MACHINE NAME = WEB 1

L'essor des services fournis par voie numérique risque de laisser de côté les pays les moins avancés

28 septembre 2023

La CNUCED intensifie son action de plaidoyer en faveur d'un soutien mondial pour aider les économies vulnérables à bénéficier du commerce numérique pour un développement inclusif et durable.

© UNICEF/Bos | Les services d'apprentissage en ligne protègent le droit à l'éducation lorsque les étudiants sont affectés par les inondations récurrentes au Soudan.

Bien que la livraison numérique puisse permettre aux fournisseurs qualifiés du monde entier de se livrer à des échanges commerciaux, ses avantages ne sont pas automatiques.

De nombreux pays en développement ne disposent pas des infrastructures et de ressources financières nécessaires pour tirer parti du potentiel du commerce numérique.

Rares sont les pays qui mesurent directement l’échelle et la composition du commerce des services fournis par voie numérique. Il s'agit des services de télécommunications et des services informatiques, des services financiers, des assurances, des pensions et divers services aux entreprises.

Pour combler ce manque de données, un nouveau manuel de la CNUCED, de l'Organisation mondiale du commerce, du Fonds monétaire international et de l'Organisation de coopération et de développement économiques établit un cadre commun et des conseils pratiques pour aider les pays à mesurer le commerce numérique.

Un renforcement coordonné des capacités est en cours pour venir en aide aux pays dans ce domaine.

La croissance des services fournis par voie numérique continue, mais à un rythme moindre

Par ailleurs, de nouvelles estimations de la CNUCED montrent que les exportations mondiales de services fournis par voie numérique ont augmenté de 3 % en 2022, pour atteindre 3,94 billions de dollars.

Cela représente une modération par rapport à l'augmentation de 16 % en 2021 au cours de la pandémie de COVID-19.

Avec la résurgence des échanges de services non numériques dépassant les niveaux prépandémiques en 2022, la part des services fournis par voie numérique dans les exportations totales de services est tombée à 55 %, alors qu'elle atteignait 63 % en 2020 et 61 % en 2021.

Mais ce chiffre reste supérieur de 3 à 4 points de pourcentage au taux d'avant la pandémie, ce qui laisse penser que l'augmentation des échanges de services fournis par voie numérique pourrait se poursuivre à l'avenir.

Des progrès inégaux dans les pays en développement

Si les pays développés dominent toujours le commerce des services fournis par voie numérique, la part des pays en développement est passée de 19 % en 2010 à 24 % en 2022, la Chine représentant une part importante.

Avec le taux de croissance annuel moyen le plus élevé des groupes présentés (12 %), les petits États insulaires en développement - un groupe de 39 nations confrontées à des vulnérabilités sociales, économiques et environnementales uniques - ont augmenté leur part des exportations mondiales de services fournis par voie numérique de deux points de pourcentage. Avec 5 %, leur part des exportations mondiales de services fournis par voie numérique est globalement conforme à leur part des exportations globales de services.

En revanche, la part des pays les moins avancés (PMA) et des pays en développement sans littoral (PDSL) dans le commerce des services fournis par voie numérique est beaucoup plus faible que celle des services en général.

En 2022, les pays en développement sans littoral représentaient 0,75 % du commerce mondial des services, mais seulement 0,3 % des exportations de services fournis par voie numérique. Pour les PMA, ces parts étaient respectivement de 0,6 % et 0,2 %.

Les économies vulnérables ont besoin d'aide pour exploiter le commerce numérique

La part des PMA dans les exportations mondiales de services fournis par voie numérique a diminué depuis 2010, de même que leur part dans le commerce total des services. Alors que les clients attendent de plus en plus la fourniture numérique de ces services, les PMA doivent renforcer leur capacité à relever les principaux défis.

Les statistiques de l'UIT montrent que si 92 % des habitants des PMA sont couverts par des réseaux mobiles, moins de la moitié d'entre eux ont accès à des réseaux 4G plus rapides, capables de soutenir le commerce numérique. Seuls 36 % des habitants des PMA utilisent l'internet, en partie à cause des coûts de connectivité élevés.

Les évaluations de la CNUCED sur l'état de préparation au commerce électronique montrent que de nombreux pays, y compris les PMA, sont limités par la capacité des décideurs à formuler et à mettre en œuvre des politiques numériques - en partie en raison de la disponibilité limitée de données et d'analyses dans ce domaine, ainsi que d'une coopération et d'un soutien internationaux insuffisants.

Parmi les autres défis à relever figurent l'absence de renforcement global des capacités institutionnelles et de coordination interministérielle efficace, l'insuffisance du dialogue politique entre les secteurs public et privé, le financement limité du commerce électronique et des entreprises numériques, ainsi que les diverses lacunes en matière de compétences numériques.

La CNUCED mène l'action en faveur d'un commerce électronique ouvert à tous

L'initiative eTrade for all, pilotée par la CNUCED, offre une plateforme précieuse pour fournir une assistance plus efficace aux pays. Elle implique désormais 35 organisations partenaires, dont l'Organisation mondiale du commerce et la Banque mondiale.

Un sous-ensemble de cette initiative, eTrade for Women, contribue à réduire l'écart entre les hommes et les femmes dans le domaine du commerce électronique et du commerce numérique, et a soutenu quelque 300 femmes entrepreneurs dans les pays en développement.

La CNUCED souligne également la nécessité d'établir des règles du jeu équitables dans l'économie numérique, en attirant l'attention sur les domaines clés des données, du commerce, de la fiscalité, de la concurrence et de la protection des consommateurs au niveau mondial.

Lors de la prochaine édition de la CNUCED eWeek 2023, qui se tiendra du 4 au 8 décembre, des milliers de décideurs, de chefs d'entreprise, d'entrepreneurs et d'innovateurs se pencheront sur les moyens de façonner l'avenir de l'économie numérique au profit de tous. S'inscrire pour participer.