MACHINE NAME = WEB 2

Plus d'investissements sont nécessaires pour remettre les objectifs mondiaux sur la bonne voie, selon la cheffe de la CNUCED

19 janvier 2023

Au forum de Davos, la Secrétaire générale Rebeca Grynspan appelle à de "vrais investissements" pour aider un monde en crise à tenir la promesse de l'Agenda 2030 pour le développement durable.

© Shutterstock/Suwin | Les stratégies d'atténuation telles que l'adoption d'énergies renouvelables représentent plus de 90 % des investissements internationaux dans le domaine du climat, selon les estimations de la CNUCED.

Les objectifs de développement durable (ODD) de l'ONU peuvent reprendre leur bonne route avec plus de financement et avec des investissements verts ciblés à grande échelle dans les pays en développement, également connus sous le nom de Sud global.

« De véritables investissements à grande échelle sont le seul moyen de vraiment revenir dans la course », a déclaré Rebeca Grynspan, Secrétaire générale de la CNUCED.

Mme Grynspan s'est exprimée lors d'un événement intitulé « Promouvoir l'investissement pour les objectifs de développement durable : Réutilisation du capital », qui s'est tenu le 17 janvier en marge de la réunion annuelle 2023 du Forum économique mondial à Davos, en Suisse.

Elle faisait partie d'un panel de haut niveau composé de José Ramos-Horta, prix Nobel de la paix et président du Timor-Leste, de Rania Al-Mashat, ministre égyptienne de la coopération internationale, et d'Olivier Becht, ministre français du commerce extérieur, de l'attractivité économique et des Français de l'étranger.

Leurs conversations ont porté sur l'incitation à l'investissement dans des projets de développement durable et résilients au changement climatique et sur le renforcement des partenariats existants pour l'engagement public-privé afin d'accélérer les progrès dans le cadre de l'Agenda 2030.

La discussion a été modérée par James Zhan, qui dirige la division de l'investissement et des entreprises de la CNUCED.

Renverser les tendances négatives dans un contexte de crises en cascade

La Secrétaire générale a exhorté la communauté d’investissement mondiale à contribuer au sauvetage des ODD en inversant les tendances actuelles des investissements.

Elle a comparé la situation actuelle à un marathonien pris au piège dans une course, dont la ligne d'arrivée (du développement durable) semble de plus en plus hors de portée.

Loading...

« Une pandémie. Une crise du coût de la vie. Une guerre en Ukraine. Un nouvel ordre commercial géopolitique. En gros, tout ce qui aurait pu mal tourner a mal tourné », a noté Mme Grynspan.

Selon un récent rapport de la CNUCED, la multitude de crises sur la scène mondiale a inévitablement affecté les investissements directs étrangers (IDE) mondiaux en 2022.

Le rapport montre que les chiffres relatifs aux nouveaux projets d'investissement, y compris les annonces de projets entièrement nouveaux, les opérations de financement de projets internationaux et les fusions et acquisitions transfrontalières, se sont tous inversés après le premier trimestre de 2022, et de nouvelles baisses sont attendues en 2023.

Dans l'ensemble, les investissements internationaux dans l'atténuation du changement climatique et l'adaptation à celui-ci ont diminué de plus de 9 % en valeur et de 6 % en nombre de projets.

Les chiffres du financement international de projets dans le domaine des énergies renouvelables - qui constituent l'essentiel des investissements dans l'atténuation du changement climatique ces dernières années - ont diminué de 5 % et leur valeur a chuté de près de 40 %.

Davantage d'investissements devraient aller aux pays en développement

Pour mieux mettre en œuvre les ODD, il faut que davantage d'argent circule des pays développés vers les pays en développement, a souligné la Secrétaire général.

Selon les estimations de la CNUCED, les pays en développement sont confrontés à un déficit d'investissement annuel de 4 000 milliards de dollars pour les ODD. Mais avec la hausse des taux d'intérêt dans les économies avancées, l'argent a quitté les pays en développement à une vitesse record en 2022.

Cette perte pourrait s'élever à un montant stupéfiant de plus de 500 milliards de dollars de revenus perdus, réduisant les réserves étrangères et les flux d'investissements mondiaux - même selon les estimations les plus conservatrices.

« Pour réorienter ce flux, de nombreuses choses doivent se produire, à la fois au niveau macro, par le biais d'une réforme structurelle du système financier international », a déclaré Mme Grynspan, « mais aussi au niveau micro, en aidant les pays à planifier, proposer et exécuter des projets prêts à l'emploi liés au développement durable."

Les banques multilatérales de développement peuvent jouer un rôle essentiel

La Secrétaire général Grynspan a appelé les banques multilatérales de développement (BMD) à investir à grande échelle, en tirant parti des ressources dans les marchés et les projets.

« Les BMD devraient mener un nouveau cycle de capitalisation et prêter davantage à partir de ce qu'elles ont déjà", a-t-elle déclaré. « Le potentiel des BMD pour recycler et utiliser, par exemple, les droits de tirage spéciaux est énorme."

Elle a déclaré que la communauté internationale pourrait créer des mécanismes juridiques à cet effet, notant que de telles politiques pourraient augmenter la capacité de prêt des BMD jusqu’à 3000 milliards de dollars d'ici 2030.

Rallier le financement du secteur privé

Mme Grynspan a déclaré que le monde « ne doit épargner aucun effort » pour débloquer auprès du secteur privé les trillions de dollars nécessaires pour atteindre la ligne d'arrivée des ODD.

Elle a souligné l'opportunité de catalyser les investissements environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). L'investissement ESG reste une promesse largement non tenue, a-t-elle déclaré, car la plupart de ces investissements circulent entre les nations les plus riches et restent dans les plus grandes entreprises publiques du monde.

Pour sauver la mission ESG, Mme Grynspan a déclaré que davantage d'efforts devraient être consacrés à la lutte contre l'écoblanchiment ESG, ainsi qu'à l'exploitation des tendances ESG et de durabilité pour créer de nouveaux produits financiers, qui peuvent canaliser les investissements des pays développés vers les pays en développement, et du secteur privé vers les projets de développement.

La CNUCED soutient ces efforts par le biais de son observatoire mondial du financement durable, qui cherche à promouvoir la crédibilité, la transparence et la cohérence des marchés du financement durable, à résoudre les défis de la fragmentation des normes, de la prolifération des analyses comparatives, de la complexité de la divulgation d’informations et des préoccupations liées à l'écoblanchiment.
 

La Secrétaire générale de la CNUCED, Rebeca Grynspan (deuxième à gauche), s'exprime lors d'une table ronde organisée le 17 janvier dans le cadre de la réunion annuelle 2023 du Forum économique mondial.