MACHINE NAME = WEB 1

Minéraux critiques : L'exploitation des données est la clé pour révéler des trésors cachés

08 mars 2024

Une solution de la CNUCED permettant aux pays en développement de numériser et de partager des données sur les ressources naturelles revêt une importance renouvelée dans un contexte de demande croissante de minéraux essentiels à la transition vers une énergie propre.

© Adobe Stock/TTstudio | Un chariot souterrain dans une mine de cuivre.


  • Les systèmes d'énergie propre feront passer la demande de cuivre de 23 % à plus de 42 % de la demande totale d'ici 2050.

  • La technologie et les données peuvent aider les pays en développement à  révéler de nouvelles ressources minérales.

  • La CNUCED détient une solution de numérisation et de partage des données pour faciliter la découverte de nouvelles ressources naturelles.


La quête mondiale d’un système énergétique plus propre a accru la demande de minéraux essentiels à la transition énergétique tels que le lithium, le cobalt, le nickel et le cuivre.

Ces minéraux jouent un rôle crucial dans les technologies d’énergies renouvelables telles que les cellules photovoltaïques solaires, l’énergie éolienne, le stockage par batteries et les véhicules électriques.

Par exemple, la demande de cuivre dans les systèmes d’énergie propre passerait de 23 % de la demande totale toutes applications confondues à plus de 42 % d’ici 2050, selon les calculs de la CNUCED basés sur les données de l’Agence Internationale de l’Energie.

La production de cuivre, à son rythme actuel de développement, ne peut satisfaire la demande croissante, et cet écart important doit être comblé pour maintenir le réchauffement climatique à 1,5°C maximum, conformément à l’Accord de Paris sur le changement climatique.

La technologie peut aider à révéler des trésors minéraux cachés

Pour répondre à la demande croissante, les pays doivent, entre autres mesures essentielles, explorer de nouvelles ressources abondantes à forte teneur en minerais et attirer les investissements dans le secteur.

Ils peuvent utiliser la technologie et les données  pour identifier les ressources que les géologues traditionnels pourraient négliger et aider les mineurs à déterminer les sites de forage optimaux.

Par exemple, en Zambie, une entreprise privée a utilisé l'intelligence artificielle pour générer des cartes géologiques de la croûte terrestre, ce qui a permis la découverte d'un important gisement de cuivre de haute qualité.

Pour ce faire, l’entreprise a appliqué des algorithmes pour analyser plusieurs flux de données, allant des données de forage historiques à l'imagerie satellite, améliorant ainsi l'identification de nouveaux gisements potentiels.

En Zambie, la découverte de nouvelles ressources en cuivre montre comment les pays en développement peuvent utiliser des approches innovantes pour révéler de nouvelles réserves de minéraux essentiels et contribuer ainsi à combler l’écart entre l’offre et la demande.

"Les pays ont besoin de données améliorées pour tirer davantage parti de ces minéraux, tout en protégeant la planète", a déclaré Miho Shirotori, cheffe de la division du commerce international de la CNUCED.

Attirer les investissements dans des ressources minérales restant à découvrir incitera de nombreux pays en développement à se doter de données fiables.

Une solution réseau

Une solution clé, proposée pour la première fois par la CNUCED en 2009 et qui devient de plus en plus urgente dans le contexte de la transition énergétique mondiale, consiste à créer un réseau international pour numériser et partager des données afin de faciliter la découverte de nouvelles ressources naturelles.

L'initiative de la CNUCED, connue sous le nom de « Bourse d'informations sur les ressources naturelles » ou Natural Resources Information Exchange (NRIE), visait à créer un référentiel d'informations numériques, axé sur les données historiques géoscientifiques.

L'initiative demeurait au point mort en raison de lacunes techniques dans certains des pays bénéficiaires potentiels et de la complexité des cadres juridiques et des réglementations relatives à la propriété des données, aux droits d'accès et à la confidentialité.

La CNUCED réorganise actuellement cette initiative en mettant l'accent sur le renforcement de la capacité des pays à gérer leur patrimoine de données.

La nouvelle initiative pourrait aider les pays riches en minéraux en Afrique et ailleurs à créer leurs propres banques de données sur les ressources naturelles afin de capturer la valeur inexploitée des informations géoscientifiques et optimiser ainsi le développement et la gestion de ces ressources naturelles.

Ces banques de données incluraient une gamme de données minérales historiques numérisées, telles que :

  • Cartes anciennes et informations sur les formations rocheuses, la composition minérale et les structures géologiques.
  • Données d'exploration comprenant les résultats de forage, les études géophysiques et les analyses géochimiques.
  • Données de production détaillant les quantités extraites, les qualités du minerai et les méthodes de production.
  • Données environnementales telles que l'évaluation de la qualité de l'eau, la surveillance de la qualité de l'air et les études sur la biodiversité.

L’initiative permettrait aux pays en développement d’exploiter la puissance de la technologie pour compiler et analyser de grandes quantités de données, leur donnant ainsi les moyens de prendre des décisions éclairées concernant leurs réserves minérales de manière responsable et inclusive.

Une approche inclusive

La CNUCED préconise une approche collaborative et inclusive impliquant les gouvernements, les entreprises et les institutions possédant des archives géoscientifiques travaillant ensemble pour développer des banques de données sur les ressources naturelles.

L’initiative aidera les pays bénéficiaires à développer leur capacité à numériser et à organiser leurs données minérales historiques. L’initiative faciliterait l’accès, la recherche et la récupération des informations archivées grâce aux bases de données numériques et à l’intelligence artificielle, comme le démontrent les efforts récents en Zambie.

Cela améliorera également l’efficacité de la gouvernance des données en fournissant des ensembles de données plus complets et plus précis. Cela pourrait améliorer la prise de décision parmi les décideurs politiques, les agences gouvernementales et les acteurs de l’industrie concernant l’allocation des ressources.

En outre, les pays en développement peuvent renforcer leur capacité à attirer des investissements, ce qui pourrait stimuler la croissance économique et contribuer à répondre de manière durable à la demande mondiale de minéraux essentiels à la transition énergétique.

Selon la CNUCED, il est également essentiel de veiller à ce que la demande croissante de minéraux essentiels à la transition énergétique n’aggrave pas davantage la dépendance des économies à l’égard des matières premières pour leurs recettes d’exportation.

Cette dépendance rend les économies vulnérables aux fluctuations des prix du marché et aux chocs économiques mondiaux, intrinsèquement liés à un développement socio-économique plus faible