MACHINE NAME = WEB 2

Être formée aide davantage de femmes des pays les moins avancés à tirer profit du commerce

02 mars 2023

Les cours en ligne que propose la CNUCED permettent aux participants de concevoir et de mettre en œuvre des politiques à même de combler les écarts entre les sexes dans le domaine commerciale.

© la CNUCED Jane Phiri est une commerçante transfrontalière de Chipata, une ville de Zambie située près de la frontière avec Malawi.

Les femmes sont le moteur du commerce dans les pays les moins avancés (PMA), et nombre d'entre elles gèrent de petites entreprises transfrontalières. Mais elles sont confrontées à l’insécurité et à des contraintes importantes pour accéder aux ressources productives et financières. 

Pour aider davantage de femmes de ces pays à bénéficier du commerce, la CNUCED forme des décideurs à la conception et à la mise en œuvre de politiques qui s'attaquent aux inégalités entre les sexes. Elle forme également des universitaires, des représentants de la société civile et du secteur privé afin qu'ils puissent mieux contribuer à cette cause.

Les cours en ligne les dotent des connaissances nécessaires pour analyser la relation bidirectionnelle entre le commerce et le genre, et pour formuler des politiques équitables en matière de genre.

« Cette formation a renforcé mon désir de soutenir le leadership et la participation des femmes », a déclaré Namizata Binaté-Fofana, une des 104 participants qui ont suivi le dernier cours en ligne sur les liens entre commerce et genre.

Mme Binaté-Fofana, spécialiste de l'autonomisation des femmes et de la microfinance en milieu rural, est maître de conférences à l'université Félix Houphouët Boigny d'Abidjan, en Côte d'Ivoire. Elle est également conseillère technique au Ministère ivoirien de la Femme, de la Famille et de l'Enfant.

Ce cours de cinq semaines, axé sur les PMA, a eu lieu entre octobre et décembre 2022. Il a été dispensé par la CNUCED en collaboration avec le secrétariat du Cadre intégré renforcé (CIR).

Le commerce et la parité au cœur des préoccupations 

« Le débat sur le commerce et le genre figure en bonne place dans l'agenda multilatéral et de nombreux pays explorent les moyens de rendre leur politique commerciale plus avantageuse pour les femmes », a déclaré Simonetta Zarrilli, qui dirige le programme de la CNUCED sur le commerce, le genre et le développement. 

Mais toutes les parties prenantes ne comprennent pas pleinement comment la politique commerciale peut contribuer à l'émancipation économique des femmes ou l'entraver, et comment l'inégalité entre les sexes affecte les performances commerciales d'un pays. 

« Nos cours en ligne visent à combler ces lacunes afin de faire avancer la cause de l'égalité des sexes dans le commerce à travers le monde », a-t-elle déclaré.

Une plus grande capacité à faire la différence 

Mme Binaté-Fofana a déclaré que le cours avait renforcé sa capacité à intégrer les questions de genre dans la politique commerciale et à « renforcer l'intégration des questions de genre dans la recherche sur les politiques de développement en Afrique de l'Ouest ». 

Il lui a également permis de mieux contribuer aux débats sur le commerce et le genre aux niveaux multilatéral, régional et bilatéral.

Elle a déclaré que ses nouvelles connaissances l'aideraient à améliorer la condition des femmes commerçantes dans le cadre de la mise en œuvre de l'accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf).

Mme Binaté-Fofana contribue au déploiement de la plateforme numérique Africa Trade Barriers développée par la CNUCED et l'Union africaine pour aider à éliminer les obstacles non tarifaires au commerce en Afrique. Elle participe également aux négociations sur le protocole sur les femmes et les jeunes dans le commerce de la ZLECAf.

D'autres participants se sont exprimés sur l’utilité de cette formation. « Les cours ont porté sur une question importante mais plutôt négligée en Afrique : l'autonomisation économique des femmes et leur contribution au processus de développement », a déclaré Alexe Kitio, juriste au ministère des relations extérieures du Cameroun.

Plus de 1,700 personnes formées 

La CNUCED a formé plus de 1,700 décideurs et autres parties prenantes de 152 pays depuis 2015.

Forte du succès des éditions précédentes de ce cours, en mars 2023, la CNUCED proposera de nouvelles sessions de formation axées sur les PMA, en anglais et en français. De plus, un nouveau cours portant sur les femmes dans le commerce électronique est annoncé pour le deuxième trimestre 2023.