La CNUCED appelle à un programme économique international audacieux afin d'éviter une nouvelle décennie perdue pour les pays en développement

12 avril 2023

Les pays en développement risquent d'être confrontés à un manque à gagner estimé à 800 milliards de dollars et à des niveaux de surendettement sans précédent.

News

© 2020 suprabhat/Shutterstock | Une femme reçoit une aide alimentaire en Inde.

  • La croissance mondiale devrait être plus faible que prévu, ce qui laisse présager un ralentissement économique.
  • Les pays en développement sont confrontés à une dette croissante et à un soutien international insuffisant, ce qui risque d'entraîner une nouvelle décennie perdue.
  • La crise bancaire met en évidence des fragilités financières et des faiblesses réglementaires longtemps négligées.
  • La baisse des coûts de l'énergie entraîne une diminution de l'inflation, mais les prix élevés des denrées alimentaires maintiennent le coût de la vie à un niveau élevé dans de nombreux pays en développement.
  • Les asymétries mondiales croissantes menacent la résilience des pays en développement, ce qui nécessite une action multilatérale plus forte et une attention urgente à l'architecture de la dette souveraine.

Dans sa dernière Mise à jour du Rapport sur le Commerce et le Développement publiée le 12 avril, la CNUCED avertit que les pays en développement sont confrontés à des années de difficultés alors que l'économie mondiale ralentit dans un contexte de turbulences financières accrues.

La croissance annuelle dans de nombreuses parties de l'économie mondiale sera inférieure aux performances enregistrées avant la pandémie et bien en deçà de la décennie de forte croissance qui a précédé la crise financière mondiale.

L’organe des Nations Unies en charge du commerce et du développement estime que les hausses de taux d'intérêt coûteront aux pays en développement plus de 800 milliards de dollars au cours des prochaines années. La CNUCED s'attend à ce que la croissance mondiale en 2023 tombe à 2,1 %, contre les 2,2 % prévus en septembre 2022, en supposant que les effets néfastes de la hausse des taux d'intérêt se limitent aux ruées et aux sauvetages bancaires du premier trimestre.

Loading…

Les pays en développement sont écrasés par une dette galopante, les hausses de taux d'intérêt, les prix des denrées alimentaires et l’insuffisance de liquidités.

De nombreux pays en développement sont confrontés à une crise de développement de plus en plus grave, car la montée en flèche des niveaux d'endettement et l'augmentation des coûts du service de la dette réduisent les investissements productifs dans les secteurs public et privé. Le manque de liquidités internationales a déjà transformé des chocs imprévus en un cercle financier vicieux dans certains pays.

La CNUCED constate que 81 pays en développement (à l'exclusion de la Chine) ont perdu 241 milliards de dollars de réserves internationales en 2022, soit une baisse moyenne de 7 %, et que plus de 20 pays ont subi une baisse de plus de 10 %, épuisant dans de nombreux cas les récents ajouts de droits de tirage spéciaux. Dans le même temps, les coûts d'emprunt, mesurés par les rendements des obligations souveraines, ont augmenté de 5,3 % à 8,5 % pour 68 marchés émergents. Dans l'ensemble, la pression exercée par les créanciers extérieurs sur les pays en développement pour qu'ils réduisent leurs déficits budgétaires devrait s'accroître.

La CNUCED souligne que le surendettement entraînera une crise du développement et un creusement des inégalités, 39 pays payant davantage à leurs créanciers publics extérieurs que ce qu'ils ont reçu en nouveaux prêts, ce qui aura un impact négatif sur les investissements publics et la protection sociale.

Au cours de la dernière décennie, les coûts du service de la dette ont constamment augmenté par rapport aux dépenses publiques consacrées aux services essentiels et le nombre de pays dépensant plus pour le service de la dette publique extérieure que pour les soins de santé est passé de 34 à 62 au cours de cette période.

Loading…

Toutefois, la CNUCED estime que même si les conditions financières se stabilisent, le ralentissement de la croissance économique dans de nombreux pays en développement, combiné à la fin de l'ère de l'argent bon marché, laisse présager de nouvelles vagues de surendettement. (Voir le dernier tableau “World Output Growth”)

Les prix élevés des denrées alimentaires pénalisent les pays en développement

Selon la dernière Mise à jour du Rapport, les incertitudes économiques et la volatilité des marchés ont permis aux négociants en produits agricoles de réaliser des bénéfices records au cours des quatre dernières années.

Loading…

Des profits exceptionnellement élevés ont entraîné une hausse des prix, ce qui met en évidence la concentration du pouvoir de marché dans des secteurs clés. Dans les pays en développement, l'inflation alimentaire reste élevée, tandis que l'impact des coûts énergétiques varie en fonction des réglementations locales. La financiarisation du commerce des matières premières constitue le facteur dominant des profits des négociants en denrées alimentaires. La Mise à jour du Rapport souligne qu'au début de 2023, l'inflation alimentaire reste élevée, malgré une baisse de l'inflation globale, 25 % à 62 % du chiffre global étant imputables à l'inflation alimentaire.

La CNUCED appelle à un programme audacieux pour soutenir les pays en développement : révision de l'architecture de la dette mondiale, augmentation des liquidités et renforcement des réglementations financières.

La crise bancaire et la crise du coût de la vie ont mis en lumière l'opacité et la concentration accrue du pouvoir de marché dans des secteurs clés. La CNUCED appelle à combler les lacunes de la réforme financière lancée à la suite de la crise de 2007-2009, à élargir le champ de la surveillance systémique et à réglementer plus étroitement les institutions bancaires parallèles (shadow banking).

Afin de répondre de manière adéquate aux besoins des pays en développement, l'agenda financier multilatéral doit être renforcé, en se concentrant de toute urgence sur la réforme de l'architecture de la dette. La CNUCED appelle à la mise en place d'un mécanisme multilatéral de gestion de la dette, d'un registre de données validées sur les transactions de la dette, provenant à la fois des créanciers et des débiteurs, et d'analyses améliorées de la viabilité de la dette qui intègrent les besoins de financement liés au développement et au climat.

La prochaine réunion du FMI et de la Banque mondiale offre une occasion précieuse de renforcer le financement du développement et de s'attaquer aux contraintes auxquelles sont confrontés les pays qui ont besoin de plus de liquidités. L'émission de nouveaux droits de tirage spéciaux (DTS) d'une valeur d'au moins 650 milliards de dollars serait une première étape positive pour aider à alléger le lourd fardeau de la dette qui entrave les perspectives de développement. En outre, les pays du G20 se sont engagés à recycler au moins 100 milliards de dollars de leurs DTS inutilisés, un engagement qui devrait être respecté pour soutenir davantage la reprise économique mondiale.

L'impact combiné de la hausse des taux d'intérêt et des prix de l'énergie et des denrées alimentaires, dans le contexte d'une diminution du soutien budgétaire, devrait encore affaiblir les dépenses des ménages, notamment en matière de logement. L'investissement des entreprises, ébranlé par les turbulences financières, devrait également ralentir davantage ou se contracter.

La croissance annuelle dans de larges pans de l'économie mondiale tombera en dessous des performances enregistrées avant la pandémie et bien en dessous de la décennie de forte croissance qui a précédé la crise financière mondiale – avec un effet potentiellement dévastateur sur les économies des pays en développement. Cela aggravera la crise du coût de la vie à laquelle leurs citoyens sont actuellement confrontés et amplifiera les inégalités dans le monde entier.