes des chaînes de valeur mondiales, dont les entreprises serbes sont devenues partie intégrante, ont entraîné des interruptions de production.

L'industrie manufacturière a été le secteur le plus touché par le ralentissement des IDE, notamment les secteurs de machines et équipements, de la métallurgie, du caoutchouc et du plastique. Malgré les mises à l’arrêt des échanges et des chaînes de valeur mondiales, l'industrie automobile a enregistré quelques expansions.

En Ouzbékistan, les flux entrants ont diminué de 26 % pour atteindre 1,7 milliard de dollars, malgré une situation macroéconomique relativement bonne, avec une croissance du PIB de 1,6 % en 2020, grâce aux efforts du pays pour attirer de nouveaux IDE. Par exemple, la loi sur les zones économiques spéciales adoptée en février 2020, a facilité les nouveaux projets d'investissement dans le secteur de l'énergie, ainsi que dans le secteur des télécommunications.

Les flux entrants ont augmenté au Belarus (de 8 %, à 1,4 milliard de dollars), cinquième bénéficiaire en 2020. Le pays a adopté des restrictions anti-pandémie plus tard que la plupart des pays du monde ou de la région en transition, et ces mesures ont été moins restrictives qu'ailleurs. Les importants flux entrants enregistrés au premier trimestre de l'année ont été suivis de trois trimestres d'IDE nets pratiquement nuls.

Flux sortants

Les sorties d'IDE des économies en transition, qui reposent en grande partie sur les activités des multinationales russes basées sur les ressources naturelles, ont également souffert de la crise et ont diminué de trois quarts, pour atteindre 7,1 milliards de dollars. Les multinationales de la région ont vu leurs bénéfices chuter, ce qui a entraîné un ralentissement des activités de fusion et d'acquisition à l'étranger.

Les annonces de création de nouveaux sites par les multinationales des économies en transition sont restées limitées en taille par rapport aux années précédentes et leur implantation géographique vers les économies en transition et en développement.

En valeur, les IDE sortants de la Fédération de Russie ont été dirigés principalement vers le Belarus, l'Allemagne, la Suisse et le Royaume-Uni en 2020. Les multinationales russes ont également acheminé activement leurs investissements étrangers par le biais de sites de transit, bien que la part de ces sites ait quelque peu diminué ces dernières années.

Perspectives

Les flux entrants dans la région ne devraient commencer à croître qu'en 2022. Alors que la plupart des indicateurs macroéconomiques de la région devraient s'améliorer d'ici 2021 ou 2022, le PIB devrait croître de 3,4 % après une baisse de même ampleur en 2020.

Le commerce devrait rebondir d'un solide 6,5 %, après une chute de 6,2 % en 2019 - les IDE devraient retrouver leur trajectoire à la hausse d'avant crise plus lentement que ces indicateurs macroéconomiques.

La valeur des annonces de nouveaux projets, principal indicateur des intentions des investisseurs, suggère également une lente reprise des IDE. Elle a chuté de 58 % pour atteindre 20 milliards de dollars en 2020, le niveau le plus bas jamais enregistré. Par ailleurs, le nombre d'opérations transfrontalières de financement de projets annoncées a presque été divisé par deux.

Le déclin a été particulièrement marqué auprès des plus grands bénéficiaires d'investissements dans des installations nouvelles de la région, comme le Kazakhstan (-86 %) et la Fédération de Russie (-67 %), ce qui pèsera lourdement sur les niveaux d'IDE vers les économies en transition en 2021 et 2022.

Malgré une conjoncture difficile, les mesures politiques mises en œuvre par les gouvernements de la région pour soutenir la reprise économique peuvent encourager les investissements étrangers et améliorer quelque peu les perspectives de l'IDE.

La pandémie a également conduit les gouvernements à réviser leurs programmes de facilitation et de promotion des investissements, ce qui pourrait contribuer à soutenir les IDE au cours des prochaines années.

Bien que l'accent soit toujours mis sur l'augmentation du volume des nouveaux projets, des considérations de diversification ont dominé. Parallèlement, une attention accrue est accordée aux connexions intrarégionales, aux questions environnementales et à l'économie verte. 

 

Figure 1 - Économies en transition : Flux d'IDE, 2007-2009 et 2018-2020 (Milliards de dollars)

PR21020f1

Source : CNUCED, Rapport sur l'investissement dans le monde 2021.

 

Figure 2 - Économies en transition : Les 5 premiers bénéficiaires d'IDE, 2019 et 2020 (Milliards de dollars)

PR21020f2

Source : CNUCED, Rapport sur l'investissement dans le monde 2021.

***  **  ***