MACHINE NAME = WEB 2

Le Bangladesh doit diversifier ses marchés d'exportation et accroître ses investissements, selon un nouveau rapport

12 septembre 2023

Le rapport présente des pistes pour transformer l'économie de l'Asie du Sud grâce à la diversification et à l'innovation.

© Shutterstock/ Pixparts | Des travailleurs dans une usine de batteries au lithium à Dhaka, au Bangladesh.

Après plusieurs décennies de progrès soutenus, le Bangladesh cherche à renforcer son modèle économique pour sortir durablement et sans heurts de la catégorie des pays les moins avancés (PMA), avec le soutien de la CNUCED et de ses partenaires internationaux.

Le rapport conjoint intitulé « Production Transformation Policy Review (PTPR) of Bangladesh », lancé le 12 septembre, explore les moyens de soutenir l'aspiration du pays à sortir de la catégorie des PMA en 2026 et à devenir un pays à revenu élevé au travers de son industrialisation d'ici 2041.

Il met également en évidence les atouts du Bangladesh, notamment sa localisation géographique stratégique et l'engagement du gouvernement à diversifier l'économie.

Le rapport lancé à Dhaka, la capitale du pays, fait suite à un processus de consultation de 20 mois mené entre le gouvernement bangladais et l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) par l'intermédiaire de l'outil PTPR, qui a pour but d’informer les gouvernements sur le renforcement de leurs économies en réponse aux grandes tendances mondiales.

La CNUCED et l'Union européenne ont également mené un examen approfondi des politiques et soutenu le processus de formation d'un consensus pour le PRPR du Bangladesh.

« Le Bangladesh a une vision de ce qu'il aspire à devenir : une économie à haut revenu développée, socialement inclusive et écologiquement durable », a déclaré le secrétaire général adjoint de la CNUCED, Pedro Manuel Moreno, dans son message à l'occasion du lancement du rapport.

« Nous sommes prêts à soutenir le pays dans cette voie et nous sommes convaincus que le Bangladesh a la vision et la détermination nécessaires pour atteindre ses objectifs. »

Cinq décennies de progrès en matière de développement

Le rapport souligne que le Bangladesh a accompli des progrès impressionnants depuis son indépendance en 1971.

Le pays est passé d'une économie marquée par l'extrême pauvreté et la famine à la troisième puissance manufacturière mondiale dans le secteur du prêt-à-porter, juste après le Viêt Nam et l'Inde.

L'industrie manufacturière joue un rôle central dans l'économie du Bangladesh. Entre 2000 et 2022, la valeur ajoutée du secteur a presque doublé en pourcentage du PIB, passant de 11 % à 22 %.

L'industrie du prêt-à-porter est essentielle pour le commerce, 20 produits représentent 84 % des exportations nationales totales.

Le Bangladesh a également développé des capacités industrielles dans des secteurs émergents, plus avancés sur le plan technologique et en particulier dans ceux de l'électronique et des produits pharmaceutiques.

Aujourd'hui, c'est le seul PMA actif dans la fabrication de produits pharmaceutiques et de médicaments. La production nationale répond à 98 % des besoins du pays.

Un besoin urgent de diversification économique et de résilience

Pour soutenir la croissance, le rapport souligne que le Bangladesh doit continuer à diversifier sa structure de production et ses exportations, s'attaquer à sa vulnérabilité face aux catastrophes naturelles et réduire son exposition aux fluctuations des marchés mondiaux des produits de base.

Pour soutenir l'élan vers la sortie de la catégorie des PMA, le pays a besoin d'une approche politique nationale actualisée afin de se conformer aux règles internationales appliquées aux pays en développement.

Il peut bénéficier d'une refonte des partenariats internationaux pour soutenir ses efforts de développement, notamment en favorisant un dialogue commercial plus efficace et en comblant ses lacunes en matière d'infrastructures physiques et numériques.

En outre, il est important de continuer à encourager l’utilisation des technologies numériques dans les entreprises et de mettre à jour le cadre réglementaire, y compris les modifications de la loi sur la sécurité numérique de 2018.

Un changement d'approche de la part des partenaires internationaux est également essentiel.

Ils doivent s'engager avec le Bangladesh au-delà de domaines tels que la conduite responsable des affaires et le développement des infrastructures, vers de nouvelles formes de partenariats qui garantissent un développement inclusif et durable et soutiennent l'écologisation des industries et du bouquet énergétique du Bangladesh.

Trois domaines prioritaires  

Sur la base d'un diagnostic complet, comprenant une analyse approfondie des secteurs pharmaceutique et électronique du Bangladesh, l'étude a identifié trois priorités pour les réformes :

Premièrement, il s'agit de préparer l'économie du pays à l'avenir. Pour ce faire, il convient d'intensifier la mobilisation des ressources nationales et de mettre en place les capacités institutionnelles et administratives nécessaires.

Deuxièmement, le rapport encourage un changement progressif de l'état d'esprit des entreprises, d'un modèle de compétitivité basé sur les prix à un modèle basé sur l'innovation.

Cela impliquerait d'investir davantage dans l'innovation et la mise à niveau technologique, où l'investissement direct étranger peut être un catalyseur clé.

Enfin, le rapport invite le Bangladesh à moderniser son approche politique, en passant d'une approche axée sur l'accès au marché et la gestion des droits de douane, à des outils politiques plus modernes, capables d'encourager l'innovation de manière adéquate et d'exploiter pleinement le potentiel du marché et la situation géographique stratégique du pays.