MACHINE NAME = WEB 1

La CNUCED définit des pistes pour réduire la dépendance à l'égard des produits de base en vue d'une croissance plus verte et plus inclusive

09 octobre 2023

Les pays en développement tributaires des produits de base peuvent parvenir à une croissance économique durable et inclusive en diversifiant leurs structures économiques, en les rendant plus résistantes et mieux préparées à un avenir à faible émission de carbone.

© Shutterstock/kittirat roekburi | Un ingénieur travaille dans une centrale solaire flottante.

La Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) a appelé la communauté internationale à soutenir les politiques industrielles vertes dans les pays en développement tributaires des produits de base afin de transformer et de diversifier leurs économies afin de faciliter leur transition énergétique à faible émission de carbone.

Il s'agit de politiques sectorielles visant à remodeler la structure de production économique d'un pays, à attirer les investissements pour accroître la valeur ajoutée nationale et l'intégration des pays dans les chaînes d'approvisionnement régionales et mondiales, dans le but de réduire leur dépendance à l'égard des produits de base, de promouvoir les objectifs économiques et sociaux tout en permettant des progrès en termes environnementaux.

Le Rapport 2023 sur les produits de base et le développement de la CNUCED, publié le 9 octobre, met en lumière les actions nécessaires au niveau national et mondial pour relever le triple défi de la dépendance à l'égard des produits de base, des inégalités et du changement climatique, qui sont étroitement liés.

« La voie d'une diversification inclusive et plus durable est à notre portée, mais elle exige un engagement politique fort de la part des pays en développement tributaires des produits de base et de leurs partenaires de développement », a déclaré la Secrétaire générale de la CNUCED, Rebeca Grynspan.

« Ce rapport présente une approche globale qui peut favoriser le développement durable, protéger les populations vulnérables et contribuer à la réalisation des objectifs climatiques mondiaux. »

Appel à redoubler d'efforts

La CNUCED appelle à redoubler d'efforts en faveur de la diversification économique dans les pays où 60 % ou plus des recettes d'exportation de marchandises proviennent des produits de base, notamment le pétrole brut, le cuivre et le blé.

 

Une telle dépendance engendre une forte vulnérabilité, selon le rapport, qui cite les chocs économiques et politiques subis par les marchés mondiaux des produits de base à la suite de la pandémie de COVID-19 et de la guerre en Ukraine.

Il prévient également que de nombreux pays qui dépendent des exportations de combustibles fossiles souffriront de la décarbonisation rapide de l'économie mondiale. Selon certaines estimations, pour limiter le réchauffement de la planète à 2°C au-dessus des niveaux préindustriels, une part importante des ressources naturelles devra rester inutilisée. Il s'agirait d'un tiers des réserves mondiales de pétrole, de la moitié des réserves de gaz naturel et de plus de 80 % des réserves de charbon.

La dépendance généralisée à l'égard des produits de base entrave le développement

Selon le rapport, la dépendance à l'égard des produits de base est plus répandue dans les pays en développement.

Au cours de la période 2019-2021, 76 % des pays les moins avancés, 81 % des pays en développement sans littoral et 61 % des petits États insulaires en développement sont dépendants des produits de base, contre 13 % des économies développées.

La dépendance de nombreux pays en développement à l'égard de l'exportation d'une gamme étroite de produits de base, voire d'un seul produit de base, renforce leur vulnérabilité.

Entre 2019 et 2021, le cuivre, l'or et le pétrole brut représenteront respectivement 69 %, 77 % et 91 % des recettes totales des exportations de marchandises de la Zambie, du Suriname et de l'Irak.

La dépendance à l'égard des produits de base est étroitement liée à des niveaux inférieurs de développement humain et social, à une croissance lente de la productivité, à la volatilité des revenus, à l'instabilité macroéconomique et politique, ainsi qu'à la volatilité des taux de change.

En 2021, les pays en développement tributaires des produits de base représentaient 29 des 32 pays classés comme ayant un faible développement humain, selon l'indice de développement humain du PNUD.

Le monde a besoin d’économies plus vertes et diversifiées, mieux intégrées dans les chaînes de valeur régionales et mondiales

La CNUCED exhorte la communauté internationale à soutenir la diversification économique et la montée en gamme dans les chaines de valeurs des pays tributaires des produits de base afin de les aider à se prémunir contre les chocs et la volatilité des marchés mondiaux qui échappent au contrôle d'un seul pays.

Les pays en développement tributaires des produits de base devraient progresser dans les chaînes de valeur mondiales, en particulier celles qui impliquent des minéraux essentiels pour la transition énergétique, tels que le cobalt, le lithium et le cuivre. Cela permettrait d'accroître la résilience des chaînes d'approvisionnement tout en profitant à la fois aux producteurs et aux consommateurs de produits verts, tout en contribuant à atténuer le changement climatique. 

Les politiques industrielles vertes, soutenues par les partenaires internationaux, joueront un rôle central à mesure que les pays reconfigureront leurs structures économiques en vue d'un avenir plus efficace sur le plan énergétique et à faible émission de carbone.

Le rapport présente des stratégies visant à développer les capacités productives et technologiques, à créer des emplois de qualité, à promouvoir la cohésion sociale, une transition juste et l'égalité entre les hommes et les femmes - en aidant les pays en développement tributaires des produits de base à adopter une voie de diversification plus verte, à tirer davantage de valeur de leurs produits de base et à s'intégrer davantage dans les chaînes d'approvisionnement régionales et mondiales.

Il met en évidence d'autres éléments facilitateurs de la diversification économique, notamment l'assouplissement de l'accès au marché, l'amélioration de la disponibilité des technologies et des biens d'équipement, l'amélioration de l'accessibilité du crédit et la création de zones économiques spéciales, ainsi que la mise en place de secteurs énergétiques efficace, inclusifs et plus sûrs.

L’exploitation de nouveaux marchés de l’énergie et de produits verts peut aider à créer de nouveaux emplois, augmenter les revenus, et réduire les écarts entre milieux urbains et ruraux.

Des politiques inclusives pour une transition juste

Si la diversification apporte des avantages économiques en créant de nouveaux secteurs dans l'économie, les différents niveaux de productivité de ces secteurs risquent également d'aggraver les inégalités au sein des pays.

Pour que la diversification et la transition énergétique aient des effets positifs sur la réduction des inégalités de revenus, les pays doivent mettre en œuvre des mesures sociales qui soutiennent les groupes vulnérables dans le cadre d'une stratégie de diversification inclusive.

Le rapport souligne également la nécessité de plans nationaux globaux pour améliorer l'accès à l'énergie et les possibilités de développement du capital humain, comme l'éducation, les soins de santé et les programmes de développement des compétences.

Un leadership et une volonté politique forts, tant au niveau national qu'international, sont essentiels

Selon la CNUCED, les pays en développement tributaires des produits de base ont besoin d'un leadership et d'une volonté politique forts pour mettre en œuvre une stratégie pangouvernementale couvrant un large éventail de domaines d'action afin de parvenir à une diversification et à une transition énergétique profitables à tous.

Il s'agit notamment des politiques relatives au commerce, à l'industrialisation, à la promotion des exportations et des investissements, au développement des infrastructures, à l'éducation, à la santé, aux finances et à l'énergie.

La CNUCED appelle les gouvernements à construire un consensus national sur la diversification économique et à assurer sa mise en œuvre au-delà de la durée des cycles politiques.

Les pays doivent renforcer le capital humain par le biais de programmes de formation professionnelle et d'amélioration des compétences pour de nouvelles possibilités d'emploi, et créer des emplois décents et de qualité dans le cadre d'une structure économique plus diversifiée.

Le soutien mondial est essentiel à la réussite d'une diversification inclusive et à faible émission de carbone

La communauté internationale doit jouer un rôle plus actif en apportant le soutien nécessaire à la réussite des politiques industrielles vertes dans les pays en développement tributaires des produits de base.

Ces pays doivent avoir accès à des services financiers d'investissement et à des technologies abordables et suffisantes pour mettre en œuvre des politiques productives actives et atténuer les risques liés au changement climatique afin de rendre leurs structures économiques plus diversifiées, plus résistantes et mieux préparées à un avenir à faible émission de carbone.