5 actions mondiales nécessaires pour construire une économie océanique durable

03 mai 2022

Le Forum des Nations Unies sur les océans identifie les moyens de changer durablement de cap au profit des ressources marines et des personnes qui en dépendent.

News

© T photography/Shutterstock | Un pêcheur répare un filet sur l'île de Sainte-Lucie, dans les Caraïbes.

Les ressources de l'océan sont source de nourriture, d'emplois et de revenus pour près de 3 milliards de personnes, dont la plupart vivent dans des pays en développement.

On estime que le commerce des biens et services liés aux océans représente au moins 2 500 milliards de dollars par an, soit environ 3 % du PIB mondial en 2020. Les opportunités économiques liées aux océans pour lesquelles il n'existe pas encore de marché, comme les services associés à la protection des écosystèmes marins, sont estimées à au moins 24 000 milliards de dollars. 

Ces ressources et ces opportunités sont menacées et leur protection est insuffisamment financée. 

Environ 8 à 12 millions de tonnes de déchets plastiques et 51 mille milliards de particules microplastiques inondent l'environnement marin et se retrouvent dans la chaîne alimentaire mondiale. Environ 34 % des stocks de poissons dans le monde sont en dessous des niveaux biologiques durables.

Pourtant, seul 1,6 % de l'aide publique au développement, soit environ 2,9 milliards de dollars par an, a ciblé l'économie des océans entre 2013 et 2018.

De plus, la répartition des fonds était géographiquement inégale : les nations les plus pauvres, en particulier les petits États insulaires en développement (PEID) et les pays les moins avancés, n'ont bénéficié que de peu de fonds.  

La quatrième édition du Forum des Nations Unies sur les océans, organisée par une coalition dirigée par la CNUCED du 6 au 8 avril, a appelé à un investissement suffisant et fiable à long terme dans un "Blue Deal" visant à conserver et à utiliser durablement l'océan pour le développement durable.

Les solutions pouvant être apportées par le commerce

Un résumé établi par la présidente du forum explique comment les pays peuvent utiliser le commerce pour protéger l'océan, tout en stimulant l'économie locale et en créant des emplois, conformément à l'objectif de développement durable n° 14.

Le document contribuera aux discussions de la Conférence des Nations Unies sur les océans 2022, qui se tiendra à Lisbonne du 27 juin au 1er juillet 2022.

Voici cinq recommandations du forum sur les actions nécessaires pour construire une économie océanique durable :

  1. Promouvoir des substituts non polluants

Le forum a incité à stimuler la recherche, le développement et l'adoption de matériaux moins polluants pour l'océan, en particulier ceux recyclables ou compostables comme les fibres naturelles, les sous-produits d'algues marines et les déchets agricoles après récolte. 

Cela peut réduire notre dépendance aux plastiques tout en stimulant l'innovation, en soutenant l'économie circulaire et en développant de nouvelles industries, en particulier dans les pays en développement ayant de faibles capacités de gestion des déchets. 

  1. Finaliser un accord sur les subventions à la pêche

Le monde doit de toute urgence signer et mettre en œuvre un accord mondial dans le cadre de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) pour réglementer les subventions à la pêche. 

Le soutien technique de l'OMC, de la CNUCED, de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) sera essentiel dans la phase de mise en œuvre, si possible après la 12e conférence ministérielle de l'OMC prévue du 12 au 15 juin 2022 à Genève, en Suisse. 

Il faudra également redoubler d'efforts pour élaborer des stratégies relatives à l'économie et au commerce des océans, combler les lacunes en matière de gouvernance, lutter contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée et le commerce illicite des ressources marines.

Outre la promotion de l'utilisation durable des ressources de nos océans, cela permettrait d'améliorer la résilience climatique, de renforcer la conservation des océans et de soutenir le commerce et les investissements responsables. 

  1. S'attaquer aux problèmes sociaux dans les secteurs océaniques

Il faut redoubler d'efforts pour résoudre les problèmes de durabilité sociale qui empêchent les communautés ou les personnes pauvres et marginalisées de bénéficier de manière juste et équitable de la commercialisation des ressources océaniques.

Les acteurs de l'économie océanique pourraient faciliter l'inclusion en comprenant mieux et en surmontant les obstacles liés au commerce, tels que les barrières non tarifaires et les impacts du changement climatique.

  1. Élargir l'accès et l'utilisation de la technologie

Les parties prenantes devraient tirer parti des nouvelles technologies, notamment des outils de collecte et d'analyse de données tels que le programme TRAINS de la CNUCED pour obtenir des informations, dont les notifications de l'OMC sur les subventions à la pêche.

Les participants au forum ont appelé au développement continu d'outils pratiques par la CNUCED et la FAO pour le suivi des secteurs océaniques, et ont souligné l’importance de programmes d'assistance technique et de renforcement des capacités.

  1. Construire des chaînes d'approvisionnement durables et résilientes

Des efforts supplémentaires sont nécessaires pour garantir des chaînes d'approvisionnement durables, soutenir les petits pêcheurs, et promouvoir la diversification économique, par exemple en développant la culture des algues et les secteurs des sous-produits pertinents.

La résilience de l'économie océanique devrait être renforcée par l'amélioration des infrastructures portuaires, des opérations de transport maritime plus durables et une plus grande ouverture commerciale, en particulier pour les PEID.

La coalition qui a organisé le quatrième Forum sur les océans comprend la FAO, le PNUE, le Secrétariat du Commonwealth, l'Organisation des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, la Banque de développement de l'Amérique latine, l'Institut international de l'océan et les gouvernements du Portugal et du Kenya.

Explorez d'autres sujets traités lors du forum.