Pour l'utilisation des médias d'information - Ce n'est pas un document officiel
Traduction non officielle. En cas de divergence, la version anglaise prévaut"
UNCTAD/PRESS/PR/2021/018
Les flux d'investissement vers les économies développées ont plongé de 58% en 2020.
Les perspectives restent positives, avec une croissance modeste attendue en 2021.

Suisse, 21 juin 2021

Les flux d'investissement direct étranger (IDE) vers les économies développées ont chuté de 58 % pour atteindre 312 milliards de dollars en 2020, un niveau qui n'avait plus été observé depuis 2003, selon le Rapport 2021 sur l’investissement dans le monde de la CNUCED.

Cette baisse a été amplifiée par de fortes fluctuations des flux financiers intra-entreprises, et par des restructurations d'entreprises. Parmi les déterminants des flux d'IDE, on assiste à un freinage des nouvelles prises de participation, comme en témoigne le déclin des fusions et acquisitions (F&A) transfrontalières.

En 2020, la valeur des ventes nettes de fusions et acquisitions transfrontalières dans les économies développées, de loin la forme la plus importante de flux d'IDE de ce groupe d’économies, a chuté de 11 % pour atteindre 379 milliards de dollars. La valeur des projets nouveaux annoncés dans ces économies, qui seront investis sur plusieurs années, a diminué de 16 % pour atteindre 289 milliards de dollars.

Des perspectives positives

En revanche, les opérations de financement de projets internationaux ont continué à cibler les économies développées malgré la pandémie de COVID-19. Le nombre d'opérations annoncées a augmenté de 8 %, mais leur valeur globale a chuté de 28 % (à 175 milliards de dollars).

« Les perspectives sont plutôt positives, avec une croissance pouvant atteindre 20 %, principalement en raison d'une forte activité de fusions et acquisitions transfrontalières, de l'amélioration des conditions macroéconomiques, d'un vaste programme de vaccination et d'un soutien à l'investissement public de grande échelle », a déclaré James Zhan, directeur de la division Investissement et entreprises de la CNUCED.

Europe

Les flux d'IDE vers l'Europe ont chuté de 80 % pour atteindre 73 milliards de dollars, en grande partie à cause des IDE négatifs dans les pays où les flux intermédiaires sont importants, comme aux Pays-Bas et en Suisse. 

Les flux vers les Pays-Bas ont chuté à -115 milliards de dollars en raison de la liquidation de plusieurs grandes holdings, de reconfigurations d'entreprises et de flux financiers intra-entreprises.

Les flux vers la Suisse sont restés négatifs (à -47 milliards de dollars) pour la troisième année consécutive. Bien que le pays ait construit une base industrielle solide, les valeurs négatives récentes reflètent principalement la nature intermédiaire d'une partie importante des flux annuels du pays.

Les flux ont chuté dans les grandes économies européennes telles que le Royaume-Uni (-57%), la France (-47%) et l'Allemagne (-34%). Les IDE à destination du Royaume-Uni ont diminué de plus de moitié pour atteindre 20 milliards de dollars, principalement en raison de certains désinvestissements (par exemple, Swiss Re a vendu son groupe ReAssure à Phoenix Group Holding pour 4,2 milliards de dollars).

En France, les IDE ont diminué en partie à cause de la baisse des ventes de fusions et acquisitions, qui sont passées de 18 milliards de dollars à 5,1 milliards de dollars. Les flux d'IDE ont également diminué en Allemagne, de 34% à 36 milliards de dollars, malgré une hausse des fusions et acquisitions transfrontalières. Les filiales étrangères en Allemagne ont accordé de nouveaux prêts ou remboursé des prêts antérieurs à leurs maisons-mères à l'étranger, réduisant ainsi les prêts intra-entreprises de 55 milliards de dollars.

Amérique du Nord

Les flux d'IDE vers l'Amérique du Nord ont diminué de 42 % pour atteindre 180 milliards de dollars.

Les flux vers les États-Unis ont diminué de 40 %, à 156 milliards de dollars. Les investissements des entreprises multinationales (EMN) européennes aux États-Unis ont chuté de 15 %, et ceux de l'Asie de 53 %. La réduction des bénéfices des entreprises a eu un impact direct sur les bénéfices réinvestis, qui ont chuté à 71 milliards de dollars - soit une baisse de 44 % par rapport à 2019.

Les ventes transfrontalières d'actifs américains à des investisseurs étrangers ont diminué pour la quatrième année consécutive (de 36 %, à 100 milliards de dollars), principalement dans le secteur primaire (de 18 milliards de dollars à - 2,5 milliards de dollars) et le secteur manufacturier (- 39 %).

Les IDE vers le Canada ont diminué de moitié pour atteindre 24 milliards de dollars en 2020. Les flux se sont effondrés dans le secteur des mines et des carrières et ont chuté de 70 % dans le secteur manufacturier. Les entreprises multinationales des États-Unis - les principaux investisseurs dans le pays - ont réduit de moitié leurs investissements.

Sorties d’IDE

Les sorties d'IDE des économies développées ont reculé de 56 % pour atteindre 347 milliards de dollars, soit le niveau le plus bas depuis 1996.

Les investissements des multinationales européennes ont chuté de 64 % pour atteindre 119 milliards de dollars. Si les sorties d’IDE ont diminué dans la plupart des pays européens, la tendance a été faussée par quelques économies relais où les flux sortants ont connu une forte volatilité. Les Pays-Bas, l'Allemagne, l'Irlande et le Royaume-Uni ont vu leurs flux sortants diminuer.

Les flux sortants des États-Unis sont restés stables à 93 milliards de dollars. Les flux sortants des multinationales américaines ont augmenté de manière significative en Europe mais ont diminué en Asie, principalement en raison de la réduction des investissements à Singapour.

Les flux sortants du Japon ont chuté de 49 % par rapport au record de 2019, mais sont restés élevés à 116 milliards de dollars.

Des perspectives plutôt optimistes

Cette année, les flux d'IDE vers les économies développées devraient rebondir après avoir atteint des niveaux anormalement bas en 2020. Les perspectives économiques se sont améliorées suite à l'extension d’un soutien fiscal massif et au déploiement des vaccins au cours de l'année 2021.

Les IDE devraient augmenter de 15 à 20 % en Europe après l'effondrement de 2020. Les IDE en Amérique du Nord devraient également augmenter d'environ 15 %. Les mesures de relance budgétaire et la demande croissante des consommateurs devraient relancer l'économie nationale aux États-Unis.

 

Figure 1 Economies développées : 10 principaux bénéficiaires des flux d'IDE, 2019 et 2020

(Milliards de dollars)

PR21018f1

Source : CNUCED, Rapport 2021 sur l’investissement dans le monde.

 

Figure 2 : Économies développées : Les 10 premiers investisseurs de flux d'IDE, 2019 et 2020

(Milliards de dollars)

PR21018f2

Source : CNUCED, Rapport 2021 sur l’investissement dans le monde.

***  **  ***